Il est parfois difficile de se calmer, de s’arrêter pour se reposer et se ressourcer. Même en vacances, on a parfois du mal à se mettre vraiment sur la position “off”. On reste sur le brèche, tendu, agité et finalement on ne débranche jamais…

Voici des techniques pour se calmer.

SUJETS ABORDÉS DANS CET ARTICLE

  • Bavardage mental
  • Détendre son regard
  • Eviter le vagabondage mental
  • Faire des pauses
  • Ne pas se laisser distraire
  • Méditer
  • Apprendre à se détendre
  • Rester concentré
  • Vaincre l’angoisse
  • S’installer dans l’instant présent
  • Douche mentale et vide mental

Faire des arrêts sur image

Plusieurs fois dans la journée, arrêtez-vous un instant et regardez-vous en train de faire ce que vous faisiez. Arrêtez vous comme un arrêt sur image au cinéma et voyez :

  • où étiez-vous ? que faisiez-vous ? qui êtes vous ?

Puis, poursuivez ce que vous étiez en train de faire, mais en le faisant plus lentement quelques instants. Cela vous donnera une meilleure conscience de vous-même

Détendre son regard

Parmi les conditions indispensables à l’accueil du calme et de la paix intérieure, vous devez savoir vous octroyer des pauses mentales. Celles-ci consistent à vous concentrer exclusivement sur le moment présent en lâchant totalement le passé et le futur.

Faisons-en une ensemble tout de suite :

Fermez les yeux quelques secondes, puis rouvrez-les comme si c’était la première fois que vous découvriez la vue. Ne regardez pas, en reconnaissant les choses, voyez-les comme si vous ne les aviez jamais vues de votre vie ! Laissez la vue venir à vous plutôt que d’aller chercher à voir avec votre regard. Dténdez ainsi votre regard

Faire des pauses

Quand vous travaillez, rien ne vous oblige à son cerveau tête baissée, sans lever le nez du guidon.

Quand vous regardez un écran ou la télé, pensez à sortir votre regard de l’écran et à regarder dans la pièce, cela détendra vos yeux et cela vous permettra de vous dés identifier de ce que vous êtes en train de voir. Vous reprendrez conscience de la grande vie qui s’écoule en vous, de vos sensations corporelles, et cela vous fera du bien.

Et puis, organisez des petites pauses dans votre agenda entre deux rendez-vous. par exemple, arrivez en avance et accordez-vous 5 minutes pour rien faire : pas pour lire ou pour passer un coup de fil. Juste pour être là, sans rien faire de particulier, vous laissant respirer naturellement…

S’arrêter pour respirer consciemment

Cet état d’esprit sera facilité si vous l’accompagnez d’un exercice de respiration. Au moins une fois par jour, prenez le temps de prendre une grande respiration et de la retenir pendant au moins cinq secondes. Passé ce délai, vous expirerez tout doucement, le plus lentement possible. En expulsant ainsi à fond l’air retenu dans les poumons, une bonne partie des blocages mentaux sera expulsée.

Faire rien

La pratique de “Faire Rien” vous apportera tellement de bénéfices qu’il y des milliers de livres qui traitent de ce sujet. Mais pour en dire seulement quelques mots dans cet article : faire rien  permet d’être plus présent à soi -même, plus attentif à ses ressentis corporels, à ses émotions, à ses pensées aussi. Cela permet d’être disponible et concentré quand on passe à l’action, parce qu’on s’est tout d’abord détendu ! Il ya des cycles dans la vie (les saisons, les phases de la respiration, la succession du jour et de la nuit, etc…), et il est naturel et sain de les accompagner. Ainsi après l’effet le repos, et après le repos l’action. Faire rien est donc une bonne chose, autant que le sommeil ou le repos. Faire rien prépare à l’action. La rêverie et l’état contemplatif sont donc des états féconds et fertiles. ils préparent à la suite.

Dans un premier temps, votre mental s’agite car il n’a plus rien à quoi s’attacher. Il va donc chercher tout ce que vous auriez de mieux à faire que de faire rien. Si vous résistez à ce chant des sirènes, et vous maintenez dans une inaction, restant tranquille, vous ne tarderez pas à connaître un état de paix intérieure intéressant.

Plus vous vous adonnerez à la pratique de “faire rien”, plus elle vous livrera ses trésors.

Méditer

Méditer c’est entrer dans un état d’écoute et d’attention non dirigée. Asseyez-vous dans un endroit calme et regardez autour de vous tranquillement. Voyez la pièce dans laquelle vous êtes. Puis fermez les yeux et écoutez les sons autour de vous. Puis entrez dans vos sensations corporelles. Ressentez chaque partie du corps, comme si vous le visitiez de l’intérieur, comme le ferait un scanner ou plutôt comme le ferait un minuscule autocar de touristes qui circulerait dans vos veines, parcourant chaque organe, chaque membre du corps en appréciant chaque ambiance, chaque sensation.

Envie d’en savoir plus ? Contactez-nous !

Apprendre à se détendre

Pour se détendre, il y a une méthode simple;et directe : prendre conscience de vos tensions.

Centrez-vous sur vos sensations corporelles. Mettez-vous à l’écoute de la respiration, qui vous relie à l’extérieur et à l’intérieur, tout en massant les organes et en éliminant les tensions…

pas toutes les tensions à la fois, juste une ou deux.

Par exemple, installez-votre attention dans vos épaules, et ressentez sans jugement et sans commentaire ce qui est là : comment c’est noué, comment c’est comprimé, comment c’est dur peut-être…

Observez, constatez, mais ne cherchez pas à détendre vos épaules, installez-vous dans vos épaules et c’est tout. Contentez-vous de respirer tranquillement dans vos épaules, dans vos trapèzes, sans intention, et voyez comment peu à peu un espace peut s’ouvrir vous dans cette zone tendue et tout autour.

Puis descendez dans votre estomac, dans la zone du diaphragme sous le sternum, et respirez encore, tranquillement, sans intention, plusieurs fois.

Maintenant, reliez mentalement ces deux zones les épaules et l’estomac. Et ressentez comme si vous digériez les tensions retenues dans les trapèzes avec votre estomac. En fait, vous allez littéralement digérer vos tensions dans les épaules, en les connectant avec votre organe de digestion.

Puis éventuellement et pour finir : descendez encore plus bas dans l’abdomen, et ressentez comment les tensions sont éliminées, comment les épaules se vident et comment un lâcher prise est en train de s’opérer de lui-même, sans que vous n’y fassiez rien de spécial.

Faire la paix avec ses 5 doigts

Jeffrey Brantley, fondateur d’un programme de réduction du stress par la pleine conscience à l’université Duke, aux États-Unis et co-auteur de “5 Bonnes Minutes pour soi le matin” propose une amusante séance de relaxation grâce à un petit jeu avec les doigts :

  1. Touchez votre index avec votre pouce et souvenez-vous d’un moment où vous avez ressenti une grande détente physique, un grand moment de bonheur.
  2. Touchez votre majeur avec votre pouce et souvenez-vous d’un échange très affectueux (conversation, mail, SMS) avec une personne particulière (votre amoureux, votre enfant, un ami).
  3. Touchez votre annulaire avec votre pouce et rappelez-vous du geste le plus affectueux que vous ayez reçu. Revivez la scène comme un cadeau.
  4. Touchez votre auriculaire avec votre pouce et représentez-vous un endroit de rêve. Imprégnez-vous profondément de sa beauté.

Une autre version de cet exercice permet de se calmer en retrouvant la paix intérieure par le pardon :

  1. Touchez votre index avec votre pouce et pardonnez-vous une erreur.
  2. Touchez votre majeur avec votre pouce et pardonnez à la vie pour un regret que vous avez.
  3. Touchez votre annulaire avec votre pouce et pardonnez quelque chose à un ami.
  4. Touchez votre auriculaire avec votre pouce et pardonnez quelque chose à vos parents.

On peut comme ça imaginer toutes sortes d’autres pratiques égrenées mentalement à l’aide des 5 doigts. Par exemple “les 4 merci” :

  1. Touchez votre index avec votre pouce et dîtes merci à la vie
  2. Touchez votre majeur avec votre pouce et dîtes merci à la planète
  3. Touchez votre annulaire avec votre pouce et dîtes merci à l’humanité
  4. Touchez votre auriculaire avec votre pouce et dîtes merci à vos parents.

Ou encore, “les 4 Je t’aime” :

  1. Touchez votre index avec votre pouce et dîtes je t’aime à la personne que vous aimez le plus
  2. Touchez votre majeur avec votre pouce et dîtes je t’aime à notre belle  planète
  3. Touchez votre annulaire avec votre pouce et dîtes je t’aime à votre animal de compagnie
  4. Touchez votre auriculaire avec votre pouce et dîtes je t’aime à une plante de votre maison ou un arbre dans la rue…

Envie d’en savoir plus ? Contactez-nous !

Agir dans l’énergie

Pour que les choses que vous avez à faire ne soient pas systématiquement un devoir, une contrainte, une ligne dans la todo liste. Osez agir dans l’énergie, au moment où cela vous fait plaisir…

Agir dans l’énergie est une bonne façon de se calmer. Parfois, au lieu de rester là à tourner en rond à fermenter et à ne rien faire de constructif à part ruminer des pensées toxiques, il est plus utile de sortir changer d’air et faire quelque chose de simple et d’utile :

Sortir faire un tour pour se calmer ?

Faire une promenade de 15 à 20 minutes, avec pour seul objectif d’accueillir avec un filtre positif tout ce qui vous vient aux yeux (et aux 5 sens en général). A chaque fois que vous appréciez quelque chose (la forme d’un arbre, la pertinence d’un panneau indicateur, le côté pratique de cet élément urbain, la variété de cette vitrine, la beauté du ciel, les formes des nuages, la douceur de l’air, les bons vêtements qui vous protègent de l’humidité, etc…), prenez le temps de savourer, d’apprécierdîtes intérieurement : “Merci !”

Merci à qui vous voudrez, cela importe peu. Le plus important est d’éveiller en vous  un élan d’appréciation et le sentiment de gratitude.

Tenir un journal de gratitude

Il s’agit d’un outil simple, amusant et agréable à utiliser.

Le journal de gratitude est un journal, dans lequel on consigne toutes les raisons qu’on a de se sentir heureux et reconnaissant. C’est tout !

La gratitude est un sentiment puissant, qui dépasse la simple appréciation intérieure, puisqu’il émane en retour une reconnaissance envers l’extérieur. Choisir la gratitude est une décision courageuse (parce que ce n’est pas toujours facile) et une option intelligente (parce que cela contribue à notre rayonnement personnel). En cultivant la gratitude, on s’expose au risque de s’attirer en retour de la sympathie et des opportunités renouvelées…

Vaincre l’angoisse

Ce sont là des petites techniques pour se calmer dans l’instant. Mais il y a parfois des tensions intérieures profondes, qui ne se règlent pas avec des trucs et astuces pour se détendre ! Dans ce cas, il faut un travail spécifique, comme un coaching.

Voici un extrait de séance de coaching qui explique comment dépasser l’angoisse. Comment un client a trouvé le moyen de se calmer tout seul d’une angoisse de fond qui l’étreignait malgré lui alors que tout allait bien dans sa vie…

 

Envie d’en savoir plus ? Contactez-nous !

Intégrer le calme

Les prises de conscience sont toujours fortes et instantanées. Ce qui est long c’est leur intégration, leur assimilation.

Une compréhension nouvelle est une sorte de lucarne ouverte vers la lumière au sein d’un tunnel obscur qui n’en finit pas et dont on ne voit pas le bout. Cela fait du bien, de comprendre soudain quelque chose de nouveau, cela redonne du courage et de l’inspiration… mais cela ne suffit pas à nous sortir du tunnel.

  • Pour cela, il faut que cela percole au niveau énergétique, émotionnel.
  • Puis cela doit impacter le niveau corporel et concret du quotidien.

La transformation doit en effet opérer jusque dans les comportements, à la fois les grands choix de vie structurants, et les micro gestes du quotidien. Ce processus s’inscrit dans le temps.

Mais dès lors que le processus de conscientisation commence, le voyage n’est plus le même : on n’a pas encore le mode d’emploi complet, mais on sait qu’il s’agit d’un jeu, et le pressentiment qu’il s’agit d’un Jeu merveilleux. C’est le jeu du je qui s’éveille à sa véritable nature et prend enfin sa place dans la vie.

Bienvenue mes amis, la vie, c’est votre vie !

Expérience de l’instant présent ?

Il y a l’expérience de l’instant présent, qui est instantanée évidemment. Et puis il y a l’hygiène de vie, si je puis dire, qui fait que l’on se maintient dans cette conscience, comme si maintenant se maintenait… En quelque sorte un instant qui s’étire et ne finit pas.

Les vraies questions spirituelles sont toujours concrètes. Disons plutôt qu’elles sont à la fois abstraites et concrètes :

  • Lorsque l’on travaille la métaphysique, on en aborde l’aspect abstrait.
  • Et lorsqu’on travaille sur soi, on les pratique concrètement.

A ce moment là, on ne se pose plus des questions spirituelles, ce sont les questions spirituelles qui nous travaillent, concrètement, et qui opèrent une transformation au sein même de notre quotidien, sans que nous ne fassions d’effort direct pour cela. C’est la grande énergie impersonnelle qui agit à travers notre petite vie individuelle, parce qu’on s’est rendu disponible à La Question…

Demeurer dans le présent

Qu’est-ce que le temps ?

Ce dont on ne peut pas douter c’est qu’il y ait des cycles de croissance et de décroissance : naissance de quelque individu, croissance, maturité, dégradation du corps et mort de ce dernier. Ceci s’observe aussi à propos du soleil que l’on voit apparaître l’est, puis parvenir à son zénith, et enfin se coucher à l’ouest… Ces évènements sont indubitables. Cependant, nous avons l’impression qu’ils surviennent consécutivement, à travers une sorte de ligne de temps, qui elle n’est qu’une représentation mentale, que je qualifie d’illusion au sens où elle n’existe pas vraiment dans notre expérience présente. Je m’explique….

1- Depuis toujours et à jamais, on ne peut vivre que l’expérience de l’instant présent. La preuve : allez donc quelques instants dans le passé ou dans le présent, on vous attend pendant ce temps là dans l’instant présent…. C’est impossible ! On peut évidemment envisager, imaginer le futur, on peut aussi se remémorer le passé, mais ce ne sont là que des pensées, qui prennent place dans notre expérience présente : nous vivons maintenant l’expérience de nous souvenir du passé, ou de nous extrapoler dans le futur.

2- L’instant présent n’a pas de durée mesurable :

  • quand a-t-il commencé, et pris la place de l’instant d’avant ?
  • quand va-t-il s’arrêter, pour laisser place à l’instant d’après ?
  • Combien y a-t-il eu d’instants présents depuis que vous lisez ces quelques lignes ?

En fait, comme le propose Rupert Spira, l’expérience à vivre inclut tout les évènements simultanément, que le mental classe artificiellement en passé, présent, futur. Mais ce n’est là qu’une représentation, une convention. Il prend l’exemple d’un roman dont toutes pages sont superposées et parallèles. Toute l’histoire écrite dans le roman est déjà là dans sa totalité sous nos yeux, tandis que le mental n’en prend connaissance que page après page, d’où cette illusion du temps linéaire qui s’écoule de la première à la dernière page…

3- La ligne du temps, sur laquelle l’instant présent se déplacerait tel un curseur rejoignant le passé et le futur, est une fiction mentale. En fait, il n’y a que maintenant, et aucun instant passé ni aucun instant futur. C’est vertigineux de le voir, mais c’est la plus pure vérité, que nous ne pouvons que reconnaître quand on regarde cette question attentivement et simplement. La conscience se projette elle-même sur cette ligne temporelle, tandis qu’elle-même n’a ni début ni fin. En fait s’il n’y a “depuis toujours et à jamais” que ce seul instant, présent, alors nous sommes dans l’éternité, c’est-à-dire “dans” le hors temps. Comme dirait l’autre, si l’éternité existe, alors elle a déjà commencé. Et Woody Allen de rajouter malicieusement : “L’éternité c’est très long, surtout vers la fin :-)”

Cette prise de conscience, à la fois brutale et directe, et également progressive, a évidemment d’énormes conséquences sur la vie de tous les jours. Car tout notre quotidien est construit sur cette illusion, nous souffrons à cause d’un passé que nous croyons révolu, alors qu’il est toujours là, et nous craignons un futur à venir, alors qu’il est déjà là…

Nous croyons mériter ou démériter, nous nous efforçons, nous “essayons”, nous nous jugeons et pour finir nous ressentons un sentiment de culpabilité et d ‘impuissance, etc…  Quel cycle infernal d’agitations mentales, au lieu de se calmer et de rester tranquille !

Envie d’en savoir plus ? Contactez-nous !

 

Comment calmer le mental ?

Nous nous projetons sans cesse par la pensée, nous vivons dans notre tête à force de penser, au lieu d’être dans nos sensations corporelles et d’accueillir la pensée comme un simple événement parmi d’autres (au lieu de cela, nous sommes fascinés par nos pensées, au point d’y croire, et de ne vivre que par procuration de nos pensées, comme quelqu’un qui ne vivrait pas sa vie, mais en lirait un compte rendu ou ne ferait que de regarder un film biographique à propos de sa vie, le film de ses propres pensées…

Comment voulez-vous qu’on se calme si on est dans sa tête, sachant qu’il nous passe à peu près une pensée par seconde !

Les habitudes d’agitation mentales sont  puissantes, plus fortes que votre ardeur et votre détermination à rester calme. Cependant, en étant attentif à vos ressentis, à vos émotions, à vos sensations corporelles, en écoutant régulièrement votre respiration, vous pourrez progressivement contrôler et calmer votre mental.

Faire le vide le mental

Si vous pouvez calmer votre mental pendant dix ou quinze minutes, vous verrez un monde nouveau naître en vous. C’est la base même de tout progrès véritable et durable. A l’heure actuelle, vous ne parvenez peut-être à calmer le mental que quelques secondes ou une ou deux minutes, mais si vous maintenez votre calme, votre équilibre et votre sérénité pendant une vingtaine de minutes, vous constaterez un apaisement du mental, qui s’accentuera au fur et à mesure que vous allez persévérer dans votre résolution de rester calme en toutes circonstances.

Il faut des semaines et des mois pour que les graines germent. Votre mental est semblable à un champ fertile. Si vous semez des graines de silence et d’harmonie et que vous les cultivez patiemment, vous récolterez tôt ou tard cette moisson exceptionnelle qu’est la conscience sereine.

Douche mentale

Visualisez une eau qui descend sur vous en cascade, et tandis que l’eau s’écoule le long de vos membres et de votre tronc, laissez vos pensées et vos tensions se dissoudre en même temps que l’eau s’écoule et retourne à la terre chargée des scories mentales.

Visualisez les résidus de pensées anciennes vous quitter, sentez votre tête se vider de toutes les préoccupations superficielles et demeurez dans la propreté d’un esprit calme et disponible. Restez ouvert, le coeur tendre, et appréciez la qualité de présence qui se témoigne en vous, une présence alerte et tranquille…

 

Parler à un coach