Comme tout le monde le sait, la sagesse Taoiste prône l’équilibre du yin/yang, afin d’honorer l’Unité à travers ses deux facettes. Il s’agit donc d’équilibrer les deux polarités dîtes féminines et masculines.

Bien que selon les cultures, il faille nuancer cela, dans la nôtre au moins, il serait tellement juste et logique de permettre aux femmes d’accéder au pouvoir à égalité (notamment de salaire et de statut) avec les hommes. Mais là n’est pas le propos de notre article sur la sagesse Taoiste, qui ne parlera pas des hommes et des femmes, mais parlera plutôt de l’art de bâtir des plans d’actions équilibrés, l’art de conduire des transformations efficaces.

Sagesse Taoiste et art de la transformation

Quand on veut changer quelque chose, on parle d’un cycle de transformation qui se décompose en plusieurs phases. Nous allons les décrire sommairement et vous verrez comment l’équilibre yin/yang doit être respecté selon la sagesse Taoïste, à défaut de quoi, les plans d’action n’aboutissent pas ou pire : débouchent sur des désastres, allant à l’encontre de l’équilibre des choses et des lois de la vie.

1ère phase : yin

Il y a d’abord une phase d’expérience, dans laquelle un malaise émerge peu à peu à l’intérieur (yin) de la conscience. A force de ressentir un désalignement, on finit par vouloir se départir du « problème », que l’on croit être causé par l’environnement extérieur (yang). Alors, on tente des actions extérieures, pour changer le contexte. Et parfois cela suffit. Dans ce cas, il n’y a pas de problème et finalement aucun besoin de transformation.

En revanche, quand on parle de « transformation » c’est parce que les actions de premier degré visant à modifier les conditions extérieures, n’y parviennent pas ou n’obtiennent pas les résultats extérieurs escomptés, et que donc, par voie de conséquence, l’expérience intérieure reste non satisfaisante.

Dans ce cas, une compréhension du problème intime (yin) finit par émerger :

« La situation étant ce qu’elle est, comment puis-je la vivre moins mal, comment puis-je en tirer des enseignements et mobiliser des ressources intérieures grâce à la contrainte externe, afin d’en faire une opportunité de croissance intérieure et extérieure ? »

« Et comment, grâce à cette transformation de moi-même, m’adaptant intérieurement à la contrainte extérieure, je puis enfin et de surcroît modifier la situation, par effet systémique (voir à ce sujet : Les Échos systémiques en coaching) ?

 

2ème phase : yang

L’équation étant alors enfin bien formulée, au lieu de vainement vouloir changer les autres par exemple (ou les conditions extérieures), l’être assume alors pleinement sa responsabilité individuelle, et peut prendre une vraie décision de changement (yang), ayant toute chance d’être fertile et efficiente, puisqu’il s’agit de se changer soi-même. On a donc la main sur les leviers, et a priori on est aux premières loges pour agir sur ce qui ne dépend que de soi.

Dès lors, on procède à un examen sérieux de la situation intérieure. On repère des résonances profondes dans son histoire, ayant généralement des effets analogues dans plusieurs champs de sa vie. Et au lieu d’opérer d’une manière isolée, et de se retrouver confronté aux résistances du système, on va pouvoir adresser l’ensemble du système, au bon niveau logique, en le travaillant à la racine. Il s’agira alors d’un changement de type 2 (voir à ce propos notre article sur les résistances au changement « imposer le changement ? Bonne idée pour le faire échouer !« )

Après examen approfondi de ce qui coince et de pour quels bénéfices secondaires le système intelligent a opté pour le bocage (afin sans doute de se protéger de pire encore), il conviendra de choisir une autre perspective et une autre économie de moyens à mettre en oeuvre, pour se transformer sans s’exposer aux difficultés dont le blocage cherchait à nous protéger.

Une décision pourra donc être prise et les actions qui en découlent logiquement pourront alors être mises en oeuvre avec succès.

Ces actions seront déployées plus ou moins « méthodiquement », et généralement avec enthousiasme et créativité. Tout cela procède de l’énergie Yang.

Et c’est là que, toujours selon la Sagesse Taoiste (mais aussi selon le bon sens premier si vous voulez mon avis :-), le Yin doit reprendre le relai !

3ème phase : encore du Yin !

C’est souvent là que le mental a beaucoup de mal à céder la place.On a du mal à donner sa confiance, et à se contenter d’ accueillir les résultats. On veut encore et encore rester dans l’action Yang, comme si on ne croyait pas que c’était suffisant, comme s’il fallait encore en rajouter…

Au lieu dette forme d’agitation fébrile, qui ne fait que brouiller les pistes, et retarder les résultats espérés, il faudrait au contraire lâcher le Yang (tout en poursuivant les actions entreprises) pour faire confiance et attendre tranquillement :

  » J’ai vu, j’ai compris, j’ai décidé, j’ai agi en fonction… les résultats aussi bien intérieurs qu’extérieurs ne peuvent qu’advenir dans le sens de la projection… je n’ai pas à en douter, ni à m’impatienter, je dois : LÂCHER PRISE ! »

C’est le moment de s’installer dans le « maintenant » et de s’y maintenir, acceptant ce qui EST !

Rester fidèle à soi-même et à la vie, en investissant l’instant présent, en délaissant les pensées de doute et les spéculations non fondées sur l’avenir.

La confiance est essentielle. L’impatience et le doute traduisent une agitation mentale qui retardent l’avènement des changements attendus. La seule chose à faire est de se calmer et d’attendre.

On ne fait pas venir le printemps plus vite en tirant sur les bourgeons.

Sagesse Taoiste

 

Une femme enceinte ne fait rien de volontaire pour faire grandir son enfant dans son ventre. Elle laisse le processus de la vie agir en elle et à travers elle.Le moins elle en fait, le mieux le processus se déroulera et le mieux l’enfant se portera. Au mieux, elle peut accompagner son vécu en prêtant son attention à son corps, en étant présente à ses sensations, en étant vraie par rapport à ses ressentis émotionnels, en prenant soin de ne pas partir avec le contenu des histoires qui les déclenchent. C’est pas très compliqué, mais c’est juste un travail à plein temps ! L’art d’être maman ne fait que commencer 🙂

 

Eh bien pour une transformation intérieure c’est la même chose. Il faut lâcher prise sur la volonté de contrôler. Il faut se concentrer sur l’action, et accueillir les changements sans chercher à les provoquer, sans rien « manipuler », sans ingérence avec les processus de la vie. Rester dans l’accueil, cultivant l’effacement de soi, le retrait humble : la force yin !

Il faut juste : garder le cap sur les étoiles et rester fidèle à sa pratique !

C’est goutte à goutte, que le changement se produit en profondeur.

Comme un arbre en bonne santé grandit inexorablement, de jour comme de nuit, été comme hiver : tantôt ses branches s’élèvent, tantôt ce sont les racines qui plongent. Cette croissance permanente ne se voit jamais à l’oeil nu d’un jour sur l’autre, mais d’une saison à l’autre, on constate des fruits en été et puis des feuilles qui tombent à l’automne. En apparence, rien ne bouge, et en profondeur tout se transforme sans cesse. C’est magnifique, et il n’y a rien à faire !

Sagesse Taoiste

Pour l’être humain, c’est un peu différent, on l’a vu : il faut d’abord accueillir l’expérience du malaise, puis prendre la décision du changement et opérer activement et volontairement des actions appropriées. Mais après, on laisse faire de nouveau.

Pour les routines matinales, il en va de même…

Pour illustrer notre propos, supposons que pour entretenir votre bonne forme, vous ayez résolu de pratiquer le matin un peu d’étirements et de tonification musculaire, puis un peu de méditation. A l’issue d’une telle séance de bien-être, vous devriez certainement vous sentir mieux immédiatement, à la fois :

  • pendant vos pratiques
  • et pendant tout le reste de la journée

Mais le rétablissement d’une santé optimale prendra peut-être un peu plus de temps, si vous aviez commis des excès depuis plusieurs années. L’équilibre va reprendre ses droits peu à peu à son rythme. Et il va falloir de la patience et de la persévérance.

Voyons comment, dans cet exemple, s’appliquent les 3 phases de la Sagesse Taoiste à une transformation engagée par les pratiques matinales de notre exemple :

  • Yin : Une tranche de vie peut-être un peu désordonnée, aura entraîné le constat d’une fatigue, ou de débordements émotionnels, qui auraient pu provoquer la prise de décision de se reprendre en mains. C’est donc la première phase iici décrite : la phase Yin (observation et accueil du malaise, aspiration à du mieux être), qui s’achève avec un décision Yang (souhait de se déprendre de mauvaises habitudes et engagements dans les routines matinales)
  • Yang : La décision est mise en oeuvre chaque matin par des pratiques diverses de santé (voir notre article sur les routines matinales, ainsi que cet autre sur « comment positivement programmer le mental ») – Phase yang
  • Yin: Et le reste de la journée, de même que le reste de toute la vie, qui se réajustent d’eux-mêmes peu à peu sous l’impulsion matinale quotidienne – Phase yin

Il y a fort à parier d’ailleurs que les changements opérés par ces pratiques matinales vont bientôt faire apparaître d’autres besoins, qui déboucheront sur d’autres décisions et d’autres actions. C’est ainsi que, de fil en aiguille, l’arbre croît à chaque instant et nous aussi.

Voilà. Suite à divers coaching en cours, j’étais inspiré ce matin de partager ces réflexions sur le changement inspiré de la sagesse traditionnelle du Taoisme. J’espère qu’elles vous seront utiles…

Tarifs de coaching pour les particuliers

dysfonctionnement systémique

Envie d’en savoir plus ? Contactez-nous !

Sagesse Taoiste et changement systémique en entreprise

Comme vous le savez, Orygin est un cabinet de coaching en entreprise. Nous crachons des dirigeants, des managers à potentiel et des équipes ainsi que des organisations (équipes d’équipes).

Les enjeux d’un travail d’analyse systémique en entreprise, pour préparer une transformation, sont les suivants :

  1. Trouver ce qui grippe le système repérer comment cela se manifeste
  2. Transformer les cercles vicieux en boucles positives, partout à la fois (ou du moins aux endroits stratégiques) pour entraîner une réaction en chaîne positive
  3. Remobiliser la ligne managériale sur la dynamique positive de l’entreprise et la défocaliser des problèmes qui leur prennent la tête au détriment des fondamentaux de leur métier !
  4. Recentrer chacun sur ses priorités et remettre le système en mouvement vertueux, au travers de victoires rapides, qui relancent la spirale de réussite.

Le coaching d’équipe ou d’organisation va mettre le système face aux contradictions posées par ses croyances limitantes et comportements nuisibles, pour provoquer le sursaut salutaire. Ce n’est pas en révélant et en assénant des jugements, mais en mettant les personnes face au miroir, que le coaching leur permet de se voir et de se prendre en mains.

Le coaching va agir sur la motivation, le désir, la fierté et l’amour du métier. Il faut d’abord aller la chercher là où elle est pour la réveiller, c’est-à-dire auprès des opérateurs, qui sont en contact avec la production et auprès des commerciaux qui sont en contact avec le client.

Ensuite le coaching contribue à faire circuler l’énergie, en améliorant les relations, la complicité tactique, la confiance opérationnelle et la communication au jour le jour.

Le coaching s’appliquera aussi à décloisonner, à favoriser puissamment la transversalité, pour que chacun puisse s’approprier une même vision stratégique et participer au projet fédérateur.

Enfin, le coaching viendra challenger à la fois les opérateurs et les dirigeants pour qu’ils rehaussent leur manière d’envisager la réussite : donner plus de sens, mais aussi aller plus loin, organiser une dynamique de progrès continu, parce que c’est ainsi qu’un système en bonne santé se développe de façon organique..

Si la sagesse taoïste vous intéresse, n’hésitez pas à laisser des commentaires, nous pourrions écrire d’autres articles sur le sujet, à votre demande et selon notre inspiration…

Envie d’en savoir plus ? Contactez-nous !