Savoir faire face à de reproches et accueillir une critique est une compétence à acquérir, pour rester professionnel et garder son calme dans une situation délicate.

 

accueillir une critique

Accueillir une critique, en vous enracinant dans votre corps

Ancrez-vous dans le sol, en visualisant des racines sous vos pieds et en sentant bien votre poids.

  • Si vous êtes debout, répartissez le poids de votre corps sur toute la plante de vos pieds et fléchissez un peu vos genoux.
  • Si vous êtes assis, redressez vous discrètement, enfoncez vous au fond de votre siège  et prenez bien appui sur le dossier avec tout votre dos.
  • Si vous êtes allongé (que faîtes-vous dans cette position au travail ? 🙂 Relevez-vous ou asseyez vous, mais ne restez pas à l’horizontale.

Respirez tranquillement, en insistant sur l’expiration. A la fin de l’expiration, attendez que l’inspire survienne de lui-même. Détendez-vous dans ce rythme, et écoutez votre interlocuteur expliquer son point comme s’il ne s’agissait pas d’une critique contre vous. Ne cherchez pas à vous défendre de la critique. au contraire accueillez la avec tout votre corps. Les boxeurs professionnels disent que la résistance aux coups est plus douloureuse que les coups eux-mêmes. Donc : ouvrez-vous, tout en vous protégeant des excès d’agressivité de votre interlocuteurs (s’il fait des grands mouvements, reculez vous un peu… Eventuellement, si vous sentez la personne agressive, mettez vous même un peu de profil et gardez une attitude modeste, ferme mais sans arrogance. Evitez de la fixer du regard. Toutefois ne baissez pas les yeux. Regardez au loin, à l’horizontale et croisez son regard de temps en temps. Mais regardez plutôt au-delà de cette personne, voyez-là sans la regarder vraiment, conservez un regard ouvert…Si la situation s’échauffe de trop, proposez une “suspension de séance” ou retirez-vous. Il n’y a aucune raison de subir un déferlement d’agressivité gratuite.)

 

Accueillir une critique dans une attitude d’écoute

N’interrompez pas votre interlocuteur. Restez en silence. Restez calme, pas immobile et figé, mais ne vous agitez pas. Respirez toujours…

Reformulez éventuellement pour valider votre compréhension et rassurer sur le fait que vous intégrer le message de votre interlocuteur.

Accusez réception de ses sentiments et faîtes part de vos propres ressentis. Si nécessaire, reconnaissez les faits. Prenez votre part de responsabilité, si la critique est justifiée.

 

Ne vous défendez pas, ne vous justifiez pas.

Accordez le droit à votre interlocuteur d’exprimer sa critique. Remerciez-le pour sa franchise et son courage.

Questionnez, sur les faits surtout.

N’entrez pas dans la polémique, n’argumentez pas. C’est généralement inutile et sans fin. ne commencez pas à monter sur vos grands chevaux, dîtes vous plutôt que cette critique ne vous est pas adressée personnellement. Elle parle autant de son émetteur que de vous. Reconnaissez les émotions de votre interlocuteur, mettez vous à sa place et comprenez ce qui l’anime, cela vous évitera de vous prendre pour une victime et de vous défendre.

En revanche, vous pouvez indiquer votre version des faits, éclairer sur vos intentions, expliquer votre interprétation des évènements, mais ne commencez pas à vous défendre, ce serait pire.

Demandez à l’interlocuteur ce qu’il ressent, ce qu’il propose, ce qu’il demande…

Vous êtes pas toujours forcé de répondre tout de suite à chaud. Dans ce cas, dîtes que vous allez y réfléchir et revenir vers cette personne après un petit délai ?

 

Orientez-vous vers les solutions

Pour accueillir une critique de façon constructive, soyez plutôt coopératif et cherchez des solutions.

Exprimez votre intention de trouver une solution satisfaisante.

Proposez de bâtir ensemble une solution.

Exprimez vos propres besoins, formulez une demande d’aide à votre interlocuteur.

Engagez-vous, communément, dans une action correctrice qui satisfera votre interlocuteur et lui prouvera que vous tenez compte de sa demande.

Validez que l’échange a été concluant et positif pour votre interlocuteur. Vérifiez qu’il a confiance dans les résolutions envisagées et qu’il s’en tiendra solidaire, vous aidant à les mettre en oeuvre le cas échéant.