Le conférencier, Eric Baret (qui s’exprime depuis l’approche non dualiste du Cachemire), suggère que l’embolie de communication que nous connaissons actuellement (omniprésence des médias et des réseaux sociaux dans notre quotidien) vient du manque de relation authentique :

  • moins nous avons de relation véritable avec autrui, plus nous recherchons un substitut de celle-ci dans des échanges d’informations et des communications incessantes (les mails, les sms, les tweets, les amis facebook, la télé, les messages publicitaires dans la rue, etc…)
  • plus nous sommes pris dans la communication, plus nous sommes dans l’identification aux étiquettes extérieures, plus nous nous éloignons de l’Essence de la relation véritable.

Dans cet article, nous allons tenter d’aller au-delà de la communication, et creuser sous la relation pour y découvrir : la “Présence” !

La Présence à soi-même est la condition sine qua non d’une relation authentique. Cette relation peut éventuellement s’illustrer au travers d’une communication juste. Mais la communication relève d’un niveau très en surface, très éloigné du centre. La communication, c’est tout là bas, à la frontière des phénomènes extérieurs …

Par exemple, la plupart des réunions ne servent ni à se réunir (objectif de cohésion), ni à décider (objectif d’action), mais à s’informer ! On y fait des points d’avancement et on y assiste à une succession de présentations. Cette approche de la réunion pré-suppose que l’information serait vitale, primordiale. Du point de vue ordinaire que nous connaissons tous, cela paraît évident. Et pourtant…

 

La relation prime sur la communication

Pourtant, à notre avis, l’information est bien souvent secondaire. En tous cas, elle est clairement moins importante que la relation elle-même : si je donne ma confiance au travers d’une délégation, après tout je n’ai pas besoin de tout savoir. Certes, j’ai sans doute de l’intérêt pour le résultat, certes je veux bien me rendre disponible pour contribuer à résoudre une difficulté sur le chemin, mais l’information par elle-même regarde surtout l’acteur à qui j’ai délégué. C’est son job de recueillir les bonnes informations et de faire ce qu’il y a à faire. Quant à moi, je peux surtout le soutenir dans son action responsable, par la qualité de la relation que nous entretenons. C’est là tout l’enjeu du leadership, l’essentiel de la valeur que peut créer un manager. Il n’a pas tant que ça besoin de savoir et de contrôler… D’ailleurs si la relation était plus profonde te plus engageante, il y aurait beaucoup moins besoin de communiquer…

présence à soi-même

En coaching, nous savons bien que la puissance de l’effet coaching tient plus à la qualité de la relation qu’au contenu de la séance. Seul un lien fort permet un insight puissant. Ainsi :

  • Une séance impeccable sur le plan de la technique de communication, mais dont la relation serait plate ou creuse, ne produirait qu’un effet très pauvre.
  • En revanche une relation très forte, émaillée de nombreuses maladresses de communication (de la part d’un coach débutant par exemple) n’empêchera pas le client de progresser vite et fort. C’est pourquoi d’ailleurs des coachs juniors peuvent très bien réussir d’excellents coachings, tout en commettant pas mal d’erreurs dans leurs séances.

La supervision est là, pour faire progresser les coachs à deux niveaux :

  • d’une part, dans la maîtrise de leurs pratiques de coach (des techniques de communication, finalement)
  • mais surtout : dans leur engagement dans la relation à leur client (prendre du recul pour pouvoir à la fois se décoller émotionnellement et s’investir aux côtés du client, se détacher du résultat et se concentrer sur l’accompagnement, etc…)

De même qu’on peut plus facilement supporter une mauvaise ambiance passagère si le climat est sain entre les personnes, de même on pourra mieux digérer une mauvaise communication quand la relation est forte. Et il faut que la relation de coaching soit forte pour que le client accepte de prendre en compte une question puissante, une question impertinente. Par définition, elle est puissante si elle le fait sortir de son cadre de référence, donc par définition elle est vécue (au moins un instant) par le client comme “non pertinente”.

Seule une relation puissante peut inspirer à la fois : une question puissante au coach et une prise de conscience puissante au client (voir notre article sur les 4 niveaux d’insight)

 

Présence à soi-même pour des relations fortes

Pour qu’il y ait relation, il faut qu’il y ait deux (et même trois… si on compte la relation comme le troisième élément) ! Autrement dit, pour que vous soyez en relation avec les autres, il faut que vous soyez là, vous-même, en quelque sorte : en “état de présence“. Comment voulez-vous être en relation, être dans la relation, si vous n’êtes nulle part ?

Seule votre Présence, plénière, authentique, peut permettre une relation pleine et authentique.

Dans un entretien par exemple, si vous n’êtes que dans votre tête, vous vous coupez de vos émotions, et vous n’êtes là qu’au tiers de vous-même. Si, d’un autre côté, vous vous laissez embarquer par vos émotions, vous ne maîtrisez plus votre propre corps, vos pensées sont altérées, vous êtes sur déterminés par des réactions à la fois psychologiques et hormonales, qui vous font décider n’importe quoi. Vous n’êtes pas là. Des réactions en vous (qui ne sont pas vous) pilotent la relation, qui se tord et glisse immanquablement vers des communications vides (cf. compromissions, fuites, soumissions, et autres manipulations : plaintes, reproches, justifications, conflits, etc…).

Si vous voulez que la relation soit saine, il faut qu’il y ait un pilote dans l’avion (au moins dans le vôtre en tous cas), un escargot dans la coquille sociale : il faut que vous soyez présent, avec votre attention éveillée, au niveau de la tête pensante, au niveau du coeur vibrant, ET au niveau du corps sensible. Alors votre écoute sera complète sur les trois niveaux.

 

Qu’est-ce que vous êtes ?

Qui êtes-vous vraiment ?

Etes-vous votre personnage social, votre corps, le contenu de ce que vous pensez ?

  • Votre personnage (votre personnalité) n’est qu’un agrégat disparate et incohérent de pièces rapportées ça et là des interprétations que vous vous êtes fait inconsciemment de l’image que les autres vous ont renvoyée de vous-même… Votre personnage est un peu votre “avatar”, qui a une certaine antériorité dans cette vie, un caractère lié à sa trajectoire, des possessions diverses, des personnes “qui lui appartiennent” (ses parents, ses enfants, ses amis…), mais tout cela est très flou, très peu consistant. Une simple pichenette dans le système et tout s’effondre comme un château de cartes ! Vous n’êtes pas ce personnage, cette personnalité qui ne tient qu’avec de grosses ficelles, pourtant précaires…
  • Votre corps ? Il avait la forme d’un bébé quand vous êtes né (e), il a maintenant une forme adulte (probablement), et il aura bientôt une forme de vieillard, puis de macabé. Vous n’étiez pas davantage ce corps quand vous étiez jeune et beau (belle) que vous ne le serez plus tard quand vous serez fatigué (e) (“Mignonne allons voir si la rose…”, vous vous souvenez de ce poème de Ronsard, qui suggérait de cueillir la Rose tant qu’elle est encore fraîche ? C’est un des chefs d’oeuvre de la littérature Française, qui fait bien ressentir que vous n’êtes pas ce corps passager). D’ailleurs saviez-vous que l’ensemble des cellules de votre corps se renouvelle entièrement en seulement trois mois ? Autrement dit, il ne demeure jamais rien de constant dans votre corps, tout bouge, naît vit et meurt à chaque instant, tandis que vous êtes là, à lire ces lignes et moi à les écrire… Je ne suis pas ce brave corps et vous n’êtes pas non plus le vôtre (cependant qu’il mérite notre admiration pour sa sagesse et sa résilience ancestrale, ainsi que toute notre attention affectueuse et nos meilleurs soins au quotidien…).
  • Vous n’êtes pas non plus le contenu de vos pensées ou de vos émotions. A chaque instant des pensées vont et viennent en désordre, comme des petits singes agités sautent de branches en branches. Votre cerveau suit des pensées sans cesse renouvelées. Je connaissais un tibétain qui disait qu’il est aussi normal qu’il y ait des pensées dans l’esprit, que des vagues sur l’océan. Inutile d’essayer de “faire le vide” avec des techniques de méditation sophistiquées. Mais observez juste que les pensées ne cessent d’aller et venir, par le jeu des associations. Elles sont presque sans objet, comme le mouvement réflexe d’un muscle agité de compulsions. Vous n’êtes pas plus cette paupière qui cligne à cause d’un TOC ou d’un manque de magnésium, que vous n’êtes vos pensés qui gigotent sans cesse. Mais nous nous laissons embarquer, et nous nous identifions avec tout ce qui passe sur l’écran mental. Un peu comme un spectateur au cinéma qui croirait vivre lui-même toutes les scènes du film. Evidemment dans ce cas, tout est très grave ! Cette personne qui vient de me bousculer sans le faire exprès m’a “manqué de respect”, ou ce N-1 qui est allé se plaindre à mon chef de je ne sais quoi : “c’est de la haute trahison !” C’est  comme si ma survie était en jeu à chaque instant, puisque je suis collé, identifié à tout ce qui passe sur l’écran. Je me prends pour toutes ces agitations… et de ce fait je ne suis : RIEN ! Rien de bien cohérent, rien de bien stable, puisque cela bouge tout le temps. Et cela consomme énormément d’énergie de faire tenir en l’air toute cette élucubration, comme un château de cartes dont il faudrait prendre le plus grand soin… Il en faut de l’énergie pour donner une apparence de cohérence à notre personnalité et au contenu de nos pensées et émotions, alors que par nature, ils n’ont pas de consistance.

 

De quelle “Présence à soi-même” parle-t-on ?

Vous n’êtes donc ni votre corps, ni votre mental, ni votre personnalité. Cela, on peut en comprendre très vite l’évidence (avec le mental d’ailleurs !). Mais le réaliser à chaque instant peut prendre “un peu” plus de temps… Voir est instantané. Intégrer le déconditionnement, procède d’un entraînement, d’un exercice constant de discrimination (voir notre article “L’éveil spirituel : une expérience naturelle“).

Alors, dans le fond, qui êtes-vous vraiment ? Il est possible que l’on ne puisse pas répondre à cette question… Pas avec le mental en tous cas, parce que l’Etre que nous sommes n’est pas préhensible par le mental. Il dépasse du cadre de référence relatif que ce dernier utilise pour appréhender le Réel et construire sa réalité, qu’il plaque par-dessus pour se donner l’illusion de contrôler quelque chose…

 

présence à soi-même

Si je ne suis pas ce dont je suis conscient (les pensées, les émotions, les perceptions), je suis peut-être “cela” qui en est conscient. On ne peut pas dire qu’on est rien, parce que si on vous demandait si vous existez, vous répondriez “oui” sans hésiter, parce que c’est une évidence intuitive non démontrable. Et dans on creuse, en arrière de la conscience, en arrière des pensées, émotions, perceptions, on “touche” quelque chose que je suis et qui n’est pas rien, qui n’est pas “absent”… C’est pourquoi, il me convient de l’appeler “présence”. Ce quelque chose que je suis et qui est indubitablement présent.

 

L’expérience de l’Etre

Ce que je suis, je peux donc en vivre l’expérience, à défaut de pouvoir le désigner par des mots ou lui donner une forme par une pensée. Je puis “creuser” mon expérience, me désidentifier des marionnettes qui dansent devant mes yeux, et cesser de foncer comme un taureau dès que j’aperçois un chiffon rouge. Je puis m’installer dans un point de calme intérieur, au milieu des agitations, externes et internes, et y installer mon centre de gravité (voir notre article : Stopper le mental : cesser enfin de « penser »). Je peux même y installer mon quartier général et vivre tout le reste, en gardant consciemment un appui constant dans cet arrière plan que je suis.

Certes le corps a sa vie propre que j’apprécie, certes les pensées vont et viennent (dont le contenu m’intéresse de moins en moins, un peu comme les émissions qui vous plaisaient quand vous étiez enfant, et qui dorénavant vous ennuieraient) et je les vois aussi au-delà de leur contenu, comme des processus. Des mouvement dans la conscience, qui prennent des images comme support pour mettre en scène quelque chose. A la limite, peu importe quoi. Mais bon, puisqu’elles attirent l’attention sur un point, voyons de quoi il s’agit… Ah, ça ? Oui bon, on connaît déjà. Par définition c’est déjà passé, c’est déjà du passé. Les pensées du mental sont construites à partir de la mémoire, elles ne peuvent donc projeter dans le futur : que du passé !  Pas super excitant cette histoire, un peu toujours la même chose…

Mais en revanche, dans tout ce qui m’arrive, il y a bien quelque chose de commun, c’est l’observateur qui perçoit. Je suis, celui qui semble vivre dans mon corps, qui endosse ce personnage social comme un vêtement pour établir des communications à l’extérieur, qui observe ces mouvements de la pensée. Je suis, en amont des phénomènes que j’observe, cette “Présence” qui est là, en silence.

Eckhart Tollé partageait à ce propos une réflexion qui m’amuse : quand on dit que “j’ai la vie sauve”, que “j’ai une vie de merde”, ou que “ma vie est intéressante en ce moment”, etc… on considère que nous avons une vie. La vie serait une de nos possessions (la vie est notre plus grand bien disent même certains), une chose de plus, que l’on pourrait perdre (ce qui fait très peur… mais “qui” au juste est celui à qui perdre la vie fait si peur ?). Sa proposition est de dire que la vie n’a pas d’opposé, que la mort n’est que l’opposé de la naissance, pas de la vie. Il suggère que la vie n’est pas quelque chose que l’on a, mais “quelque chose” que l’on EST !

Cette courte vidéo d’Eric Baret exprime bien également ce qui peut se passer quand on est là, juste là, pleinement présent, sans commentaire intérieur…

 

Présence à soi-même et “performance”

Dans l’exercice  “lâcher prise sur le résultat” que nous proposons dans notre séminaire de leadership positif, nous suggérons de vous décentrer du résultat pour vous concentrer sur l’action immédiate, sans penser à rien d’autre. En mettant toute votre énergie à chaque instant pour réussir ce qui est à faire, à votre portée immédiate. C’est paradoxal, parce qu’on a plutôt l’habitude de se représenter le leader comme un visionnaire, qui vit en avance sur son temps. Nous proposons au contraire, un leadership positif, qui s’inscrit les deux pieds dans l’instant présent

Quand on est présent (présence à soi-même, présence à l’autre, présence à la relation), il se passe quelque chose pour de vrai, dans la relation. Si vous êtes présent, discrètement et sans intention particulière, vous ne tarderez pas à attirer ceux qui sont présents aussi autour de vous. Et puis vous attirerez aussi ceux qui sont presque “absents” (tellement ils sont dans leur tête, totalement identifiés à leur personnage), parce que la consistance du rayonnement qui se témoigne quand vous êtes simplement là, exerce une attraction, comme une lampe électrique attire les papillons de nuit. Heureusement, il s’agit d’une douce chaleur, d’une lucidité qui ne s’exprime qu’en demi teinte pour ne scandaliser personne (et ne pas griller les pattes et les ailes des papillons). En fait, la présence à soi-même attire les autres à l’intérieur d’eux-mêmes, à vivre eux aussi leur propre présence à soi-même, au sein de laquelle chacun est chez soi et en même temps très proche des autres…

Un coaching de développement personnel peut vous aider à être plus présent, plus rayonnant, plus charismatique. Vous pourrez développer votre leadership par votre optimisme, vous travaillerez la qualité de votre Présence à soi-même, au travers notamment de la profondeur de votre écoute, pour nouer des relations authentiques, à la fois stimulantes, inspirantes et rassurantes. Je vous montrerai des exercices de Présence à soi-même, pour vous aider à vivre un aperçu de cette expérience très simple et très naturelle. (à propos de performance, voir cet article : performance ou excellence ?)

 

N’hésitez pas à nous contacter pour faire connaissance et approfondir cette question de la présence à soi-même.

Paul Devaux : 06.10.56.14.96

superviseur de coach

Aller plus loin sur la présence à soi-même :

Vous souhaitez obtenir des informations complémentaires, prendre rendez-vous avec nous, nous faire parvenir un cahier des charges.... Merci de nous préciser vos coordonnées.

* indique un champ requis







Types de fichiers autorisés: doc,pdf,txt,gif,jpg,jpeg,png.
Taille maximale des fichiers: 1mb.