Apprendre à coacher : un marathon de coaching
Notez cet article

Pour vous apprendre à coacher, nous vous apportons :

  • quelques modèles simples et structurants
  • des prises de conscience pour modifier votre état d’esprit et ajuster votre posture
  • des techniques à vous approprier pour enrichir votre pratique
  • … et beaucoup d’occasions de vous exercer, pour vous entraîner jusqu’à l’excellence

Dans cet article, nous décrivons deux exercices proposées dans la formation « coaching de l’énergie ».

Apprendre à coacher en pratiquant…

Le principe est très simple : la moitié des participants prennent la place de clients et utilisent cette séquence de formation pour avancer eux-mêmes sur des objectifs personnels qu’ils ont envie d’atteindre. Les exercices de coaching leur donnent ainsi à la fois :

  • l’occasion de travailler sur eux-mêmes en tant que client (donc de progresser en bénéficiant du miroir bénéfique du coaching)
  • l’opportunité d’éprouver ce que vit un client et d’observer comment s’y prend un coach (ce qui fonctionne, ce qui est élégant, agréable, efficace, etc…) pour modéliser et s’approprier les meilleurs tours de mains des autres participants

Les 3 exercices suivants, offrent ces deux bénéfices, tout en développant une meilleure réflexivité (conscience de soi, de sa posture, de son alignement et de sa qualité de Présence, de la relation instaurée, etc…)

Un marathon de coaching pour apprendre à coacher

 

apprendre à coacher
Les coachs se passent le relai entre eux

 

Chaque client travaille 3 fois consécutivement sur le même objectif avec trois coachs différents, pour avancer de façon très focalisée et approfondie sur un même thème. Ceci lui permet aussi de comparer l’effet des différents styles de coaching, l’impact des différents tours de mains de ses coachs.

Après chaque séance, les coachs et les clients sont invités à écrire ce qu’ils ont ressenti eux-mêmes, ce qu’ils ont ressenti du ressenti du partenaire, comment ils ont avancé, ce qu’ils ont découvert sur eux-mêmes (comme client ou comme coach), et sur quel « résultat » débouche la séance. Au terme du marathon de coaching (à l’issue des trois séances successives sans débrief), on compare les impressions et on en tire des enseignements sur les meilleures séquences :

  • les silences les plus opportuns
  • les reformulations les plus judicieuses,
  • les questions les plus impertinentes, qui ont provoqué les insights les plus transformateurs, etc…

Cet exercice est très formateur. Il est également utilisé dans le premier module sur le contrat de coaching, pour s’exercer à réussir la séance exploratoire : Là aussi, chaque client voit trois coachs sur le même thème, et explique au groupe ce qu’il a apprécié chez chacun, avec le quel il continuerait le plus volontiers et pourquoi. C’est assez rare de pouvoir se comparer dans le détail à d’autres coachs et de recevoir des feed-back pointus de la part de clients experts en coaching (la plupart des clients vous disent quelque chose de vrai mais pas forcément quelque chose de pertinent parce qu’ils ne connaissent pas le coaching et choisissent leur coach sur des critères assez subjectifs et aléatoires. De plus, ils n’ont pas l’occasion et pas forcément envie de dire aux coachs qu’ils n’ont pas choisi ce qui ne leur a pas plu dans la séance exploratoire…)

 

Apprendre à coacher par la supervision

Autre mise en scène pédagogique, nous proposons d’apprendre à  coacher en travaillant à trois participants (un client, un coach et un superviseur) en trois séquences successives, qui viennent s’enrichir les unes les autres :

1- Le coach « coache » le client devant le superviseur qui observe silencieusement. Le client donne son feed-back au coach.

2- Puis le superviseur coache le coach (devant le client qui reste un peu en retrait). le coach donne du feed-back au superviseur. Le client exprime en quoi assister à cette séance de supervision de son coach, travaillant sur SA séance, lui a permis d’avancer encore sur son propre objectif.

3- Enfin, le client prend la place d’un éventuel superviseur du superviseur, et coache le superviseur (devant son coach qui reste un peu en retrait)…. Etc…

 

Travail à trois pour aller plus loin

C’est une façon d’apprendre à coacher en prenant à chaque fois une posture différente, qui permet de mieux accéder à la position méta, et de partager entre pairs des perceptions et des ressentis, éclairés par les apports du formateur si nécessaire et pertinent.

Le client, par exemple, épouse successivement trois points de vue :

  • le sien, pour commencer
  • puis celui de son coach, pendant qu’il analyse la séance
  • enfin celui d’un superviseur de son coach, lorsqu’il accompagne le superviseur en train de travailler au deuxième degré sur   sa séance de supervision avec le coach

Ce dispositif permet de monter à chaque fois d’un degré logique et d’observer les échos systémiques et le transfert entre les protagonistes. La systémie, il ne suffit pas de vous l’expliquer et de vous en raconter ses manifestations et des applications, il faut  vous la faire vivre, vous la faire apprécier et pratiquer, pour pouvoir vous en servir après dans votre vraie vie de coach.

 

Apprendre à coacher : formateur de coachs, un super métier !

Vous l’aurez compris, nous sommes passionnés par notre métier et nous partageons cette passion pour vous apprendre à coacher, au travers d’une pédagogie créative, qui met en lumière les différents aspects du coaching, :

  • les différentes postures et les niveaux de sens superposés
  • les reflets systémiques et comment ils génèrent ou résolvent les jeux relationnels
  • les pratiques, les tours de mains, les styles…
  • et au travers de tout cela, comment la qualité de Présence et l’alignement du coach, accompagnent la progression du client, en le « contaminant positivement »  par cette recherche permanente de l’authenticité dans l’instant présent