Le biomimétisme, c’est reconnaître humblement l’immense intelligence de la nature et s’en inspirer, au lieu d’exploiter la nature comme des inconscients irrespectueux (“Je me fous des autres et de la suite. Après moi le déluge…”) !

Ouf, les scientifiques commencent à devenir intelligents : il était temps !

Biomimétisme : un espoir pour l’avenir !

  • “Exploiter” la nature comme une matière première, c’est la saccager tout en se perdant soi-même à brève échéance !
  • La considérer comme une bibliothèque de connaissance, c’est se développer, tout en s’insérant harmonieusement dans les lois de la vie qui nous déterminent (nous aussi !).

C’est cela l’intelligence globale, systémique, si chère à l’approche coaching.

Quand on utilise de la matière première, elle est perdue. Et comme elle est limitée en quantité, on est bientôt à court de matière première. Alors on fait la guerre des territoires, pour piquer le fromage des autres, jusqu’à ce qu’ils n’en aient plus non plus et qu’on soit tous en manque.

En revanche, quand on utilise une connaissance, cela ne la diminue pas.  La connaissance est infinie (autant que la connerie d’ailleurs, comme le souligne le conférencier, avec bonhommie). La connaissance met un peu de temps à se transmettre, mais surtout elle se multiplie, parce que celui qui la découvre, est inspiré et découvre de nouveaux attendus, parce que la créativité de l’homme est immense.

“La connaissance est le nouveau pétrole” : La corée du sud n’a quasiment aucune matière première à exporter, mais ils ont un ministère de la connaissance très fortement financé. Du coup, ils exportent plus de brevets de connaissance que la Russie et leur PIB est passé en quelques années de trois fois rien à plus que celui de la France !

Eh les gars, il faut s’y mettre, nous aussi ! Et le biomimétisme est sans doute une clé extraordinaire pour trouver des idées géniales, testées par le plus grand laboratoire de l’univers : la vie, elle-même qui rôde ses bonnes idées depuis des millions d’années !

biomimétisme et supervision de coachs

 

Rendons-nous compte, que l’ “humanus cretinus” est le seul dans la nature à produire des déchets (cocorico !…), parce qu’il pense et produit de façon linéaire : du coup, en bout de chaîne, les reliquats ne sont utiles à personne.

La nature, elle,  produit en cycle : par exemple quand les feuilles des arbres tombent, elles sont recyclées, parce que divers organismes s’en nourrissent. Il n’y a donc aucun déchet dans la nature, tout est réutilisé ! Nous sommes les seuls à salir et polluer, avec notre logique linéaire, qui ne voit pas plus loin que le bout de son nez…

Biomimétisme : Définition

biomimétisme et coaching

Le biomimétisme désigne le transfert et l’application de matériaux, de formes, de processus et de propriétés remarquables observées à différentes échelles du vivant, vers des activités humaines1. C’est un domaine émergent de la recherche qui comprend des sous-domaines tels que la bionique et la bioassistance, ou l’architecture biomimétique.

Il s’agit d’une ingénierie inspirée du vivant, qui cherche à tirer parti des solutions et inventions produites par la nature (solutions sélectionnées parmi de nombreuses autres depuis 3,6 milliards d’années)… (Wikipedia)

 

Dans le coaching (et a fortiori, en supervision des coachs), nous pensons et travaillons de façon systémique. Comment les coachs pourraient-ils eux aussi s’inspirer du biomimétisme pour aller encore plus loin, et améliorer encore l’écologie (et donc la performance) de leurs prestations ?

Le principe d’alignement personnel, qui consiste à incarner le comportement cible que cherche à acquérir le client, me paraît directement inspiré du principe du biomimétisme…

 biomimétisme