Si la confiance se gagne…c’est d’abord en l’offrant soi-même !

La question de la délégation reste l’un des sujets favoris des formations management. Tout le monde comprend bien en quoi ce sacro-saint principe est bénéfique autant pour soi que pour le développement de ses collaborateurs.

Et pourtant, que ce soit pour des raisons de temps (j’irai plus vite en le faisant moi-même), de qualité (on est jamais mieux servi que par soi-même) ou de pouvoir (à quoi vais-je servir si je ne fais plus rien ?), la délégation reste l’un des facteurs principaux d’anxiété pour la plupart des managers.

Pour être rassuré, j’aurais besoin d’être sûr que la tâche déléguée sera exécutée aussi vite, aussi bien et de façon aussi maîtrisée que si c’était moi qui la prenait en charge directement. Bref, je ne serais prêt à déléguer sereinement qu’à l’un de mes clones ! Nous sommes loin du principe de diversité évoqué en introduction de ce principe…

Si le manager est anxieux, il ne donnera pas volontiers sa confiance, malgré des tentatives de délégations, qui resteront hésitantes et très contrôlées. Du coup, ses collaborateurs le sentiront, et seront nerveux à l’idée de décevoir leur manager face aux enjeux affectifs forts qu’il investit dans la situation. Ils seront donc eux-mêmes tendus, risquant davantage d’échouer que s’ils percevaient franchement la confiance que leur patron place en eux…

Dans ce cas, c’est autant l’anxiété qui crée l’échec que la perspective de l’échec qui crée de l’anxiété par anticipation.  Le cadre de référence du manager méfiant s’auto confirme là encore, par les résultats décevants d’une délégation qui manquera à la fois d’espace et de rigueur, renforçant ainsi la croyance de départ du manager en la nécessité de tout contrôler et de plutôt faire les choses par soi-même ! (voir le principe n°1)

Dans le Coaching-management, nous choisissons de considérer que la confiance se donne a priori, afin de mieux pouvoir être confirmée a posteriori. Cela suppose de lâcher prise… et c’est là l’exercice périlleux ! En effet, s’il est si difficile de se lâcher, c’est parce qu’on croit au fond de soi, que si on ne se tient pas soi-même sous contrôle, on risque de se perdre…

Management de la confiance

Comme dans l’exemple du relâchement du corps, on ne réussit pas à déléguer en faisant des efforts pour abandonner sa tendance au contrôle, mais davantage en trouvant les bons points d’appui qui créent les conditions favorables à la confiance.

Il faudra commencer par se sécuriser soi-même en identifiant chez l’autre toute la valeur ajoutée qu’il va apporter au travers de cette délégation (enthousiasme même naïf, énergie, créativité, intuition, rationalisation, …). En bref, il s’agit de porter un regard positif sur toutes les richesses de la diversité de personnalité, d’approche et d’expérience.

Il conviendra ensuite de sécuriser les autres en établissant un contrat clair : expliciter les objectifs et notamment la forme que devra prendre le résultat attendu (sans oublier les délais), de même que le choix des moyens et du meilleur itinéraire pour arriver à l’objectif (sans oublier les étapes intermédiaires de validation et de contrôle, si nécessaire, qui seront bien vécues car clairement annoncées dès le départ).

Prenant alors appui sur des bases solides et rassurantes pour les deux partis, le manager pourra plus facilement témoigner sa croyance en la réussite de cette délégation, encourageant les premiers pas, et appréciant la détente de voir que les choses se passent sans qu’il ait trop besoin de s’en mêler personnellement, se laissant surprendre agréablement par la manière originale dont son collaborateur s’y prend.

Dès lors, le Coach-manager mesurera combien les effets positifs sont supérieurs quand  il donne sa confiance plutôt que demander à l’autre de gagner sa confiance…

Dans la vidéo suivante, on voit comment un manager regagne la confiance qu’il avait perdu auprès d’une personne dans son équipe :

Pour développer plus de confiance au sein de votre équipe

Parler à un coach, pour apprendre à sortir de l’espace problème et aller vers des solutions, en changeant vos habitudes mentales…

coaching professionnel

PAUL DEVAUX : 06.10.56.14.96

Pour aller plus loin :