Développer son activité de coach est un impératif si vous souhaitez vivre des revenus de votre vocation. C’est possible, il y a des moyens pour cela (Voir l’article : “Vivre du coaching“). Mais beaucoup d’entre nous ne se les donnent pas, et c’est dommage :

Développer son activité de coach
Gagner sa vie grâce au coaching : pas si évident !
  • Très peu de Coachs ne vivent que du Coaching.
  • Beaucoup de coachs vivent avec d’autres activités que le pur coaching.
  • Et très peu en vivent bien.
  • C’est toutefois possible, à condition de développer son activité de coach sérieusement…

Les coachs indépendants ne font donc généralement pas que du coaching : ils donnent des cours, ils font des formations, ou des assesment ou des recrutements…  ou encore, ils exercent des fonctions de conseil à temps partiel (en marketing, en communication, en RH, en organisation, en stratégie, en informatique, etc…).

Dans un sens, c’est très bien, tant que cela ne crée pas de confusions dans la posture (notamment ente l’écoute d’expert-conseil et l’écoute ouverte et sans intention du coach), cela enrichit le cadre de référence du coach, cela contribue à son ouverture et à sa prise de recul.

Quoi qu’il en soit, tous ont généralement envie que leur business de coach se développe et la plupart seraient bien contents de ne plus faire que du coaching, si seulement ils avaient suffisamment de commandes.

Dans cet article, nous allons évoquer ensemble 2 moyens sûrs et simples de développer son activité de coach.

1- Savoir se vendre pour développer son activité de coach

Il ne suffit pas seulement de bien pratiquer le Coaching (ce qui suppose déjà d’être formé spécifiquement au Coaching, de pratiquer tous les jours pour être suffisamment entraîné, d’être supervisé, et éventuellement d’être accrédité par une association professionnelle) :

  • il faut aussi supporter de travailler seul la plupart du temps et de ne pas connaître la sécurité d’un salaire récurrent ou d’un carnet de commande rempli à l’avance
  • il faut être capable un minimum de gérer sa petite entreprise sur le plan administratif
  • mais surtout : il faut savoir vendre le coaching !

 

Et ce dernier point est tout particulièrement délicat.

Pour développer son activité de coach, il faut savoir :

  • générer suffisamment de contacts et les entretenir pour avoir suffisamment d’opportunités de faire des offres à des clients ou prospects
  • écrire des propositions pertinentes, attractives, professionnelles (et être un bon Coach, n’est pas forcément équivalent à savoir écrire ou savoir penser dans le sens des besoins et des motivations de l’interlocuteur…)
  • parler autour de soi dans son réseau : de son métier, de soi-même, de sa pratique, de ses expériences…

Le premier moyen pour développer son activité de coach, c’est de se former à vendre le coaching. C’est une vente particulière, et tous les coachs ne sont pas des commerciaux dans l’âme. Cela tombe bien, parce que la façon habituelle de vendre (mettre en avant son produit, argumenter pour convaincre, chercher à séduire) ne convient pas pour le coaching. Dans le coaching, le produit c’est vous ! Vous n’allez pas vous vanter pendant tout l’entretien. En plus en poussant votre offre, même s’il ne s’agissait pas de vous-même, vous démontreriez l’opposé d’une posture de coach…

Nous proposons 3 journées pour vous familiariser avec les fondamentaux de la vente, dépasser vos inhibitions, oser vous lancer dans la prospection, optimiser vos offres et vos présentations commerciales, revisiter votre cadre contractuel, vous construire des outils professionnels…

2- Se trouver un bon superviseur, pour développer son activité de coach !

Puisque vous croyez suffisamment au Coaching pour en avoir fait votre métier, utilisez-le donc pour vous-même, et prenez vous un Coach pour développer votre business (et non seulement pour vous perfectionner dans votre art). La supervision commerciale est faite pour ça.

Pour les débutants, n’attendez pas d’avoir des clients pour vous engager dans une démarche de supervision. Au contraire, la supervision, vous permettra d’ajuster votre posture, y compris de commercial, et vous aidera à trouver vos premiers clients (et non seulement à réussir vos premières missions).

3- Développer son activité de coach au sein d’un club de coachs

Ne restez pas seul avec le poids de votre développement sur les épaules. Une formation et une supervision vont vous aider, mais la fréquentation d’autres coachs, vous aidera à vous développer et trouver des synergies. Vous inventerez ensemble des offres originales, vous bénéficierez d’intervision entre vous, vous serez portés par une dynamique de groupe, que vous contribuerez à renforcer en partageant vos idées et vos bonnes pratiques.

Nous avons crée un club de coachs, qui se réunissent 4 fois par an sur une journée :

  • J1 – Outils, méthodes, jeux et divers partages liés à la structuration de nos métiers de coach
  • J2- Posture de coach, présence, engagement authentique dans la relation
  • J3- Intervision, échange de pratiques pro
  • J4- Stimulation commerciale, développement business

La prochaine journée du club de coachs est fixée l 15 décembre 2016. Elle est dédiée aux thèmes suivants :Posture de coach, présence, engagement authentique dans la relation

Renseignez-vous sur les modalités de participation. Vous ne prenez aucun risque parce que vous ne paierez la journée que si vous en êtes satisfait et souhaiter revenir.

La force d’une supervision commerciale

développer son activité de coachNos séances de supervision commerciale dont une aide précieuse pour développer son activité de coach :

  • réussir ses entretiens exploratoires et ses présentations,
  • optimiser ses offres et ses documents commerciaux
  • développer son réseau
  • créer son site internet
  • canaliser son énergie au lieu de se disperser
  • s’ouvrir aux opportunités au lieu de s’agiter de façon désordonnée ou de s’accrocher aux contacts stériles
  • garder le moral et rester dans le rythme…

Ces séances de supervision sont un véritable investissement pour se lancer ou développer son activité de coach (Voir l’article : “Vivre du coaching“) .

A chaque séance, vous débloquerez des réserves que vous vous inventez pour reporter à plus tard, vous ajusterez vos actions commerciales de la période à venir, vous préparerez vos propositions pour vous donner toutes les chances qu’elles réussissent. Et ainsi, d’une fois sur l’autre vous produirez et mettrez en oeuvre un plan d’actions qui vous portera inexorablement vers l’avant.

Difficile de développer son activité de coach individuel

Beaucoup de coachs, doués, motivés et bien formés se posent la question de développer son activité de coach et de vivre du coaching.

Tous les cas de figure existent probablement, mais notre impression est que gagner sa vie avec le coaching, est un privilège auquel malheureusement fort peu de coachs accèdent…

Le coaching individuel est une prestation très gratifiante, parce que par elle un coach peut considérablement créer de la valeur pour ses clients.

En revanche, même si le tarif horaire du coaching est réputé élevé (du moins en entreprise), de nombreux coachs n’obtiennent pas facilement des contrats en entreprise, et beaucoup d’autres ne travaillent qu’avec des particuliers. Bref très peu d’entre eux peuvent se réjouir de bien gagner sa vie avec le coaching.

Gagner sa vie avec le coaching d’équipe est plus facile

Quels sont les moyens de vivre du coaching, de développer une qualité de vie, d’exercer un métier gratifiant et intelligent qui a vraiment un sens, tout en gagnant sa vie correctement ?

Ceux qui s’en sortent le mieux sont ceux qui ont une autre activité en parallèle : formation, recrutement, conseil, psychothérapie, etc…

Nous pensons que le coaching d’équipe est un métier en plein développement :

Il y a encore très peu d’offres sérieuses de coachs d’équipe. Très peu de coachs sont formés spécifiquement au coaching d’équipe. La plupart des intervenants sont des consultants ou des formateurs qui font du teambuilding.

Nous croyons que le coaching d’équipe n’est pas si difficile d’accès pour des coachs individuels déjà bien formés. C’est de plus une activité cohérente avec le positionnement de coach (évidemment) et une activité rémunératrice, qui permet de gagner sa vie avec le coaching, tout en se faisant connaître comme coach individuel. Il n’est pas rare en effet, que dans le cadre d’une mission de coaching d’équipe, un manager nous demande quelques séances pour lui ou nous confie un de ses N-1 en coaching individuel…

 

développer son activité de coach

Nous avons conçu une formation pour devenir coach d’équipe, qui présente des résultats excellents auprès des participants qui en sortent armés pour développer leur business de coach :

  • Les participants en sortent avec de la confiance en eux, et une grande envie d’expérimenter ce qu’ils ont appris (voir les témoignages)
  • Nous leur offrons une vision claire, des méthodes structurantes, des outils simples et puissants.
  • La dynamique d’équipe que nous suscitons entre les participants d’une même promo les pousse à s’entrainer pendant les intersessions, parce que nous les poussons à trouver des clients auprès de qui pratiquer, sous notre supervision.
  • Le travail sur le processus parallèle en coaching pendant le cycle de formation offre une expérience sans pareil pour goûter de l’intérieur au coaching d’équipe

Voir le programme de la formation au coaching d’équipe

Comment développer son activité de coach ?

D’abord : cesser de vouloir “faire du coaching” : Ne faîtes pas le coach, soyez coach ! (voir cet article : être coach ou faire du coaching ?)

Incarnez votre fonction, tout le temps…

S’exercer en permanence à être présent, être attentif et accueillant envers ce qui est, ouvrir le champ des possibles, être attentif à ce que l’on s’entend dire soi-même et se rectifier quand les mots ne sont pas justes. Soyez exigent envers vous-même en terme de précision de votre pensée et de votre communication.

Pour autant il ne s’agit pas de faire du coaching sauvage, de coacher vos proches sans qu’ils ne vous le demandent. Le coaching est un état d’esprit naturel, mais une pratique parfaitement artificielle. Je m’explique :

  • être tourné vers les solutions, écouter les processus en même temps que les contenus, voir des liens entre des formes, sentir les dynamiques, considérer le bon côté des situations, pressentir le potentiel des autres et repérer leurs points forts sont des qualités d’être d’un coach, qui se rôdent en pratiquant, mais qui sont déjà naturellement développées chez les coachs en herbe
  • adopter une position basse pour offrir à l’autre du miroir, poser des questions impertinentes, confronter, recourir à des métaphores pour orienter sans induire, sont autant d’exemples de comportements ou de techniques tout-à-fait professionnelles (donc pas tellement spontanées), qui seraient insupportables dans des relations ordinaires en dehors du cadre du coaching. Imaginez que votre boulangère se plaigne du mauvais temps et que vous restiez en silence avant de lui proposer une reformulation synthèse assortie d’une question puissante et de votre sourire N°4… On vous trouverait bien étrange, non ? Donc de grâce, pas de coaching sauvage, pas de coaching hors piste, comme ça vite fait, à la hussarde : Pas de demande = pas de coaching !

Si vous vous abstenez de vous raconter des histoires (voir les 2 articles : “arrêter de penser” et “halte aux pensées toxiques“), vous serez davantage ouvert aux opportunités, et vous serez naturellement disposés à les saisir. D’ailleurs, étonnamment on viendra vous chercher pour vous demander du coaching !

Et puis, en quelque sorte pour attirer les opportunités voici une petite clé de réussite, un petit “truc”.

“Oh mince, un truc de coach ! Cela doit être quelque chose…  D’autant plus que ces gens là ne croient justement pas aux trucs et aux recettes, il paraît qu’ils travaillent avec le vivant, avec ce qui est présent à l’instant présent : on est loin des trucs et des recettes standards. Alors, quel peut bien être ce truc ?

Là où va votre attention, là aussi va votre énergie !

“On devient ce que l’on mesure…”

Notez sur une feuille excell, toutes les opportunités qui se présentent à vous de faire du coaching. Notez-y vous missions, facturées ou non, comptabilisez votre nombre d’heures de coaching, et votre nombre de clients. Répertoriez les thèmes que vous avez travaillés, listez les objectifs des clients que vous avez accompagnés. Quand vous placerez votre attention sur le coaching, quand vous lirez sur le coaching, quand vous pratiquerez le coaching, vous baignerez dans une ambiance coaching qui attirera toujours plus de coaching dans votre vie !

Voici le truc : Visualisez votre business en train de se développer

Mieux que de vous fixer des objectifs, qui vous mettront une pression et ne vous seront d’aucune utilité, visualisez-vous plutôt en train de coacher et de vivre de votre passion. Voyez-vous en train d’avoir plaisir à écouter et encourager des personnes méritantes. Soyez dans cet état de rayonnement positif, maintenant. Distribuez votre confiance à pleine brassées, et accordez aux autres vos plus chaleureux sourires.

Ressentez le courant d’amitié qui est sous-jacent à toutes les expériences, à toutes les situations, dans toutes les rencontres.

Bien que vos clients ne soient pas forcément des amis, voyez-les pourtant comme tels, ressentez une franche camaraderie pour toutes ces personnes qui veulent tout simplement réussir (voir à ce sujet :” l’importance du cadre en coaching“). Comprenez qu’ils sont comme vous, ce sont de bonnes personnes qui cherchent fondamentalement à être heureuses. Ressentez un courant d’amitié envers elles. Imaginez les, ces clients, contents et regonflés, en train de quitter la séance avec la pêche et un bon moral, les idées claires, franchement motivées !

Visualisez votre agenda rempli de ces rendez-vous d’1h30 à 2 heures : Voyez comment vos journées seront bien remplies, entre un coaching téléphonique le matin, pendant que vous respirez en marchant dans un parc, un coaching dans un salon de thé, un déjeuner avec des collègues, puis une séance exploratoire suivie d’un entretien tripartite de lancement d’une nouvelle mission.

Voyez votre tableau de chiffre d’affaires rempli de missions de coaching, et les chiffres s’ajouter les uns aux autres pour construire un beau résultat. Visualisez les noms des clients prestigieux qui vous feront bientôt confiance. Soyez-en contents comme si vous y étiez déjà. Remerciez pour cette chance que vous avez déjà (en potentiel) de vivre de vos talents. Imaginez-vous en train de distribuer votre livre, d’écrire vos articles, de recevoir des appels, et même obligé de passer des missions à vos collègues parce que vous en avez déjà trop…

Considérez chaque contrainte comme une opportunité

En ce moment, vous avez un certain niveau d’activité, c’est très bien. Demain c’en sera un autre, et ce sera très bien aussi. Le plus important est de lâcher prise sur le résultat et de vous concentrer à chaque pas sur l’instant présent, en faisant de votre mieux à chaque instant, instant après instant…

  • Quand ce niveau baisse, cela vous permet de souffler.
  • Quand il monte, vous acquerrez plus d’expérience, vous développez davantage vos compétences.

Il y a un chemin commercial à prendre, pour développer son activité de coach. Chacun le sien, et il faut trouver le vôtre… et le prendre !

Prenez donc rendez-vous pour en parler ! A bientôt peut-être, cher collègue…