Dans la séance précédente de coaching systémique de coach, le client coach avait abordé deux thèmes, que je n’ai pas pu développer, pour ne pas lasser le lecteur avec un article trop long :

  • Le cas de cette cliente qui vit une constante fuite en avant et manque d’enracinement;
  • Et le cas de cette personne qui change d’objectifs en cours de coaching (elle est soudainement tombée amoureuse et cela bouscule ses priorités);

Voici donc la suite de cette séance de coaching systémique, au travers de laquelle vous apprendrez deux tours de mains apparemment opposés :

  • aider un client à s’enraciner, en vous enracinant tous les deux dans l’instant présent
  • vous adapter vous-même au changement que vit le client, pour que votre coaching systémique l’accompagne avec souplesse en fonction de son actualité

 

ancrage en coaching systémique
Vivre l’enracinement…
pour un coaching bien centré !

Vous êtes prêts ? On y va…

coaching systémique agilité
L’enracinement c’est bien.
Et l’agilité, c’est bien aussi, non ?

 

Le coaching systémique va direct à l’Essentiel !

  •  Client : Je voudrais aborder le cas d’une cliente que je coache en ce moment, qui est étrangère et a quitté son pays pour s’installer provisoirement en France. Elle veut toujours se sentir légère pour pouvoir partir s’il y avait un problème. Partir d’un pays, changer de métier, changer de vie, mais surtout ne pas rester enfermée… Pendant ses séances de coaching, elle glisse d’un sujet de travail à un autre sans se soucier de cohérence, ne suivant que son inspiration et sa créativité. Elle fait un excellent travail sur elle-même, manifestement et cela donne des résultats très satisfaisants pour elle, mais elle manque d’enracinement à mon avis, et elle y gagnerait en profondeur et en puissance si elle pouvait se poser davantage. Elle vit cela, parce que… (et le client de m’expliquer plein d’éléments de contexte pour illustrer son analyse et motiver son désir de travailler cet aspect du coaching avec elle).
  • Superviseur (après un certain temps d’écoute) : Puis-je vous interrompre un instant ?
  • Client : Oui
  • Superviseur : Quel geste de coaching êtes-vous en train de pratiquer en ce moment même, alors que vous décrivez le contexte de ce cas ?
  • Client : Je rassemble des éléments, pour vous aider à comprendre… Ah oui, c’est vrai que vous, vous ne cherchez pas à comprendre (puisque vous n’êtes pas un expert mais un candide qui accompagne sans comprendre” : vous avez vu ?… j’ai lu votre article  :-) Alors, disons, que je rassemble des éléments pour comprendre moi-même…
  • Superviseur : Comprendre quoi ? Vous n’avez pas besoin de “comprendre” quoi que ce soit non plus (et moi encore moins en effet) pour vous enraciner tout de suite, vous-même… Comment allez-vous travailler votre propre enracinement, maintenant avec moi durant cette séance ?

 

coaching systémique ancrage
L’ancrage de l’enracinement…
  • Client : (reste en silence…) Je crois que je pourrais l’aider plutôt à s’offrir une permission de stabilité, plutôt que de se contraindre à l’enracinement…
  • Superviseur : Oh, c’est joli, ça ! C’est un joli recadrage, mais regardons ce qui vient de se passer, qui encore plus joli : je vous invite à vous enraciner vous-même, et vous me répondez comment vous allez vous occuper d’elle ( à se donner une permission, plutôt qu’à s’enraciner !)… Je me permets donc d’insister : que gagneriez-vous, vous-même, à vous enraciner maintenant, à la fois dans cette séance de manière générale, et dans votre intention première de travailler l’enracinement avec votre cliente ?
  • Client : Ah oui, je faisais comme elle finalement, je glissais et changeais d’angle d’attaque… C’est amusant, en effet. Vous voulez dire que moi aussi je manque d’enracinement ?
  • Superviseur : Je veux dire, que pour accompagner votre cliente à s’enraciner (pourquoi pas ? C’est votre intuition, elle doit être bonne), vous ne pouvez pas ne pas vous enraciner vous-même. Et puisque vous en parlez avec moi, pourquoi ne pas en vivre l’expérience tout de suite, pendant que je fais la même chose de mon côté : Comment pourriez-vous sentir davantage vos racines, maintenant ?

 

En coaching systémique, c’est toujours : maintenant !

  • Client : Je peux sentir mes pas pendant que je marche, je peux sentir ma respiration pendant qu’on parle ensemble, je peux être attentif à une écoute plus profonde
  • Superviseur : Oui ! Continuez, pendant qu’on poursuit la séance. Enracinez-vous de plus en plus, s’il vous plaît, tandis que nous avançons… Qu’entendez-vous quand vous écoutez profondément ?
  • Client : J’entends les mots, j’entends leur résonance en moi… (silence réflexif du client)
  • Superviseur : Et vous entendez le silence aussi, le silence entre les mots ? Le silence d’où proviennent le mots et où ils retournent après ? Le silence qui est présent tout le temps sous les sons…

 

coaching systémique
A l’écoute du silence… :
l’écoute des profondeurs, qui met en contact avec la racines de l’Etre

Comment l’écoute de la profondeur de ce silence, vous met-elle en contact avec la profondeur de vous même, à l’écoute de l’écoute elle-même, à l’écoute de vous en train d’écouter ?… (silence partagé)

  • Client : OK, merci, je ressens maintenant ce que vous suggérez depuis tout-à l’heure avec ces histoires de liens systémiques entre le client et le coach (voir début de la séance dans ce précédent article sur le coaching systémique). Donc si je l’écoute de cette façon, en étant moi-même bien enraciné dans la relation, dans l’ici et maintenant, elle le ressentira comme une invitation à le vivre aussi, mais sans recourir à des questions ou des discours sur les bienfaits de l’enracinement…
  • Superviseur : OK, et votre deuxième sujet sur l’agilité : est-il temps pour vous de l’envisager depuis votre enracinement présent ?
  • Client : Oui ce client est tombé amoureux et voudrait changer les objectifs de son coaching en cours, pour y voir clair sur ce qu’il ressent en ce moment.. Je ne sais pas si c’est juste d’accepter ce changement de cap, au détriment des objectifs précédents…
  • Superviseur : En quelque sorte, il voudrait enraciner son coaching dans son actualité ?
  • Client : Oui, je peux accepter qu’il change d’orientation ? Mais pour autant, on était sensé travailler sur son positionnement au codir…
  • Superviseur : Comment pourriez-vous non seulement travailler sur les deux sujets et non pas l’un OU l’autre, mais en plus : travailler sur son “positionnement” au sein de son expérience amoureuse ? Et aussi, ses sentiments et émotions quand il est au comité de direction ?
  • Client : Je pourrais lui proposer de faire des liens entre ce qu’il vit et qui stimule intensément ses sentiments et son expérience professionnelle… Je ferais d’une pierre deux coups ! Je pourrais lui proposer de réfléchir à comment mettre un peu de coeur dans son positionnement au Codir et un peu de rigueur dans l’écoute de son coeur, au travers de son expérience amoureuse… Cela me donne plein d’idées nouvelles…

Cette séance de coaching systémique s’est déroulée un peu autrement dans la vraie vie, mais peu importe : je l’ai un peu arrangée pour vous, afin que vous puissiez mieux voir la manière d’utiliser les échos en coaching systémique.