La relation de coaching est fondée sur l’équilibre et la parité

Puisque le Coaching respecte l’autonomie du client et vise son auto-développement, la relation de Coaching doit logiquement cultiver la parité entre le coach et le client (voir : différence entre coaching et psychothérapie)

relation de coaching et équilibre : une affaire de parité

Dans un précédent article, nous avons dit que dans un accompagnement, c’est comme si les deux s’accompagnaient mutuellement, dans une sorte de méditation partagée (voir : coaching et méditation)…

Précisons que pour autant, ce ne sont pas deux compagnons qui se promènent au gré de leur fantaisie, tantôt suivant les intuitions du client, et tantôt les impulsions du coach, comme pour aller à droite ou à gauche dans une ballade en forêt…

 

Relation de coaching et réciprocité

Les objectifs sont amenés par le client, et c’est ce dernier qui élabore ses solutions. Ce n’est pas un bavardage de salon, où chacun exprime ce qui lui vient au cœur ou passe par la tête.

La parité en coaching n’est pas synonyme de symétrie, même si ce que le client voit en lui, le coach peut aussi le voir en lui-même par reflet systémique.

(pour le fun, un extrait de film bien connu, qui illustre le décalage de positions ne permettant pas tellement la parité entre Louis de Funès et Bernard Blier…)

Dans l’extrait ci-dessus, on voit combien chacun est sensible à une position de parité et comment le processus en communication est déterminant sur le contenu de l’échange 🙂

Il y a une sorte de réciprocité, quand le courant passe. Quand l’effet coaching se met puissamment en place, le miroir permet de voir des deux côtés :

  • L’énergie qui afflue vers le client, recharge aussi le coach,
  • Les idées nouvelles qui stimulent le client (et qui ne viennent pas du coach) inspirent aussi le coach, pour qui s’ouvrent aussi de nouvelles perspectives (voir : comment retrouver l’inspiration ?)
  • Des connexions personnelles qui se font pour l’un, peuvent se mettre en place en même temps pour l’autre, qui découvre pour lui-même de nouvelles choses sur lui-même et ses propres situations personnelles
  • Etc…
relation de coaching
Une osmose se produit, établissant une mise à niveau énergétique entre le client et le coach

On est également frappé d’observer que la relation de coaching réunit souvent des clients et des coachs, qui semblent se correspondre par leurs valeurs qui se rejoignent, leurs styles qui sont compatibles, et dont les besoins du client ont étonnamment quelque chose à voir avec le parcours du coach. (voir : critères pour choisir son coach)

Du coup, cela renforce encore le lien et le rapprochement naturel entre le client et son coach : empathie, complicité, etc… Cette proximité est d’ailleurs un des appuis de la relation de coaching.

 

Relation de coaching : « C’est comme lécher du miel sur une lame de rasoir »

 

Un peu comme cette image (empruntée au Dzogchen tibétain), qui suggère une attention de chaque instant, nous pourrions dire que le Coaching procède d’un ajustement permanent de la relation, qui varie selon les personnes, selon les séances, selon les objectifs intermédiaires poursuivis dans chaque séquence de chaque séance, etc…

relation de coaching
Vous imaginez : lécher du miel sur une lame de rasoir ? …imaginatifs, ces tibétains !

 

C’est pourquoi le thème de l’ajustement permanent de la relation de coaching est souvent abordé en supervision.

Une empathie, pertinente au départ, pourrait déraper en « fusion sympathique », elle-même bientôt porteuse de confusions…

Au contraire, la parité dans la relation de coaching suppose que chacun reste à sa place, se porte soi-même, et qu’aucun ne soit collé à l’autre  (voir: l’importance du cadre en coaching).

On s’apprécie, on se respecte, justement parce qu’il y a la distance suffisante pour cela. Et, à peine commencé, le Coaching sera bientôt fini, et sauf exception, on ne se reverra plus, même si cette rencontre aura fait grandir le client et le coach, et que sa trace sera parfois encore longtemps présente chez chacun d’entre eux.

Coacher nécessite d’être vigilant à maintenir la distance juste, laquelle évolue en permanence au gré des situations. Accepter qu’un client projette sur soi une image qui émane de son monde intérieur, puis accepter qu’il s’en détache, pour permettre que la relation évolue, si bien qu’en quelques séances seulement, on passe par différentes phases évolutives, allant de la réserve à la parité et à la confiance.