Voici la traduction d’un texte de Barry Long, qui vise à démasquer l’imposture de la personnalité. Selon lui, nous nous prenons pour qui nous ne sommes pas, et nous souffrons de ne pas être nous-mêmes. Il n’a peut-être pas tout-à-fait tort…  :-)

Ce texte court illustre d’une autre manière le mythe de la caverne de Platon, dont nous avons déjà parlé, et qui campe bien le décor du coaching.

D’abord, nous proposerons ce texte, et puis nous partagerons avec vous quelques commentaires à son propos, en lien avec le coaching et la supervision systémique…

Démasquer l’imposture du masque social

 

Il y a très, très longtemps, lorsque les êtres humains n’étaient pas incarnés dans leur corps physique comme ils le sont aujourd’hui, un homme (où était-ce une femme ?) avait fabriqué un masque merveilleux – un masque qui pouvait avoir plusieurs visages.

Cet homme avait l’habitude de mettre son masque et de s’amuser en accostant soudainement les passants et en observant leurs réactions. Parfois, le masque souriait, parfois il pleurait, parfois même, il grimaçait et se renfrognait.

Démasquer l'imposture de la personnalité- coaching

Ses victimes étaient toujours choquées à la vue de ce visage tellement extraordinaire, étrange et si peu naturel – même lorsqu’il souriait. Mais que ces personnes rient ou pleurent était sans importance pour notre homme. Tout ce qu’il voulait, c’était l’excitation due à leurs réactions. Il savait bien que c’était lui derrière le masque. Il savait que le farceur, c’était lui – et que la farce était à leurs dépens.

Au début, il sortait avec le masque deux fois par jour. Puis, s’habituant à l’excitation que lui procurait cette activité, et en en voulant encore davantage, il commença à le porter toute la journée. Finalement, il n’éprouva plus le besoin de l’enlever et le garda pour dormir.
Durant des années, l’homme parcourut le pays en s’amusant derrière son masque.

Puis un jour, il s’éveilla avec une sensation qu’il n’avait jamais ressentie auparavant – il se sentait seul, divisé, quelque chose lui manquant. Bouleversé, il bondit hors de chez lui pour se trouver face à une très belle femme – et en tomba immédiatement amoureux. Mais la femme cria et s’enfuit, choquée par ce visage étrange et effrayant.

« Arrêtez-vous, ce n’est pas moi ! » cria-t-il en tordant son masque pour l’arracher. Mais c’était lui. Impossible de détacher le masque. Il était collé à sa peau. Il était devenu son visage.

Cet homme, avec son masque fabuleux, fut la première personne à entrer dans ce monde malheureux.
Le temps passa. Malgré sa ténacité et les efforts qu’il déploya pour annoncer à tous le désastre qu’il s’était infligé, personne n’était prêt à le croire. D’autant plus que personne n’était intéressé à l’écouter, puisque tout le monde l’avait imité. Tous avaient mis leur propre masque – afin de connaître eux aussi la nouvelle excitation de jouer à être ce qu’ils n’étaient pas. Comme lui, ils étaient tous devenus le masque.
Mais désormais quelque chose de pire était arrivé. Non seulement ils avaient oublié la farce et le farceur, mais aussi ils avaient oublié la façon de vivre joyeusement, en tant qu’être sans masque.”   

Extrait tiré de l’ouvrage de Barry Long : « Seule meurt la peur » Les Éditions du Relié

Cette allégorie exprime la détresse, après l’excitation, que ressentent celles et ceux qui se prennent pour les personnages qui constituent leur personnalité.

Au passage, Barry Long a enregistré des vraies perles à propos de l’art d’arrêter de penser et de revenir à l’état de disponibilité, très précieux en coaching. C’est en anglais, tant qu’un éditeur ne l’aura pas ré-enregistré en Français, mais Barry Long parle distinctement et sa voix est d’une grande clarté. Pour ceux qui ont des notions, c’est super facile (et un peu exotique puisque “c’est en étranger”) d’écouter ses propositions en anglais… Cet auteur est mort, et je ne l’ai pas connu. Mais ce que je trouve très sain de sa part, c’est qu’il n’a pas fondé d’école avec des successeurs qui parleraient en son nom (et voici le début de la secte…). Il a encouragé chaque personne à s’assumer, comme lui-même l’a fait a priori, et à parler par eux-mêmes depuis leur propre expérience. C’est plutôt pas mal pour démasquer l’imposture de “successeurs”. Il n’y a pas besoin de succéder à quoi que ce soit, il suffit d’être soi, c’est bien suffisant et largement plus sain.

 

Démasquer l’imposture de la personnalité

démasquer l'imposture
Le manteau rapiécé du bateleur est une image d’Epinal qui en dit long sur le vêtement que nous portons

Le mot personnalité vient du grec ancien « Per-sona » qui désignait les masques grecs, par lesquels passait le son pour être amplifié. Cela donne une idée de la fausseté de la personnalité, qui n’est qu’un masque social. Il en faut un probablement, mais le problème c’est qu’on s’identifie à lui au point de croire que nous sommes notre masque, ainsi que le suggère l’allégorie de Barry Long.

La personnalité est une agrégation de pièces rapportées, comme l’habit du “bateleur” (voir cette image du tarot des imagiers du moyen-âge). La symbolique du Tarot indique d’ailleurs que le Bateleur (la personne qui se lance dans la vie horizontale et sociale) a mis son stand à la foire et montre à voir une façade aux badauds. Comme un camelot, il se met en scène pour vendre… Il cherche à éblouir, à capter l’attention, à commencer par la sienne. Comme un cabotin, il s’écoute et s’admire lui-même, se prenant pour l’image que lui renvoient les autres.

Pourtant l’être qui est dans l’habit du bateleur n’est pas ce qu’il montre à voir, de même que vous n’êtes pasdémasquer l'imposture -coaching votre personnalité. Votre personnalité n’est qu’un assemblage disparate et incohérent de pièces rapportées ça et là au gré des interprétations que vous vous êtes faites inconsciemment à partir des images que les autres vous ont renvoyées de vous-même…

Comme dans un jeu vidéo, où vous finiriez par vous prendre pour le personnage à l’écran, votre avatar, a une certaine antériorité dans cette vie, un caractère lié à sa trajectoire, des possessions, des personnes même dont il s’imagine qu’elles lui appartiennent  (ses parents, ses enfants, ses amis…). Mais tout cela est très flou, très peu consistant. Une simple pichenette dans le système et tout s’effondre comme un château de cartes ! Si vous voulez démasquer l’imposture, vous réaliserez que vous n’êtes pas ce personnage, cette personnalité qui ne tient qu’avec de grosses ficelles, pourtant précaires… Mais alors, qui êtes vous vraiment ?

Il vous appartient de vous laisser travailler de l’intérieur par cette question. Et il est possible, qu’il soit impossible d’y répondre avec des mots. En revanche, il vous est déjà arrivé d’en faire l’expérience. Il suffit juste de maintenir le cap, pour l’approfondir, de coaching en coaching…

Pour accéder à qui vous êtes vraiment, et passer par delà le masque social que vous contemplez vous-même, en vous prenant pour lui, il y a plusieurs approches amusantes :

  • l’une d’entre elles est de descendre dans vos sensations corporelles, là les pensées n’ont pas accès et votre personnalité est comme désinvestie au profit de votre champ de conscience pure et alerte
  • une autre consiste à vous mettre au spectacle de la beauté, sous toutes ses formes : régalez-vous d’un plat délicieux, admirez un paysage sublime, observez la délicatesse d’une fleur des champs, embrassez vos enfants, caressez votre chat, admirez une oeuvre d’art, écoutez une musique qui vous fait vibrer… Mais soyez ouvert à l’admiration qui émerge, sans la qualifier. Ne commentez rien, restez juste comme suspendu dans la contemplation. Mais quand je dis suspendu, je parle des pensées, pas de vous. Vous , au contraire, en enracinez-vous dans la profondeur de l’expérience, toujours sans paroles intérieures
  • une autre, un peu plus subtile, consiste à se demander qui se demande “qui suis-je ?”. Ou bien encore, quand je regarde cet objet : qui regarde cet objet ? Ne vous contentez pas de dire “moi” (c’est-à-dire la restriction de vous-même, que vous prenez pour vous.Voyez clairement que “moi” n’est qu’une histoire personnelle, mais qu’une histoire ne peut être “vous”). Laissez-vous un peu “creuser” par cette interrogation, en essayant de retourner votre regard vers vous-même…Essayez d’écouter celui qui en vous écoute, quand vous écoutez. Cette présence qui précède le regard, c’est vous, justement…
  • une autre encore, pourrait consister à essayer de quitter qui vous êtes, à essayer d’être ailleurs que là où vous êtes, à tenter de quitter l’instant présent pour aller dans le passé ou le futur sans l’intermédiaire de la pensée. Vous voyez bien que c’est impossible. Vous êtes centré dans qui vous êtes ! En contact par l’intérieur avec qui vous êtes, comme on est adossé à sa chaise à l’arrière du corps, vous ne pouvez pas vous localiser, vous ne pouvez pas vous saisir mentalement, mais vous pouvez sentir depuis qui vous êtes.Vous laissez ainsi libre cours à l’épanouissement d’un vaste champ de conscience pure et alerte… Et si c’était cela que vous êtes vraiment ? Et si c’était cela, la fameuse “présence” en vous qui coache votre client, malgré vos tentatives de vous en occuper ? Et si vous laissiez faire cette présence (que vous êtes) en délaissant vos projets à propos de votre client et vos propres histoires à propos de qui vous êtes en tant que coach ? Laissez-vous n’être que ce champ de conscience vaste, et laissez le coaching se dérouler à travers vous, sans y toucher, sans rien faire depuis la restriction de vous-même, cette foutue personnalité qui vous fait souffrir (et nous avec ! :-)

 

Démasquer l’imposture en coaching

Votre client n’est pas un imposteur. C’est un être sincère qui cherche à s’en sortir, comme vous, comme “moi”. Mais il est victime d’une fascination, celle de ses personnages, pour lesquels il se prend.

“Votre mission, si vous l’acceptez, sera d’exfiltrer votre client de son cadre de référence qui l’empêche d’exprimer pleinement ce qu’il est.”

 

Voici le brief : Il ou elle est très excité ou anxieux à propos de la réussite de son projet, de sa place au Comité de Direction, de la reconnaissance qu’il ou elle obtiendra de ses pairs et de son patron, etc… Et il ou elle voudrait bien que vous l’aidiez à réussir ceci ou cela… Où cela? Dans l’écran du jeu vidéo ! Il vous demande cela sérieusement, alors que vous avez devant vous un adulte, qui n’est en rien concerné profondément par ce qui se joue en surface à l’écran du jeu. Toutefois, vous “jouez le jeu” et accueillez la demande, telle qu’elle est proposée, afin d’entrer dans la danse. Après tout, qu’est-ce que vous risquez ? De vous découvrir ? Ce n’est pas si grave !

D’ailleurs, vous et moi, sommes pareils à ce/cette client/e, qui nous prenons sans cesse par ce qui se passe à l’extérieur. C’est à cause de cela que nous sommes malheureux, stressés, contrariés, fatigués, malades, etc…

C’est donc avec beaucoup de respect et de bienveillance que vous pratiquez votre métier de coach. Dans une perspective systémique, vous n’auriez jamais rencontré ce “frère humain” si vous ne pouviez pas quelque chose pour lui/elle, et si il/elle n’avait pas quelque chose d’utile à vous renvoyer sur votre propre chemin de libération. Démasquer l’imposture là où elle est (chez le client et chez vous) pour y voir clair et retrouver l’espace vital.

Comment créer de la valeur pour votre client ?

  • Les problèmes du client viennent toujours de sa pensée (de son cadre de références qui est fait de deux sortes de pensées : les croyances et les valeurs. Les croyances sont des pensées auxquelles il croit, et les valeurs sont des concepts qu’il trouve importants)
  • Les solutions du client sont toujours au centre, jamais dans le problème. Au centre de quoi ? Au centre de son être profond  (et pas dans les histoires qu’il se raconte à travers sa personnalité) !

Votre travail consiste à descendre dans votre propre profondeur, pour y rencontrer votre client aspiré vers son centre par la manière dont vous accueillez ce qu’il partage avec vous depuis votre centre (voir à ce propos : “coacher en profondeur“).

Autrement dit, vous-même, vous démasquez l’imposture de votre propre personnalité, pour accueillir votre vérité de l’instant, à chaque instant. Il faut que vous soyez vrai et authentique, pour engager une relation profonde et intime avec votre client, mais en étant attentif à rester à votre place. Il faut donc que vous trouviez bien cette place, la vôtre, dans la vie, dans le coaching et dans cette séance particulière à cet instant précis. Pour cela, vous devez être là, disponible, tranquille. (voir :

Supervision de coaching

En partant du cas de vos clients, nous explorerons à la fois ce qui se joue pour eux et en vous, par résonance systémique.(voir : coaching et distance juste) Et en exerçant votre propre lucidité, vous contribuerez à apporter de la clarté dans le système du client.

Ces séances joueront sur deux tableaux simultanément :

  • celui du cas de vos clients et de vos séances de coaching, que vous verrez avec cette lucidité qui caractérise votre être profond (que nous stimulerons ensemble)
  • mais aussi celui de votre pratique de coach qui progressera, tandis que vous expérimenterez la posture de client, tout en appréciant depuis cette posture inhabituelle pour vous : l’effet que la séance de supervision aura sur vous.

Dans les deux cas, vous travaillerez sur vous-même, et je vous accompagnerai de la périphérie au centre :

  • de vous-même d’abord
  • de la séance client ensuite, pour que vous puissiez voir ce qui se joue pour lui dans votre relation (et aussi ce qui s’y joue pour vous, en écho systémique)

Ainsi :

  • Vos séances de supervision seront l’occasion d’atteindre les résultats que vous souhaitez, pour vous même et pour vos clients.
  • Mais en même temps, et surtout, elles vous entraîneront à :
    •  Aller à l’essentiel, plutôt que de vous perdre dans des analyses sans fin
    •  Vous projeter de façon pragmatique vers vos objectifs, en partant des résultats précis que vous visez (ce que vous visualisez avec précision exerce sur vous une attraction naturelle, qui vous tire de l’avant, presque « mécaniquement » en direction du résultat projeté)
    •  Travailler avec légèreté : envisager vos appuis, plutôt que vos difficultés, vous concentrer sur les options qui fonctionnent plutôt que de faire l’inventaire de celles qui n’ont pas abouti, être pragmatique et positif, sans vous arrêter à des jugements téméraires sur vous-même

 

Ce qui est génial en supervision, c’est que pendant que vous travaillez sur les objectifs de la supervision, vous vous entendez réfléchir, vous vous voyez pratiquer, et vous observez le coaching du superviseur, tout ça à la fois, comme si vous étiez dans un dispositif de miroir multifacettes, pour vous voir sous tous les angles !…

J’aime beaucoup cette activité, m^me si elle est nettement moins rémunératrice que le coaching en entreprise, parce qu’elle est pétillante et gaie. Coacher et superviser me met en contact avec la joie de ce métier, la joie de l’être et de la relation. Cette joie est communicative. ensemble, nous l’explorerons, tranquillement.

Récemment, il m’est venu une phrase à propos de la paix et de la joie, que je partage avec vous ici :

  • La joie est de la paix qui pétille
  • La paix est de la joie qui se tient tranquille…

J’aime bien les deux propositions, l’une éclairant l’autre, et les deux ensemble pointant vers l’unité de la paix et de la joie, qui contient tout. C’est cela que vous êtes, et que je suis, et dans lequel nous pouvons nous rencontrer parfois un instant…