Voici un texte qui offre des Clés de lecture systémique sur la fonction positive de la différence au sein des groupes.
Boris Cyrulnik, né le 26 juillet 1937 à Bordeaux, est neuro psychiatre et éthologue français.

clés de lecture systémique

“L’ALENTOUR 

  • Toute forme qui émerge du magma terrestre attire la foudre.
  • Tout individu qui sort de la masse vivante stimule les prédateurs.
  • Toute idée qui sort du ronron intellectuel suscite la colère des imprécateurs.

Mais, quand tous les individus se protègent et rentrent dans le rang, l’espèce entière s’adapte et cesse d’évoluer.

À l’inverse, lorsqu’un individu tente l’exploration de nouvelles formes du vivant, il prend un risque individuel qui peut faciliter l’évolution du groupe.

Tout créateur sort de la norme. Toute innovation est anormale.

Cette observation expérimentale fait comprendre que l’intégration des individus, qui facilite l’harmonie du groupe dépend de leur aptitude à la soumission, acquise au cours de leur enfance.

La non-intégration des individus désorganise le fonctionnement du groupe. Mais une trop bonne intégration charpente un groupe stéréotypé. Peut-être une intégration imparfaite serait-elle parfaite ?

En donnant place à des individus mal adaptés, insoumis, donc aptes à provoquer certains changements, elle constitue une réserve de potentiels évolutifs. Ce qui implique un conflit bénéfique entre le groupe qui désire la stabilité et les insoumis qui ont besoin de changement. Quoique changement ne veuille pas dire progrès, ni même adaptation.

L’effondrement d’un groupe est aussi un changement, parfois attribuable à une innovation. Les soumis, heureux et tranquilles dans un groupe sans innovation, s’opposent aux insoumis malheureux et anxieux dans un groupe en changement. Les soumis sont angoissés par les insoumis qui cassent leur équilibre ronronnant en leur posant des problèmes dont ils ne veulent pas. Alors que les insoumis sont angoissés par les soumis qui les contraignent à une vie frileuse.

Le conflit devient une force bénéfique qui permet aux individus d’adapter le groupe à son milieu, en évitant les maléfices extrêmes de la désintégration des insoumis ou de la pétrification des soumis.

L’angoisse devient alors un moteur de l’évolution !”

 

Personnellement, je ne suis pas très fan de lectures de ce type (trop intellectuel pour moi, et je ne suis pas assez patient…), mais je reconnais (et c’est pourquoi je partage ce texte-ci qu’on m’a signalé) que c’est souvent enrichissant de lire ce dont on avait peut-être déjà l’intuition, et aussi  le plus souvent : d’apprendre de nouvelles choses.

Clés de lecture systémique

Ce qui me plaît dans ce passage, c’est qu’il montre bien la fonction dans un groupe, et pour le plus grand bénéfice de ce groupe lui-même, de ceux qui sont différents, insoumis (et parfois insatisfaits de leur sort). Il explique la vertu du conflit bénéfique, qui provoque le changement positif, ressort de l’évolution !

Les coachs individuels peuvent s’en inspirer face à leur client :

  • l’aider à s’intégrer en apportant au groupe sa différence de manière constructive
  • l’aider à trouver sa vocation de ferment du changement ou de stabilisateur au sein de son groupe d’appartenance (famille, équipe, entreprise)
  • l’aider à intégrer en lui-même les facettes de sa personnalité, qui jettent le trouble dans son bel ordre intérieur
  • reconnaître que tout a sa place au sein d’un système, pour peu qu’on veuille bien l’admettre et manager ces différentes composantes comme faisant partie de l’intégrité du système.

Les coachs qui accompagnent le changement peuvent aussi s’inspirer  de ces clés de lecture systémique :

  • dans leur manière d’accueillir l’expression des résistances au changement : quand le changement est la norme, les résistants ont le mauvais rôle, mais ils sont aussi marginaux et utiles que les pionniers du changement l’étaient dans la précédente période de stabilité
  • dans leur manière d’accompagner les processus de changement en offrant des clés de lecture positive du jeu des forces en présence. C’est bon pour l’unité du groupe que des membres influents comprennent que la saine conflictualité est un facteur d’équilibre au sein d’un groupe… Il ne faut pas chercher à faire taire l’opposition, il faut éventuellement canaliser les débordements de son expression, ne serait-ce qu’en l’accueillant sans la contraindre.

 

Autres clés de lecture systémique

 

Clés de lecture systémique