La relation avec un  associé, ou un adjoint, ou un patron est une relation sensible qui impacte puissamment votre vie professionnelle quotidienne :

  • Si l’alliance est bonne, c’est structurant : plein de choses seront claires et saines entre vous.
  • Dans le cas contraire, beaucoup de choses resteront confuses entre vous, voire suspectes, ou litigieuses…

Pourquoi ne pas dédier une fois par semestre 2 heures spécifiquement à l’entretien de cette relation centrale ? S’il fait beau, vous pourriez même avoir cet échange en marchant (voir coaching en marchant) ?

Protocole d’hygiène de la relation avec un associé

Voici un protocole simple pour le faire :

  • Décidez de vous consacrer 2 heures, exclusivement pour ce travail. C’est un investissement : “Qui veut aller loin ménage sa monture !”
  • Commencez par prendre un temps de réflexion individuelle par écrit pour répondre aux questions suivantes, puis échangez vos réponses l’un après l’autre, question par question.
  • Voici ce que j’apprécie le plus chez toi ou voici les modes de fonctionnements entre nous avec lesquels je me sens le plus confortable. Donnez chacun 3 exemples pour illustrer et préciser. Prenez le temps de modéliser en sur-lignant les conditions de réussite qui ont favorisé ces situations satisfaisantes
  • Voici des exemples de situations où j’aimerais qu’une autre fois nous puissions fonctionner ensemble de façon plus satisfaisante (plus cool, plus rapide, plus directe, moins abrupte, moins tendue, moins confuse, etc…). Par rapport à ces exemples, voici mon “besoin” et la demande que je te formule (ou la recommandation que je te propose de considérer, sur laquelle nous pourrions prendre des résolutions ensemble pour la part qui nous conviendra à tous les deux)
  • Quelles décisions décidons-nous d’ancrer dans nos habitudes dorénavant pour améliorer notre relation/communication ?

Cet échange peut aussi être l’occasion d’évoquer les relations de votre binôme avec les autres membres de votre système, et l’affichage de votre alignement face à eux, pour être plus impactants, plus cohérents, mieux lisibles…

Au bout des deux heures d’échange vous aurez renforcé votre alliance de travail.

Pas besoin d’être des amis, d’avoir des affinités, il suffit de décider de travailler ensemble et de s’en donner mutuellement les moyens concertés.

Même une bonne relation a besoin d’entretien, comme une bonne voiture a besoin d’essence et de révisions périodiquement. Sans prendre soin de la relation, elle s’abîme, elle prend du jeu, des évitements se mettent en place insidieusement, qui permettent de maintenir la relation malgré ses écueils non traités, par des mécanismes de compensation coûteux (même si on ne s’en rend pas compte), alors qu’il suffirait de nettoyer les bougies pour que l’allumage soit plus net…

Parfois une facilitation est utile, une médiation est nécessaire. Pourquoi s’en priver ?

Sur un tout autre sujet, apparemment :