Insight coaching : Coaching avec insight

  • Si plusieurs séances se déroulent sans le moindre petit sursaut, le moindre petit frisson, on peut dire… qu’on a affaire à un coaching où il ne se passe pas grand chose !
  • D’un autre côté, un excellent coaching qui fait progresser le client peut aussi avancer discrètement, sans tambour ni trompette.
Autrement dit, un bon coaching peut parfaitement ne pas susciter d’insight visible.  Mais il y aura eu des prises de conscience et des déclenchements. Sinon c’est un coaching incrémental, qui laisse le client dans son cadre de référence, ne lui procure aucune ouverture significative, aucune rupture dans sa vision, mais le porte juste un cran plus loin dans l’élaboration de son plan.

Cette interruption, qui bouscule les croyances et la vision du client est précisément ce qu’il vient chercher dans un coaching puissant. La séance n’a pas besoin d’être longue, pour produire l’insight salutaire. Avec l’expérience, on sait même qu’il n’est pas souhaitable pour le client de le laisser s’enfoncer trop longtemps dans son cadre de référence : plus il l’expose, plus il le consolide, plus il s’y enlise, et plus il sera difficile de l’en faire sortir après…

Les questions de niveau 2 favorisent l’insight coaching

Où se situe l’insight dans la logique des 4 étapes du coaching que nous avons exposée (dans un autre article) ?

L’insight se situe entre l’Eau et l’Air, entre la phase d’Ouverture et celle de Solutions :

 

 

Les questions proposées par le coach en insight coaching doivent apporter délibérément une sorte de confusion, qui permet d’introduire des changements dans les paramètres de l’équation du problème du client. (voir la technique : poser l’équation pour sortir de la boite)

Par exemple : Si cette dernière est trop simple, le coach y introduit de la complexité, tandis que si elle est trop complexe, il suggère des raccourcis et des simplifications, pour créer un doute dans les certitudes et ouvrir de nouveaux espaces dans la pensée du client.

Cette confusion et cette ouverture ne sont pas toujours spectaculaires et encore moins miraculeuses. Elles ne résolvent pas un problème de façon magique, mais elles entr’ouvrent le cadre de référence du client,  juste de quoi laisser filtrer de nouvelles options. Parfois le client ne change que des petites nuances, mais du moment qu’elles introduisent une différence, elles déclenchent la possibilité du changement, et permettent la mise en mouvement.

Et c’est le mouvement, plus que l’insight Coaching lui-même, qui créent les conditions de réussite pour les solutions envisagées…

Ceci est l’art de l’insight.

Aller plus loin sur l’insight coaching :

 

Parce que des confusions existent chez nos clients à propos de ce qu’est vraiment le coaching, je montre cette séquence vidéo parce que de mon point de vue, ce n’est évidemment pas du coaching, mais une bonne séance de formation en individuel. Jugez-en plutôt :

La confusion existe aussi dans le sport où on parle de « coachs sportifs » qui sont souvent plus des « entraîneurs sportifs » ou des moniteurs, experts techniques, plutôt que des coachs au sens où on en parle sur ce site : pas de position basse, des questions de formateur (dont l’entraîneur connaît la réponse), des conseils techniques, du support moral… mais pas tellement d’ouverture du cadre de référence, pas spécialement d’insight… finalement : pas de changement de type 2 ! On est loin de l’insight coaching. C’est carrément autre chose en fait.

En revanche, je trouve que cette  cette séquence de formation est de bonne qualité, parce qu’on voit bien le moniteur centré sur le « comment », à côté de l’apprenant en situation d’action.

 

Cette seconde séquence, trouvée au hasard sur internet, me convient encore davantage. J’en retiens notamment de bonnes questions :

  • Qu’est-ce que vous souhaiteriez à la place ?
  • C’est comment quand vous vous sentez à l’aise ?
  • En quoi ça dépend de vous ?
  • Par exemple, parmi les techniques que vous utilisez déjà, lesquelles pourriez-vous mettre en place pour… ?

Ce sont de bonnes questions pour faire sortir le client du problème et le faire se projeter sur les solutions. Grâce à ces questions de coach, le client peut effectivement changer légèrement d’état interne. Cependant, l’accompagnement de bonne qualité qui est proposé ici (avec de l’empathie et de bonnes reformulations) reste incrémental dans le niveau 1. Malgré ces 3 bonnes questions, on voit bien le client n’a pas découvert quelque chose qu’il ne connaissait pas avant de venir en coaching. Il a pu en revanche, mobiliser ses ressources et se « conditionner » comme on se prépare avant d’agir. On va dire, que la cliente est probablement rassurée et voit un peu plus clairement ce qu’elle a à faire (mais qu’elle savait déjà -et faisait déjà probablement- avant de venir). Evidemment la professionnelle du coaching, qui fait la démonstration pédagogique à travers cette vidéo très bien faite, ne vise ici qu’à illustrer comment placer cet enchaînement de bonnes questions. Dans un vrai coaching, elle poserait probablement d’autres questions, de niveau 2 cette fois, dont elle fait peut-être la démonstration de l’insight coaching dans une autre vidéo…

 

 

Pour explorer la notion de profondeur en coaching systémique, voici encore deux articles focalisés sur ce point :