Optimisez votre séance de supervision
Notez cet article

Une séance de supervision vous aide à augmenter votre réflexivité, c’est-à-dire la conscience de :

  • votre « être coach« 
  • votre état d’esprit, vos attitudes et postures
  • vos façons de faire
  • l’impact de tout cela sur le client et sa progression vers son objectifs (ainsi que l’impact de son système sur le vôtre en écho, évidemment)

Cet article propose 3 conseils pour optimiser votre séance de supervision, que vous pourrez aussi partager avec vos clients en coaching. Cela les aidera aussi à mieux profiter de leurs séances avec vous.

Le coaching consiste à aider votre client à acquérir une meilleure conscience, pour un meilleur ajustement aux situations extérieures et relever les défis avec plus de performance et d’aisance. Il est donc logique que pour accompagner une exploration en profondeur de l’intérieur du client, il soit indispensable que vous soyez expérimenté vous-même dans l’exploration de votre monde intérieur !

Apprendre à sentir, pas sentir confusément mais précisément, pas ressentir un blanc ou un vide embarrassant, mais passer au-delà avec votre écoute (lire à ce sujet : l’article sur l’écoute flottante), et percevoir ce qu’il y a dessous, qui affleure sous la surface.

Apprendre à mettre des mots, mais pas des mots vagues et génériques : des mots précis et justes ! Soyez exigeant envers vous-même à cet endroit-là. Quand vous partez en expédition intérieure, ne revenez pas les mains vides, enrichissez-vous des découvertes que vous remontez à la surface. Si rien ne vient cette fois-ci : recommencez la fois suivante. Vous savez, vous êtes un monde complet, immensément riche et vivant ! Il y a des choses à voir quand vous regardez. Et ces « choses » c’est justement vous-même ! Il ne se peut donc pas qu’il n’y ait rien, puisque vous êtes là… :-)

Alors : insistez, et vous serez surpris,  intéressés, émerveillés, de tout l’enseignement disponible, pour vous et pour votre client, quand vous daignez regarder en-dedans de vous-même. C’est ça le coaching ! Alors n’hésitez pas, allez-y…

Apprendre à vous observer sans vous juger, vous aidera à ne pas juger ou commenter mentalement ce que vous entendez de vous-même ou du client en séance. Vous apprenez à maintenir votre disponibilité, fraîche et chaleureuse, accueillante, attentive, sans dispersion, sans bavardage intérieur…

Conseils pour optimiser votre séance de supervision

1- Ne préparez pas la séance de supervision !… Mais préparez-vous : vous-même. Rendez-vous disponible, respirez quelques instants, centrez-vous, apprêtez-vous à passer un bon moment, réconfortant et stimulant. Venez avec vos préoccupations, vos enjeux, et en faisant le tri ensemble pendant la séance de supervision, vous parviendrez vite à choisir et bien formuler un objectif de séance de supervision. Si vous en avez déjà un, c’est très bien. Mais si ce n’est pas le cas, n’en cherchez pas, nous trouverons ensemble. Ne soyez pas scolaire, faîtes-vous confiance, et aussi : faîtes confiance à la magie du coaching pour vous mettre en condition et vous inspirer !

2- Ne prenez pas de notes, sauf des mots clés éventuellement.

 

prise de notes en séance de supervision
Ne notez rien, vivez tout !

 

Cela aura plusieurs avantages :

  • vous serez plus à l’écoute de vos ressentis profonds si vous ne gigotez pas avec votre mental à noter des trucs que vous ne relirez peut-être jamais. De toutes façons, ce n’est pas à ce niveau que se joue l’effet coaching. Alors, lâchez-vous et osez la plongée accompagnée en vous-même, tranquillement, gentiment, agréablement, sans vous raccrocher à vos notes pour rationaliser tout de suite au risque de freiner la descente vers votre centre.
  • Vous apprendrez ainsi à lâcher la rampe pour descendre l’escalier avec beaucoup plus d’attention dans vos pieds…( si vous me permettez cette métaphore). Et vous serez ainsi mieux à même d’accompagner vos propres clients, en les incitant à vous donner leur confiance, si vous vous la donnez déjà à vous-même (et un peu au superviseur aussi en passant :-)
  • la séance sera plus fluide, vous y serez plus engagé, sans réserve, complètement présent
  • vous adressez un signal de confiance à votre mémoire
  • vous en serez quitte pour un petit exercice de synthèse après la séance (vous verrez, cela ne vous fera aucun mal et ne vous laissera pas avec des courbatures au cerveau…)
  • ce qui m’amène au conseil principal :

3- faîtes un compte rendu de votre séance, après la séance !

Dans un article sur le site devenircoachpro.fr, j’ai expliqué une technique consistant à terminer la séance avant la fin de la séance, pour la récapituler ensemble. Cela pourrait être l’occasion de prolonger l’effet de la séance de supervision, d’amplifier la conscience que vous en avez, en l’appréciant ensemble :

  • Dans quel état êtes-vous, maintenant ? Comment ressortez-vous de cette séance ? Qu’en retenez-vous par rapport à votre objectif initial ?
  • Par quel chemin êtes-vous passé ? Qu’avez-vous vécu ? Qu’avez-vous ressenti ? (Allez, descendez à l’intérieur, creusez, soyez exigeant envers vous-même, convoquez vos ressentis de l’expérience encore toute fraîche d’il y a à peine 30 ou 45 minutes : c’est un bon entraînement de coach !)
  • Quand vous prenez du recul par rapport à ce vécu de client, quelles questions nouvelles vous suggère votre propre coach intérieur ? Quelles nouvelles prises de conscience émergent en vous, maintenant, sans effort, juste parce que cela sort du four, tout chaud, prêt à être « consommé » ?
  • Quelles pratiques a utilisées votre superviseur pour provoquer ces effets (bons ou mauvais) ? Comment pourriez-vous les modéliser pour vous les approprier et les réutiliser vous-même, et ainsi progresser dans votre pratique ?
  • Comment la relation a-t-elle encore évolué pendant cette séance ? Qui devenez-vous au fil des ces échanges ? etc…

 

qui suis-je en séance de supervision
C’est les questions qui comptent, pas les réponses !

Beaucoup de coachs (notamment les débutants, et c’est normal) restent à la surface de la relation, à la surface de l’être, au lieu de s’engager pleinement dans l’instant présent. Il faut dire que cela représente un chemin de vie, une pratique de chaque instant, et il n’y a pas à se juger par rapport au niveau de « Présence » que l’on offre au client. On fait ce qu’on peut, on fait de son mieux et cela suffit. Mais encore faut-il savoir que c’est cela qu’on vise… sinon on fait des tours de coaching, comme on ferait des tours de magie ou des prises de judo… et on passe à côté de la relation de coaching authentique !

Pour augmenter votre capacité à coacher en profondeur, osez vous lâcher face au miroir, et seulement après la séance de supervision, grattez un compte rendu, qui aille loin, qui creuse à l’aplomb de ce que vous avez caressé en séance. Ce compte rendu, il est pour vous. Ce n’est pas une exhibition de votre intimité ni une démonstration de votre lucidité. Comme un mandala, vous l’écrivez et vous le détruisez, si vous voulez. Il ne vaut que par le processus d’anamnèse qu’il permet de faire. (le mot est savant, je savais que les psys l’utilisent, et j’ai appris par wikipedia qu’il vient des premiers chrétiens (j’aime mieux ça), qui pratiquaient un examen de conscience approfondi… si ça marchait pour eux, pourquoi pas pour nous ?).

 

A bientôt, en séance de supervision