Nous allons renverser ensemble quelques idées fausses à propos du coaching.

à propos du coachingContrairement à ce que pourrait laisser penser la photo ci-contre, le coaching ce n’est pas « mignon », tout « rose », un peu comme un joli champ de pâquerettes !

 

Ensemble, nous allons dénoncer ce que le coaching n’est pas !

Cela vous fera certainement gagner du temps si vous voulez devenir coach et dégagera votre route vers l’excellence de tous les encombrements qui ajoutent inutilement de la confusion !

 

Avertissement : Le coaching est une approche impertinente qui bouscule (en douceur) le client. Dans cet article, je risque de provoquer un peu les âmes sensibles. Je m’en excuse par avance et pour éviter des commentaires de gens qui ne comprennent pas bien ce qu’ils lisent, je vous invite à lire ces quelques lignes tranquillement, intelligemment et jusqu’au bout avant de vous insurger inutilement (comme on peut se rendre compte parfois que cela arrive, à travers certains commentaires qui tapent à côté de la plaque :-) !

Le coaching est fondamentalement subversif

Je ne vous ferai pas l’affront de débiter des banalités à propos du fait que le coaching n’est pas du conseil, de la formation, ou de la psychothérapie. Je fais plutôt l’hypothèse que vous avez déjà compris que le coaching consiste à permettre au client de trouver par lui-même ses propres solutions, sur des objectifs qu’il se fixe lui-même (et qui sont le plus souvent des objectifs de changements comportementaux).

Alors, maintenez que nous avons bien « défoncé cette première porte ouverte », commençons à débiter nos impertinences, en espérant qu’elles ne vous révolteront pas, mais vous conforteront plutôt dans votre vision de l’excellent métier qu’est le coaching :

Cela ne sert à rien d’écouter un client raconter des histoires…

  • son « histoire » (son contexte, le problème, ses causes et ses conséquences), le client la connaît déjà par coeur. Cela ne crée aucune valeur pour lui de la répéter une fois de plus. Et c’est un bien mauvais cadeau à lui faire, sous prétexte d’empathie, que de l’inciter à touiller une fois de plus dans son sac de frustrations.
  • plus il parle du problème, plus il enflamme « son bobo », à force de le triturer. Et plus il s’enfonce dans le problème, plus il sera difficile pour lui de s’en sortir après…
  • si les solutions étaient dans le problème, il les aurait trouvées depuis longtemps, sans avoir besoin de coaching. Il n’y a donc rien à gagner à « explorer » (comme aiment le dire ceux qui veulent toujours « comprendre« ) le problème, ses causes et son contexte. Laissons plutôt cela aux experts qui délivrent des conseils.
  • les « histoires » qu’on se raconte, sont justement ce qui cause nos problèmes dans la vie. Les raconter une fois de plus, ne rapprochera pas le client de ses ressources profondes dont il se tient à l’écart, justement à cause d’elles !

Pour créer de la valeur, le coaching doit aider le client à changer de perspective, donc à changer d’angle de vue, donc à changer de posture, donc à changer d’énergie ! Ce n’est pas en écoutant le client s’enfoncer dans le problème qu’on l’aide à en sortir. L’écoute de coach n’est peut-être pas celle que vous croyez… (voir notre conférence à propos de l’écoute professionnelle)

Inutile de poser des tas de questions

Le coaching ne consiste pas non plus à poser des tas de questions et proposer de temps à autres des reformulations plus ou moins pertinentes…

  • Avec cela, on ne va pas bien loin !
  • A la limite, le coaching vise à ne proposer qu’une seule question, « la » question puissante, qui fait basculer le cadre de référence du client, qui ouvre une brèche dans ses auto-limitations, qui le fait sortir de l’espace problème et le met sur la voie de ses propres solutions (qu’il ne pouvait voir tant qu’il regardait là où elles n’étaient pas : dans le problème !).

(Télécharger notre livre : « Le coaching de l’énergie« )

Une présence attentionnée est insuffisante

Le coaching ne consiste pas simplement à offrir une présence attentionnée.

…ça, c’est ce qu’il faut pour « assister » les autres, éventuellement pour les « prendre en charge ». Mais on est loin du compte avec ça !

Les qualité suivantes sont nécessaires, mais très largement insuffisantes :

  • une bonne relation de confiance
  • une bonne écoute
  • une bonne empathie
  • une bonne intention bienveillante

Ces qualités, que vous avez probablement déjà à un haut niveau, sont évidemment nécessaires et essentielles. Elles font de vous quelqu’un de sympa, qui a une bonne écoute compréhensive et qui donne éventuellement de bons conseils à ses amis, mais ce n’est pas cela être coach. Ces excellentes qualités ne suffisent pas à faire de vous un coach, et encore moins un coach professionnel.

 

Le coaching n’est pas un truc « naturel »

Le coaching n’est pas une démarche « naturelle », qui va de soi. C’est un accompagnement, qui prend à contre-pied le client (et donc qui oblige le coach a des apprentissages très spécifiques, et pas du tout « spontanés »). Désolé de vous décevoir peut-être, mais la démarche du coaching est très « artificielle », dans le sens qu’elle demande d’avoir acquis des méthodes professionnelles pour communiquer d’une manière très spécifique.

Ce qu’on doit apprendre pour devenir un coach professionnel :

  • Fondamentalement, et centralement, on a besoin d’apprendre l’art de proposer « la » bonne question qui fait basculer le client et lui fait changer d’énergie, d’orientation, de perspective…

Et du coup, pour en arriver là, il y a des conditions à réunir, grâce à la maîtrise de différents tours de mains professionnels.

 

Quelques trucs à savoir faire…

  • L’art de centrer l’entretien dès le départ sur les résultats visés et de bien conserver en tête ce fil rouge pendant tout l’entretien, pour ne pas vous perdre pendant l’échange, et pour lui donner de la lisibilité et de la cohérence.
  • L’art d’être authentiquement présent, avec tout son corps, tranquille et totalement disponible (et pas juste être dans sa tête, agité par des pensées à propos du client, à propos de ce coaching, de cette séance, étant occupé à chercher votre prochaine question, et à faire des efforts pour comprendre ce qu’il dit, ce qui lui arrive, comment il pourrait faire autrement… qui sont autant d’activités parasites, inutiles et contre productives en coaching !!!). Ceci permet de se rendre pleinement disponible, instant après instant, authentiquement engagé dans sa propre profondeur, tout en participant activement en surface à la conversation de coaching. C’est cette centration indispensable qui vous enracine dans un haut niveau de vitalité et de concentration pour vous-même tout au long de la séance…
  • L’art d’écouter ce que le client ne dit pas et surtout : l’art de ne pas écouter ce qu’il dit (Ah, je vous avais prévenu que ça allait piquer un peu… :-) : ce qu’il dit, vous l’entendez évidemment, mais ce que vous écoutez c’est comment il dit ce qu’il dit. Parce que c’est là que vous captez la manière dont il s’enferme dans le problème et se tient à l’écart des solutions.
  • L’art d’offrir des reformulations qui aident à « élucider » et accélèrent le processus réflexif (comment choisir les bonnes, les proposer au bon moment, avec la formulation juste et les mots clés dans lesquels le client se reconnaît ?)
  • L’art de proposer du feed-back qui tape dans le mille, qui touche l’individu en son centre et le met en état de réceptivité, en « contact » avec ses ressources profondes.
  • L’art d’incarner pendant la séance les comportements clés que le client a besoin d’acquérir, et la capacité de l’aider à les modéliser pour lui-même (lire à ce propos : « Le secret du coaching« )
  • L’art d’accueillir les émotions de l’interlocuteur, sans ressentir de malaise et sans se laisser déborder. L’art de trouver la distance juste, à la fois chaleureuse et sans confusion.

Une formation qui va à l’essentiel

Pas besoin d’une formation tellement longue, si vous êtes intelligent et si on vous forme sur le coeur du métier, sans tourner autour du pot avec tout un tas de considérations périphériques.

Avec Frank Salles, nous nous sommes associés pour vous offrir une formation au coaching individuel (en complément de notre cycle de formation au coaching d’équipe), qui va vous faire travailler en profondeur et en finesse :

  • votre posture et l’état d’esprit requis pour « être coach », au-delà de « faire du coaching » (voir à ce sujet : « être coach ou faire du coaching ?« 
  • les techniques de communication spécifiques au coaching : contractualisation en début de séance et en début de séquence, rythme en 4 temps, écoute de niveaux 3 et 4, question puissante, feed-back impertinent, confrontation, utilisation du processus parallèle, provocation de l’insight et du breakthrough, lâcher prise sur le résultat, etc…
  • quelques outils de base dont vous aurez évidemment besoin, mais en coaching votre principal outil c’est vous-même ! Pas la peine de vous rassurer avec des « trucs » qui ne vous serviront à rien, et qui empêcheront d’être directement en contact avec le client. Si vous voulez absolument jouer avec des outils, essayez plutôt de devenir bricoleur ! Nous, nous vous proposons de devenir coach professionnel… (Ah ! Encore… ça fait du bien quand ça brûle un peu, non ?)
  • la manière de vous lancer dans ce métier, en sachant non seulement bien le pratiquer, mais aussi en sachant vendre vos prestations… sinon vous aurez passé du temps et dépensé de l’argent pour vous former, mais vous ne pourrez jamais vivre du coaching ! Ce serait dommage, parce que vous avez probablement bel et bien cette vocation, et ce métier est vraiment génial.

Vous avez raison de vouloir devenir coach !

Le marché du Coaching est encore émergent, et il va se développer fortement. Force est de constater en tous cas que le terme a le vent en poupe : il est d’ailleurs mis à toutes les sauces, plus ou moins douteuses et inappropriées parfois, traduisant ainsi l’attrait qu’il exerce, notamment sur les jeunes générations.

Le coaching est un métier génial, où l’on rend un vrai service aux autres, tout en gagnant sa vie confortablement (quand ça marche, évidemment !) et en ne “la perdant pas à la gagner”… C’est un métier qui a du sens et qui laisse du temps disponible, pour apprécier la vie, et cultiver le recul nécessaire à une pratique performante justement !

L’ambition de cette formation coaching individuel est de former des professionnels compétents et rigoureux, mais aussi vivants, créatifs et capables de s’adapter sur mesure à chaque cas, d’établir une relation juste avec des personnes très variées.

Qu’il s’agisse de coaching en entreprise (de dirigeants, d’entrepreneurs, de managers) ou de coaching de particuliers, de parents, d’adolescents, etc… il s’agit toujours d’un coaching professionnel, efficace, et déclencheur de résultats tangibles ! Il n’y a pas de “petits coaching” : même quand la séance est vendue pas trop chère, parce que vous débutez ou parce que le client a peu de moyens, c’est un vrai coaching, complet, sérieux. Mais ce n’est pas une raison pour se prendre la tête et se prendre au sérieux ! :-)

Rassurez-Vous, Frank et moi-mêmes sommes aussi de « gentils formateurs », on ne vous fera pas de mal. Mais si vous voulez qu’on vous aide à devenir des professionnels du coaching, il va quand même bien falloir qu’on vous aide à changer deux ou trois trucs qui feront la différence avec avant ! Dans les 4 énergies, que nous utilisons en coaching, il y en a de plus douces que d’autres. Dans cet article, vous avez eu un aperçu du Feu, peut-être. Le Feu, c’est cette énergie qui stimule par le challenge, qui réveille par un miroir direct qui ne tourne pas autour du pot. Mais il y a aussi l’Air avec sa créativité, l’Eau avec sa profondeur, la Terre avec sa structure et son côté bien concret. Vous verrez, cette formation est assez équilibrée. Demandez-nous des noms de participants, qui pourront témoigner auprès de vous de leur expérience d’apprentissage et de training avec nous… profitez-en : certains y ont survécu :-)

 

Une pédagogie qui fait bouger les lignes

Fidèle à notre modèle du coaching de l’énergie, nous sommes attentifs à garantir à nos participants les 4 aspects principaux de la pédagogie du coaching :

  • Terre : Pour mettre à l’aise ceux qui sont tout particulièrement sensibles au cadre, à la structure, aux méthodes et aux outils pratiques : nous proposons toujours le plan de nos modules, de nos journées, de nos séquences même. Nous mettons en valeur le fil rouge, pour vous permettre de suivre votre progression et vous sentir vraiment au centre de l’acte d’apprendre, qui est très personnel. C’est votre responsabilité avant d’être la nôtre, c’est vous le client. Comme le personnel de bord dans un avion, nous nous évertuons à vous faire passer un moment confortable et sécurisant. Autant que possible, nos consignes sont le plus précises possibles, et nous allons regarder avec vous dans les détails les origines et/ou les implications des apports que nous proposons…
  • Eau : Pour favoriser une bonne relation avec le groupe et avec chacun, nous tâchons de toujours montrer le sens des séquences et des apports, en lien avec vos objectifs. En tant que coachs d’équipe nous-mêmes, nous coachons votre groupe de participants pour créer l’environnement affectif propice à la dynamique apprenante de chacun. Comme la dynamique de groupe et la systèmie sont justement des thèmes centraux de nos formations, elles sont aussi au coeur de notre pédagogie. Nous en appliquons les règles et les bonnes pratiques avec vous, et nous vous le montrons en situation. Vous pouvez ainsi expérimenter et analyser les effets, apprécier les tours de mains, les discuter, les ajuster, vous les approprier… Avez-vous déjà bénéficié d’un vrai coaching d’équipe ? C’est l’occasion ou jamais d’en profiter un maximum, de l’intérieur, et tout en étudiant tous ensemble ce qui est vécu par chacun, comment s’y prend le coach, quelles autres options s’offrent à lui et au groupe, comment tout cela pourrait s’appliquer à d’autres équipes dans d’autres contextes, etc…
  • Air : Evidemment, le changement et le rythme sont très importants. Nous sommes donc très attentifs à créer du rythme et à conduire les journées de façon tonique, en variant les approches pour vous tenir en éveil et en action d’un bout à l’autre. vous n’êtes pas venu pour vous assoupir et vous reposer, mais pour travailler. C’est ce qui va se passer. La pédagogie du coaching favorise les échanges entre vous, les partages d’expériences, la modélisation des meilleurs pratiques, les jeux, les ice breakers, les parenthèses et les détours pour mieux apprécier le contenu d’un sujet à partir de métaphores et de prises de hauteur, qui varient les perspectives. Nous faisons ce qu’il faut pour que vous disposiez d’une vision globale des sujets.
  • Feu : Pour être en phase avec l’aspect feu présent en chacun d’entre vous, nous proposons des apports clairs et directs, que nous présentons sans trop de « préliminaires » pour aller à l’essentiel. Et tout de suite, nous vous invitions à voir comment vous les approprier pour créer de la valeur auprès de vos clients et progresser vite. Ainsi, vous êtes en situation de décider par vous-même à chaque instant, en toute autonomie de la manière dont vous allez passer à l’action. Saurez-vous relever le défi de vous remettre en question et de vous challenger vous-même ? (Voir : Utilisation du processus parallèle en coaching)