Les pratiques énergétiques matinales ne doivent pas devenir un « devoir », avec des « objectifs à atteindre », des engagements à tenir »,  la projection de désirs tendus vers des résultats… Tout cela ne serait encore une fois qu’une vaine recherche de performance qui nous mettrait encore en tension mentale, au lieu de nous faire du bien pour commencer la journée de façon tonique pour le corps, dans la détente mentale.

Bien sûr on peut « gamifier », comme on dit aujourd’hui, c’est-à-dire jouer à se donner des petits challenges et s’amuser à compter des points. J’en ai parlé dans cet article à propos de « maîtriser sa vie« .

Mais fondamentalement, il est intéressant de vivre d’abord ces pratiques énergétiques matinales sur un fond de détente et de plaisir : c’est un temps pour soi, un temps de respiration naturelle, avant d’entrer dans la logique de performance du monde du travail, où il faut être efficace et rentable.

Pratiques énergétiques matinales : »gratuites », sans objet, sans intention !

Il y a un côté artistique dans les pratiques énergétiques matinales (comme le yoga ou les principes du Qi Gong par exemple) : c’est agréable et gratuit de sentir un corps libre,  se percevoir l’énergie qui circule bien partout, de s’ouvrir à un souffle profond, avec un mental calme et lucide, un cœur ouvert et sensible…

Ainsi, c’est plaisant de se mettre en accord avec l’énergie montante du matin en se rendant disponible pour jouer avec, la laisser s’accumuler dans les reins, la caresser à l’extérieur et la faire circuler mentalement dans le corps tout entier.

Voilà, c’est tout : c’est énorme, mais cela ne va pas plus loin.

Eloge de la régularité des pratiques énergétiques matinales

Ce matin, au lieu de démarrer par mes « routines toujours neuves et jamais routinières », j’ai eu l’inspiration d’écrire deux articles, puis j’ai dû prendre un appel et après j’avais une réunion… et c’était foutu pour aujourd’hui pour mes routines matinales.

Pour autant, j’ai passé une bonne matinée, et je ne regrette rien pour ce matin. Mais comme j’aime ces pratiques énergétiques matinales et leurs effets, je vois nettement qu’il faut que je commence mes journées avec elles, parce que sinon, après c’est trop tard.

Si je ne commence pas par cela, cela m’est difficile ensuite de raccrocher les wagons plus tard dans la journée. Pris par le rythme des choses à faire, des gens qui appellent, et des réunions/entretiens planifiés, je n’ai plus la disponibilité intérieure pour m’adonner à mes pratiques de Qi Gong et de méditation par exemple. Et le soir, je ne suis plus dans cette dynamique. J’ai plutôt envie de me reposer, de m’intérioriser, et plus tellement envie de faire des mouvements. Donc, à l’expérience, si je ne démarre pas par cela le matin, je ne trouve pas le moyen de le faire après. C’est aussi simple que ça.

Un point de vigilance à propos du bon moment

J’ai pu expérimenter une fois de plus ce que j’expliquais dans un autre article, dans lequel je donnais  les raisons qui font que le matin est un bon moment pour certaines pratiques d’éveil énergétique, même quand on n’est pas spécialement matinal :

Si vous voulez être régulier dans vos pratiques énergétiques, le meilleur moment est finalement le matin au réveil, quitte à se lever un peu plus tôt, bien avant que les obligations diverses ne commencent.

D’autres moments de la journée sont possibles évidemment, mais voici les 3 avantages qu’il y a à démarrer la matinée avec les routines :

  • Quand vous démarrez votre journée ordinaire, après vous être adonné à vos routines matinales, c’est un peu comme si vous aviez déjà réussi votre journée avant même de l’avoir commencée : vous êtes en forme, disponible, frais, concentré, en appétit, bien orienté mentalement… Vous êtes fin prêt pour réussir la suite, 
  • De plus, le matin, l’énergie est montante. C’est donc le meilleur moment pour s’éveiller.
  • Enfin, le matin, surtout si c’est bien avant que la vie ordinaire des autres ne commence, vous êtes normalement à peu près tranquille et ne serez pas dérangé (par le téléphone, par les enfants, ou par des obligations sociales diverses)

Par ailleurs :

  • Le soir, on est souvent fatigué de la journée, et on aura tendance à reporter ou à manquer d’élan pour s’adonner à ses routines personnelles, toujours un peu répétitives…
  • Dans la journée, il y a beaucoup de variables qui bousculent les agendas, si bien que souvent on ne peut accomplir ce qu’on aurait voulu. Donc si vous planifiez vos routines en pleine journée, vous aurez souvent le désagrément de constater qu’elles seront passées  à la trappe (une fois de plus 🙂)

D’un point de vue non-duel : il n’y a rien à faire de particulier, il suffit d’être…

Dans une certaine perspective, il n’y a rien d’autre dans la vie que ce qui se présente maintenant, rien à rechercher, et au contraire : tout à accueillir.

Les routines matinales en particulier, sont une manière parmi d’autres de se préparer à la disponibilité requise par la journée de travail ordinaire. C’est une façon d’honorer notre vocation, en s’offrant soi-même aux autres, en tant que miroir le plus propre et clair possible.

Il n’y a donc rien à rechercher au travers de ces pratiques matinales. C’est un cadeau que l’on se fait à soi-même, c’est une façon d’honorer la vie, comme une prière avec le corps en somme.

D’une “discipline” librement réfléchie et consentie, se dégage une certaine liberté et une façon de maîtriser sa vie, qui renforce le sentiment de “dignité” et la simple joie d’être.

Les pratiques énergétiques matinales sont une « prière naturelle du corps »

Alors, vous me direz : pourquoi ritualiser ces pratiques énergétiques matinales, pourquoi s’engager à une régularité, pourquoi ne pas se laisser aller à l’intuition, à l’impulsion, à l’improvisation ?

A cela, je répondrai par une autre question :

  • pourquoi les prêtres de tous les temples du monde se sont-ils toujours adonnés à des rituels et des cérémonies, adossés à la chronobiologie du corps et de la nature ?
  • Et dans un tout autre domaine : pourquoi les sportifs de haut niveau s’donnent-ils à leur pratique avec beaucoup de rigueur et de régularité ?

Tarifs de coaching pour les particuliers

Parler à un coach

Le temps ne respecte pas ce qu’on fait sans lui

Voici comment pour ma part, je réponds à ces questions :

  • Il me semble qu’il faut une certaine régularité pour avoir des résultats.
  • Mais si ce ne sont pas les résultats que l’on recherche, alors pourquoi la régularité ?
  • Mais parce qu’on a envie tous les jours de ressentir la joie de vivre, et que c’est à chaque instant que l’on a envie de la célébrer à travers les pratiques qui sont les plus alignées avec notre nature profonde.
  • Et, le matin est le meilleur moment pour se mettre en forme pour la journée.
  • Et on constate qu’en s’y adonnant tous les matins, c’est la qualité de présence qui se transforme sur toutes nos journées. Et, finalement, en améliorant ainsi chacune de nos journées, eh bien c’est toute notre vie qui se transforme. C’est ainsi, que sans le rechercher spécifiquement, rien qu’en veillant chaque matin à laisser la vitalité s’exprimer librement dans notre corps qui se réveille, des progrès s’accomplissent sans effort dans tous les domaines de notre vie !

Idées de pratiques énergétiques matinales

  • Faire des exercices avec les yeux depuis mon lit avant de me lever
  • Faire les auto-massages des mains avant de me lever, c’est agréable
  • Je fais la posture de l’arbre sous la douche d’eau chaude, ça m’ancre
  • Boire un verre d’eau à jeun, en conscience (améliore sensiblement le transit intestinal)
  • Je me souris devant la glace, ça m’aide à être plus léger, moins « grave »
  • Quand je médite 10’, je laisse passer les pensées… et cela me recentre
  • Le matin je m’étire dans mon lit, avant de m’asseoir, j’écoute les bruits…

Vous voyez, ce n’est pas forcément des choses sophistiquées ou compliquées. Mais cela permet de se prendre en mains et de démarrer la journée du bon pied…

Un point hebdomadaires sur les pratiques énergétiques matinales

Voici ce dont témoignent des participants à nos groupes de Boost NRGy, qui se sont mis aux pratiques énergétiques matinales à nos côtés. Dans le programme nous avons inclus une séance de stimulation collective le lundi matin pour bien commencer la semaine. Dans ce point hebdomadaire, qui dure une demi-heure seulement, les participants exposent leur vécu de la semaine par rapport aux pratiques énergétiques matinales.

Voici quelques exemples de ce que cela donne pour eux :

Quelques témoignages

  • Je suis vraiment très contente de pouvoir participer pour la 1ère fois à ce point sur les routines matinales. Pour moi, les pratiques corporelles marchent bien (salutations au soleil, respirations devant m fenêtre) mais j’utilise aussi mon carnet personnel avec les affirmations positives, je pose une intention pour la journée, je définis les priorités du jour, et j’exprime ma gratitude pour mes réalisations de la veille. Là, je démarre mes journées dans le calme au lieu du rush, de la mise en route des enfants, etc… Je constate que je garde un bon niveau d’énergie, alors que je supporte une grosse charge de travail. Et malgré tout je reste en forme et en maîtrise. en plus, j’ai le plaisir de manipuler de jolis carnets (j’adore)… De façon plus perso : je réfléchis à partir de « la roue de la féminité » (« la puissance du féminin » de Camille Sfez). Du coup j’observe mes fonctionnements, mes variations d’énergie et d’envies… Très intéressant !
  • Pour ma part, je continue à faire tout ce qui me fait du bien. Et maintenant, après avoir testé plein de choses, Je filtre et ne garde que ce qui me correspond le mieux. Par exemple, le reporting positif me pèse, du coup je l’ai laissé de côté. Par contre j’ai testé le jeûne ce week-end. Et ça m’a fait énormément de bien. Je me sens décrassé.  Je fais aussi le massage des mains et les exercices avec les yeux. Je bois deux verres d’eau en conscience, en y mettant de l’énergie. Je la mâchonne avant de l’avaler. Je dépose mon essentiel dans la flamme d’une bougie, qui danse à la recherche de l’équilibre. J’ai pu observer l’importance d’aérer la pièce dans laquelle je pratique mes exercices. Sentir la fraîcheur et la vie, ça participe de l’effet dynamisant des routines matinales.
  • J’ai commencé ces routines au mois de janvier, en toute liberté. D’une manière générale, j’ai du mal avec les routines. Mais j’ai testé pas mal de choses. Dans le reporting par exemple, cela me permet de m’interroger pourquoi je ne fais pas certaines choses que j’ai pourtant décidées.
  • J’ai essayé plusieurs choses : des automassages, de la musculation, du Qi Gong, des call en marchant. J’apprends aussi à rester un peu au lit alors que j’ai plutôt tendance à me lever tôt. La gratitude, je le fais plus volontiers le soir. Le QI Gong pour moi : c’est toujours dehors, ou bien je ne le fais pas, parce que j’ai besoin de ressentir un grand bol d’énergie autour de moi.
  • Pour moi, ces pratiques, matinales en particulier, sont une manière parmi d’autres de se préparer à la disponibilité requise par la journée intensive de management et de coaching. C’est une façon d’honorer ma vocation, en m’offrant moi-même, en tant que miroir le plus propre et clair possible. Voilà, c’est tout : c’est déjà énorme, mais cela ne va pas plus loin. D’ailleurs, dans une certaine perspective, il n’y a rien d’autre dans la vie, rien à rechercher, tout à accueillir… (voir aussi : « être soi-même »)
  • Je continue mes exercices avec les yeux le matin avant de me lever, cela me fait du bien, et j’ai bien l’intention de continuer, de même que le verre d’eau à jeun, et le massage des mains et le sourire devant la glace en me disant « tu peux compter sur soi, et moi je sais que je peux compter sur toi » 😊. J’ai ajouté de regarder la flamme d’une bougie vendredi soir (pas réussi à le faire dans la semaine) avec deux étapes :…. Cela m’a soulagé d’une certaine dose de charge mentale pour le WE. Je me suis vu avoir un défaut de positionnement dans la position de l’arbre. C’est en le faisant tous les jours que j’ai pu m’en apercevoir. Je me lève un peu plus tôt le matin pour pouvoir « caser » tout ça. Et ça vaut le coup, parce que l’énergie remonte.
  • Entendre ça me donne envie.
  • Moi, ça m’impressionne d’entendre ce que vous faites le matin, je suis admirative. je viens de me joindre à ce groupe de pratiques énergétiques matinales. Je suis en train de m’y mettre….
  • Moi, je m’applique à accueillir l’eau, quand je me douche ou quand je bois un verre au réveil. C’est une chose, qui est un « don »,  une chose extraordinaire…
  • Je ressens le manque de méditation. Je vais m’y remettre, en commençant par 10 minutes/jour. J’avais arrêté parce que je sentais les bénéfices. Mais ils se sont évaporés en cessant la pratique. Surtout pour quelqu’un comme moi, qui suis signé de l’énergie de l’Air.
  • J’ai été vers des choses faciles, j’ai du mal à suivre les choses jusqu’au bout, donc j’ai opté pour la facilité, pour que ce ne soit pas une contrainte : le verre d’eau en conscience, j’aère mon bureau avant de m’y installer pour ouvrir l’espace. Je fais les étirements avec ma fille, en rigolant. Le sourire au miroir est moins agréable pour moi. Par contre, je me suis fait un carnet de reporting positif avec mes 3 fiertés de la veille et mes 3 priorités du jour. Je me mets une bonne musique sur ma terrasse quand le soleil se lève pour l’accueillir. Les points hebdomadaires me font du bien. La semaine dernière, je n’ai pas pu me connecter mais je savais qu’il y avait ce rendez-vous. Je m’appuie sur le force du collectif. Il y a un état d’esprit qui infuse, au-delà des contenus des pratiques.
  • Des recherches récentes ont démontré que la pratique des 3 kifs par jour (moments de plaisir)  devait être modifiée pour ne pas perdre les effets au bout de 15jours. En la faisant évoluer vers le fait de saluer plutôt des moments de valeur que des moments de plaisir. Sinon, il y a une sorte de frustration qui se dégage du bilan des moments de plaisir intense, qui induit une sorte de surenchère vers l’extraordinaire. Parce que des fois, il y a rien de « fabuleusement plaisant » dans une journée, mais il y a toujours des moments de valeur…
  • C’est la 4ème semaine que je mesure mon assiduité aux pratiques énergétiques matinales. Cela allait en montant chaque semaine, mais la semaine dernière il y a eu des contre-temps et je n’ai pas pu faire mes routines 3 jours de suite dans la semaine dernière. Et du coup ça m’a manqué, et j’étais de mauvaise humeur. C’était presque un contre effet…
  • Accepter un changement de paradigme au début. On fait les choses pour essayer et dans l’espoir d’en obtenir un bénéfice. Mais cela peut devenir un réflexe, une routine, décorellée d’objectifs
  • Une réflexion de fond, transverse aux routines, avec laquelle on n’est pas forcément d’accord et qui peut même être désagréable à entendre (…)
  • Ces routines me font du bien, me défatiguent… Je teste, je trie, pour moi, pour me faire du bien… La mesure permanente me fatigue, mais faire les pratiques me plaît.
  • Quand on interrompt la mesure, c’est difficile de s’y remettre parce qu’on ne se souvient plus…
  • Je mesure aussi des transformations plus sur le fond (comme la concentration dans la journée)
  • Au passage, le carnet qu’on voulait tester ne me convient pas, par son contenu. Mais l’idée est intéressante.
  • Intéressant aussi de faire ces réunions pour tester le produit qu’on veut proposer à nos clients.
  • Un autre constat désagréable, c’est qu’en rentrant là-dedans, cela révèle d’autres choses, qui deviennent insatisfaisantes. Cela a un impact sur l’organisation du travail ou de la famille (ex : se réveiller plus tôt risque de réveiller les autres, ou un boss qui te colle un call à 8h parce qu’il y aurait crise, etc…)
  • Ce serait sympa de se trouver des routines matinales à deux : comme marcher 20’ ensemble dans le quartier. Cela fait du bien à chacun et aux deux, même si c’est un truc tout simple. Intéressant d’imaginer quelque chose à faire avec les enfants aussi, mais en étant vraiment là,dans l’instant présent. Du coup, c’est vraiment très différent de ce qu’on fait, par exemple dans la vie pro.
  • En faisant à deux, j’ai pu ajuster des trucs : elle m’a fait remarquer des choses que je n’aurais pas vu tout seul. Mon fils aussi a eu l’idée d’une pratique plus simple, laquelle m’a convenu et que j’ai adoptée.

Tarifs de coaching pour les particuliers

Parler à un coach