Personnellement, je ne connais pas bien cette auteure, mais j’apprécie la simplicité de ce texte (transmis par un proche, qui l’a lui-même sans doute trouvé sur Facebook…), son bon sens, son pragmatisme. Enfin, quelque chose qui sonne juste !

A l’heure actuelle, nombreux sont les êtres humains qui cherchent à retrouver un sens à la vie et à leur vie en particulier.

Parmi eux, les coachs tout particulièrement sont actifs dans cette queste personnelle. Je respecte cela profondément.

Merci à tous les coachs qui s’orientent vers les enfants et leurs parents, ils ne gagneront pas autant d’argent qu’en travaillant avec les entreprises, mais ils participent à un monde meilleur, en prenant le problème à la racine de ses solutions. Bravo !

Pour encourager cet effort essentiel que font ceux qui s’engagent dans cette profession, je diffuse ce texte intelligent, pour faire savoir à ma petite échelle, que tout le monde n’est pas absurde et qu’il reste beaucoup d’espoir tant qu’il reste une goutte de vie quelque part…

 

éducation des enfants - coaching

ÉDUCATION, Marguerite Yourcenar

 

« Je condamne l’ignorance qui règne en ce moment dans les démocraties aussi bien que dans les régimes totalitaires. Cette ignorance est si forte, souvent si totale, qu’on la dirait voulue par le système, sinon par le régime. J’ai souvent réfléchi à ce que pourrait être l’éducation de l’enfant. 

Je pense qu’il faudrait des études de base, très simples, où l’enfant apprendrait qu’il existe au sein de l’univers, sur une planète dont il devra plus tard ménager les ressources, qu’il dépend de l’air, de l’eau, de tous les êtres vivants, et que la moindre erreur ou la moindre violence risque de tout détruire. 

Il apprendrait que les hommes se sont entretués dans des guerres qui n’ont jamais fait que produire d’autres guerres, et que chaque pays arrange son histoire, mensongèrement, de façon à flatter son orgueil. 

On lui apprendrait assez du passé pour qu’il se sente relié aux hommes qui l’ont précédé, pour qu’il les admire là où ils méritent de l’être, sans s’en faire des idoles, non plus que du présent ou d’un hypothétique avenir. 

On essaierait de le familiariser à la fois avec les livres et les choses ; il saurait le nom des plantes, il connaîtrait les animaux sans se livrer aux hideuses vivisections imposées aux enfants et aux très jeunes adolescents sous prétexte de biologie. ; il apprendrait à donner les premiers soins aux blessés ; son éducation sexuelle comprendrait la présence à un accouchement, son éducation mentale la vue des grands malades et des morts. 

On lui donnerait aussi les simples notions de morale sans laquelle la vie en société est impossible, instruction que les écoles élémentaires et moyennes n’osent plus donner dans ce pays. 

En matière de religion, on ne lui imposerait aucune pratique ou aucun dogme, mais on lui dirait quelque chose de toutes les grandes religions du monde, et surtout de celle du pays où il se trouve, pour éveiller en lui le respect et détruire d’avance certains odieux préjugés. 

t des diabètes futurs. On lui apprendrait à aimer le travail quand le travail est utile, et à ne pas se laisser prendre à l’imposture publicitaire, en commençant par celle qui lui vante des friandises plus ou moins frelatées, en lui préparant des caries et du diabète…

Il y a certainement un moyen de parler aux enfants de choses véritablement importantes plus tôt qu’on ne le fait. »

 

éducation des enfants - coaching

Choisir de s’engager dans l’instant présent

On peut s’affliger de tout ce qui ne va pas, et se lamenter parce qu’un constructeur automobile triche sur ses indices de pollution (et en effet, c’est grave pour la planète !). Mais je préfère l’orientation solutions : parler de ce qu’il faudrait, plutôt que de parler de ce qu’il ne faudrait pas. Et ce texte le fait très bien.

Mieux éduquer nos enfants serait pourtant une évidence !

Et des évidences, comme ça, on en a tout le tour de la taille, à ne plus savoir par où commencer.

Eh bien, comme en coaching, on commence : tout de suite.

On commence par être simplement présent à ce qui est, éveillé, ouvert, confiant… comme des enfants !

Mais pour être un enfant, alors qu’on en est plus un(e), il faut travailler beaucoup sur soi-même pour désapprendre tout le fatras qui nous a été inculqué et revenir aux évidences qui restent à être découvertes, seul(e) face au miroir de la vie (dans la nature, face à l’autre, en face de soi-même…).

Pour moi, pratiquer le coaching (ainsi que la formation au coaching et la supervision de coachs) est une excellente manière de militer discrètement, d’incarner les valeurs de l’être humain que je suis, sans me la ramener, sans me raconter une histoire de « mission », mais sans déserter non plus de mon engagement naturel dans le monde où je vis (qui ne me plaît pas !).

J’aime la vie, j’aime notre planète, j’aime l’humain, mais je n’aime pas le monde des égos, qui courent à leur perte à force de marcher sur la tête en se prenant pour quelqu’un.

Pour autant, chaque jour est un cadeau. Que la vôtre soit excellente….

 

 

éducation des enfants - coaching