Amusons-nous un instant dans cet article avec ces exemples de préjugés classiques : Cette photo rigolote résume bien l’idée qu’on se fait des autres, au travers de leur fonction, ou de leur position hiérarchique. C’est amusant, mais ce ne sont que des préjugés, faux et stupides, évidemment !

 

Préjugé 1 : Le chef a toujours raison

Vous êtes sûrement bien placé pour savoir à quel point c’est faux. du coup les meilleurs chefs se remettent en question souvent et élaborent les solutions avec leurs collaborateurs.

Préjugé 2 : Le chef ne met jamais les pieds sur le terrain

La plupart ont commencé sur le terrain, forcément. Les meilleurs gardent toujours un pied sur le terrain. Certains ont du mal à s’en passer !

Préjugé 3 : Le chef est un radin

Le chef doit gérer un budget, qui n’est que le budget d’un centre de profit (et qui ne va pas dans sa poche !). Par ailleurs, il est jugé par d’autres sur sa gestion… Il se doit d’optimiser ce budget, cela n’a rien à voir avec de la radinerie.

Préjugé 4 : Le chef vit comme un prince

Il paraît logique qu’une responsabilité entraine une rémunération supérieure, non ? Un salaire supérieur entraine des impôts et des charges supérieures. A la fin le pouvoir d’achat n’est pas toujours si différent. Enfin… ça dépend de qui on parle !

Préjugé 5 : Le chef se fout de ses collaborateurs

La plupart ont beaucoup de scrupules à exercer des sanctions. En formation, on voit bien combien cela semble difficile. Dire non, recadrer, sanctionner sont les actes réputés les plus difficiles.

Préjugé 6 : Le chef est libre de faire ce qu’il veut

Il est pris entre le marteau et l’enclume. Position enviable ?…

 

Trêve de préjugés

Il y a de nombreux avantages à devenir manager :

Exercer une responsabilité plus grande, avoir un bras de levier plus important pour agir sur le cours des choses, faire régner un ordre plus juste, valoriser les bonnes idées, donner sa chance aux plus discrets, encourager les bonnes volontés, accompagner les efforts, récompenser les performances, participer en amont aux réflexions stratégiques, veiller à la cohésion de l’équipe, proposer des méthodes structurantes et clarifier les missions… Si le manager ne le fait pas : qui va le faire ?