Le « coaching par le corps » permet :

  • au client de sortir de l’intellect pour enraciner son exploration de ses difficultés depuis ses sensations corporelles, et y prendre appui pour bâtir ses meilleures solutions. Les sensations corporelles du client sont ses meilleures alliées. Grâce à elles, il peut à la fois repérer les ramifications physiques dans son corps des obstacles qu’il rencontre, et commencer à les dissoudre pour libérer la voie intérieure à ses actions extérieures…
  • et au coach de mieux s’aligner, d’être mieux présent et pleinement disponible à son client, attentif aux échos systémiquesen favorisant en lui-même l’émergence d’un état d’écoute profonde et d’attention chaleureuse offerte au client.

Si vous ressentez en vous une résonance pour ces notions, nous les développons dans notre cycle de 4 jours de perfectionnement au coaching individuel :

« Pas touche à mon corps… »

Aussi paradoxal que cela puisse paraître, je précise que dans cette approche corporelle du coaching, on ne se touche pas physiquement avec le client ! Nous parlons bien de coaching professionnel (qui intègre les sensations physiques ressenties par le client) et pas de papouilles corporelles, qui ont toute leur place ailleurs que dans le coaching, mais dont le coaching n’a pas besoin, de notre point de vue. Et puis c’est une question aussi de clarté et de lisibilité. Nous préférons ne pas faire de mélange… il y a déjà bien assez de complexité et de confusions comme ça, pour prendre le risque d’en rajouter en allant mélanger une thérapie corporelle avec le coaching professionnel (du moins tel que nous le pratiquons et l’enseignons).

 

Coacher en profondeur…

Si vous souhaitez coacher en profondeur, il faut s’engager dans vos sensations corporelles, pour coacher depuis la profondeur de vous-même…

… Parce que le chemin pour aller vers l’autre, est d’abord un chemin vers soi-même.

C’est au centre de soi-même (donc in fine : au centre de son propre corps) que l’on est en contact avec le centre de toute chose, et donc aussi avec le centre de l’autre (son point fixe intérieur depuis lequel il peut changer ce qui est mobile chez lui !)

Emprunter l’ascenseur naturel

Alors, comment descendre dans la profondeur de soi-même, à volonté en quelque sorte, juste parce qu’une séance de coaching commence ? Ce n’est pas toujours évident, de faire cela sur commande, il faut le reconnaître. Mais il y a la possibilité d’apprendre et de s’entraîner. C’est ce que nous proposons dans la formation au coaching de l’énergie.

Il existe un ascenseur naturel pour descendre dans votre intériorité, c’est la respiration.

Cette fonction vitale est à la fois :

  • volontaire et consciente
  • involontaire et inconsciente.

En effet, parfois vous respirez sans en être conscient (quand vous êtes occupé ou quand vous dormez) et parfois vous pouvez prendre le contrôle de la respiration (quand vous faîtes du sport ou du yoga par exemple). La respiration est donc une fonction naturelle, qui vous permet d’accéder à la fois au mode au conscient et au mode inconscient.

Utiliser votre propre corps pour capter

Entrainez-vous à « descendre » dans vos sensations corporelles avec le souffle quand vos poumons se vident, et attendez au fond de vous-même, que l’inspiration vous inspire de nouveau et vous porte vers l’extérieur et vers le haut de vous-même…

Tandis que vous écoutez votre client, laissez vous respirer ainsi :

  • A l’expire vous descendez, vous vous intériorisez, vous gardez une partie de votre attention à l’intérieur de vos sensations corporelles.
  • Et à l’inspire, tandis que vous relevez le regard, ouvert et non focalisé, vous inspirez ce que dit votre client…

Esquissez peut-être un très léger sourire, cela vous aidera à ne pas prendre malgré vous un air trop sérieux, à cause de la concentration que cette pratique requiert au début, avant qu’elle ne devienne parfaitement intégrée et naturelle.

Posez ainsi avec votre attention sur quelques échanges respiratoires de cette sorte et observez comment le calme s’installe en vous.

  • Que se passe-t-il ? Que ressentez-vous : sensations corporelles, émotions, images, paroles, idées, réactions émotionnelles diverses…
  • qu’est-ce qui se manifeste pour vous à l’intérieur, tandis que vous écoutez et ne quittez pas votre client ?

Ce qui émerge alors spontanément dans votre champ de conscience, c’est du matériel de coaching très précieux. Contentez-vous de l’apprécier, sans le manipuler, sans rien en faire.

Eventuellement, si vous être très rôdé à cet exercice, vous pourrez vous en servir pour renvoyer un miroir puissant, et ce sera du “pain béni” pour votre client. Mais, rien que de vivre cette expérience de descendre et monter au rythme de la respiration, et d’observer ce qui se passe dans la profondeur des sensations est déjà un accompagnement puissant, qui impacter votre client, même si vous ne faîtes rien d’autre de spectaculaire…

Vous êtes en relation tout en étant profondément enraciné en vous-même, et de cette qualité de présence, une forme de calme, de paix, de confiance, et même de joie et d’optimisme, se dégagent naturellement, qui contamine positivement votre client. 

Quoi faire quand votre client ne sent rien de spécial ?

Il arrive que des personnes ne sentent “pas grand chose” quand ils explorent à l’intérieur d’eux-mêmes, hormis un certain bien-être, du calme, de la présence… bref des mots génériques, qui leur viennent laborieusement à la bouche pour décrire confusément un état global.

Rien de mal à cela. Bien au contraire : c’est déjà très bien d’être descendu là et d’éprouver, maintenant, cette sensation diffuse de l’être qu’ils sont. Surtout n’allez pas les engager dans une “recherche” mentale des sensations ou des mots pour les décrire. Au contraire : ce serait mieux pour eux qu’ils se maintiennent agréablement dans cet état de tranquillité sans mots, sans sensation particulière, et qu’ils laissent venir… Et c’est tout !

Comprenons bien que ce ne sont pas les réponses qui comptent mais les interrogations qui soutiennent l’écoute. Parce que l’écoute affine l’état de Présence. La Présence est d’ailleurs l’écoute elle-même… aussi, écoutez attentivement. Et ne faites rien d’autre que d’être là, gentiment, amicalement. Et vous verrez bien…

Restez quand même sur le pont !

coaching par le corps

Faîtes quand même un peu votre job de coach à la surface (voir cet article : « conversation de coaching« ), sinon on se demandera pourquoi vous souriez sans rien dire ! Posez une question, par exemple, tout en vous rappelant que ce n’est ni la réponse, ni même la question, qui créent l’effet coaching, mais la qualité et la profondeur de votre Présence, car c’est elle qui induit la qualité et la profondeur de la Présence du client à lui-même.

Et c’est dans cette profondeur intime que sont disponibles ses ressources pour dépasser ses difficultés et atteindre ses objectifs.

Un fameux raccourci

Il peut être intéressant de recourir au corps pour gagner un temps précieux pour le client, notamment quand :

  • ce dernier est très embrumé, plongé dans la complexité, perché dans des considérations très intellectuelles, comme coupé du concret et de l’instant présent, toujours projeté en avant ou retenu en arrière
  • dispersé mentalement, agité,
  • inerte, dubitatif, perplexe, … un peu perdu finalement
  • très émotionnel, au bord du débordement (grande anxiété, mélancolie-morosité, colère, sentiment de culpabilité ou de honte, etc…)
  • également quand le client n’a pas de sujet cette fois-ci

Le corps est direct, il ne se ment pas, il ne se disperse pas, il ne s’illusionne pas, il dit ce qui est, ce qu’il y a, ce qu’il vit. Il le dit avec son langage, fait de sensations. Et bientôt, quand on écoute les signaux qu’il émet, il libère des émotions retenues, des images et des pensées coincées dans les tensions et les contractures. Cela procure de l’énergie, de la lucidité, de l’évidence… Cela permet de voir clair sur le travail à faire, quand on ne sait plus comment s’y prendre.

Par exemple, on peut inviter le client à explorer dans son corps, maintenant, en dirigeant son attention sur les différentes parties du corps, puis en la laissant flotter dans une sensation globale du corps. Cela peut prendre plusieurs minutes, tout en le guidant probablement, en désignant oralement les différentes parties du corps, comme on le ferait dans une séance de relaxation. Mais là, le but n’est pas de relaxer, mais simplement de visiter (et cela détend, mais c’est un effet induit de surcroît, pas un effet recherché). Il s’agit juste de jeter un « petit coup d’oeil », d’écouter affectueusement, avec intérêt, comme on prendrait des nouvelles d’un ami.

Tout en vivant vous-même le même parcours dans votre propre corps, par souci d’intégrité et de cohérence, (d’alignement comme on dit volontiers dans le coaching) vous serez attentif aux sensations des différentes parties de votre corps, tandis que vous proposez à votre client des invitations/indications sur l’exploration mentale à expérimenter de son côté.

Ne lui posez pas trop de questions, pour qu’il puisse plonger, sans revenir sans cesse à la surface pour vous répondre. Au contraire, proposez-lui des questions auxquelles vous l’inviterez à ne pas répondre, mais plutôt à se laisser masser de l’intérieur par elles, comme on regarde un paysage par la fenêtre, tout en restant en silence.

Deux étapes possibles

L’exploration des résonances dans le corps peut avoir lieu à deux étapes clés :

  • pour sonder les racines physiques du problème « extérieur ». Par exemple, comment résonne dans le corps cette contrariété dans telle ou telle relation ou appréhension à l’égard d’une situation. Parfois, en respirant tranquillement dans la sensation d’angoisse dans la poitrine ou la fermeture du diaphragme, il se passe une libération de l’anxiété à propos de la situation et la relation se dénoue d’elle-même, simplement parce qu’on a respiré quelques instants au bon endroit avec son coach…
  • pour donner de la puissance à une solution, pour prendre de l’élan pour l’action, pour mobiliser l’énergie : on peut sonder l’état du corps, en présence de la solution envisagée. Que se passe-t-il dans ce corps, quand le client s’imagine en train de mettre en oeuvre la solution qu’il a élaborée ? Ses réponses permettront d élever des freins et de prendre de l’élan en ancrant la réussite prochaine dans ses neurones…

Pourquoi vous former à cette approche ?

Tout cela, ça s’apprend. Personnellement je l’ai appris intuitivement par moi-même, en pratiquant le yoga et le Qi gong, et en vivant avec mon corps, ce bon compagnon… Mais j’ai tâtonné, cela m’a pris du temps, J’ai ainsi testé quelques séances d’EMDR, EFT qui n’ont pas été probantes pour moi, contrairement à des séances de leibthérapie et de fasciathérapie, qui furent des expériences très profondes.(Voir à ce sujet : « thérapies énergétiques« ).

Mais vous pouvez gagner un temps précieux en venant apprendre à nos côtés les méthodes de cette approche du coaching par le corps. A plusieurs, nous avons pris le temps d’expérimenter souvent, de partager nos meilleures pratiques et de les modéliser. Du coup, nous partageons dans les formations cette approche simple et directe, et nous le faisons également de façon simple et directe, par une pédagogie du coaching, alignée avec l’esprit du coaching.

Vous vous direz peut-être : « J’ai lu son article sur le coaching par le corps, regardé sa vidéo, en quoi aurais-je besoin d’une formation ? »

Dans l’article ou la vidéo c’est moi qui parle, dans la formation c’est vous qui expérimentez, on parle de votre expérience, et après on vous apprend à accompagner autrui avec un peu de méthode et beaucoup de sensibilité et de tact. Et vous pratiquez, et on débriefe, et vous recommencez, etc…Ainsi, vous acquerrez de l’expérience vivante, qui construit votre « être coach » en même temps que cela nourrit vos bonnes pratiques pour bien « faire du coaching ».

Inscrivez-vous à nos activités, vous serez bienvenus :-)