La loi d’attraction est un phénomène de mode, un business marketing qui fait vendre en laissant rêver les gens qu’ils pourraient être plus heureux Loi d'attractionen pratiquant des rituels de pensée positive. Mais cette présentation infantilisante n’empêche pas la loi d’attraction d’être quelque chose de vrai et efficace, à condition de s’y intéresser paisiblement et de la pratiquer avec discrimination…

Derrière le phénomène d’actualité mercantile, à propos de la loi d’attraction, il y a une vague profonde, et consistante, qui vient du fond des âges.

A la fin de cet article, nous dirons deux mots à propos de ce qu’il y a au fond de la loi d’attraction, et de la nécessité de réfléchir avant de tomber dans des superstitions vulgaires. Cela permettra au lecteur sincère d’aller plus loin et d’encore mieux utiliser la loi d’attraction, en dehors des fumées marchandes…

Nous partageons aussi des liens vers des pratiques de la loi d’attraction, débarrassées de leur folklore new-age, afin d’être accessibles à des personnes pragmatiques, qui ne courent pas après les papillons roses…

La loi d’attraction est très simple

Elle stipule que nos pensées attirent à nous des évènements qui leur correspondent.C’est tout !

Vos pensées créent en vous un climat intérieur, qui attire des situations en rapport avec leur contenu…

 

loi d'attraction

 

De ce principe, découlent des pratiques intéressantes, pour maîtriser ses émotions et ses pensées, afin de mieux conduire sa barque... à condition de les mettre en oeuvre avec bon sens, sans superstition et sans frénésie naïve.

Dans cette perspective “raisonnable” et pragmatique, nous avons sélectionné quelques bonnes pratiques que nous avons modélisées après les avoir expérimentées nous-mêmes :

 

loi attraction bonnes pratiques

Ces outils sont simples, faciles à comprendre, mais parfois un peu plus difficiles à mettre en pratique, parce que justement ils sont simples.

Ils procèdent tous d’un changement d’orientation mentale, d’une manière responsable de gérer ses états internes.
Généralement, ils proviennent des découvertes récentes des neurosciences, parfois ils viennent de l’expérience des pratiques sportives de haut niveau, parfois également ils sont issus du développement personnel.

Quoi qu’’il en soit, ces outils de préparation mentale sont trop utiles et trop sérieux pour qu’on ne les importe pas dans le management, pour les mettre en mains des leaders, qui sauront quel bon usage en faire pour réussir et faire réussir leurs équipes. Personnellement je recours à la loi d’attraction dans mon coaching pour accompagner des managers, sur des enjeux professionnels importants comme par exemple de bâtir leur plan stratégique.

Selon la loi d’attraction, les évènements extérieurs ne seraient pas fortuits, mais provoqués à l’intérieur de nous-même (au moins partiellement), par notre attitude interne. On vivrait ainsi des expériences, qu’on attirerait ainsi à soi, même involontairement, parce qu’elles correspondent aux contenus de nos pensées et de nos émotions.

La loi d’attraction s’explique parce que nous donnons de l’énergie à ce à quoi nous pensons. De là vient d’ailleurs l‘étonnant pouvoir de la visualisation et de la préparation mentale des champions sportifs. En se concentrant sur la victoire, en visualisant à l’avance le match, ils programment leur cerveau et se préparent mentalement à être au mieux de leur forme.

D’où vient la loi d’attraction ?

L’attraction est ce courant sous-jacent d’attirance qui relie les êtres entre eux. Dans d’autres contextes, on appelle cela l’Amour, ou le Saint Esprit. Mais évidemment, des mots pareils sont tellement conotés qu’ils sont incompris :

  • Qui sait de nos jours ce que serait le Saint Esprit : on n’en a qu’une idée confuse, sauf si on est dans un secte religieuse, alors on en a une définition étroite et dogmatique. Mais quelle expérience directe et intime en a-t-on pour en parler ? Là, évidemment, s’il ne s’agit plus de penser et de citer les autres, mais de se référer à soi-même, il y a déjà moins de monde pour parler…
  • Qui croit savoir ce qu’est l’Amour, mais on le confond avec le désir et avec l’égoïsme et le “commerce” d’une vie de couple ordinaire (voir notre article sur “les 5 niveaux de relation“)

Ces mots font presque peur et induisent en erreur sur leur sens profond et véritable. Si on parlait de Saint Esprit, on ne vendrait pas une ligne, parce que le spectre de l’inquisition et l’ombre du dogme étroit empêcherait même les clients d’avoir envie de passer devant la boutique. Et si on parlait d’Amour, ce serait… chiant ! Donc, pareil dans les deux cas, cela ne ferait pas un succès de librairie…

Alors, on préfère parler de loi d’attraction, ça fait plus moderne ou exotique, presque scientifique,même. Mais cela n’a rien de scientifique au sens des pseudo lois démontrées comme si elles avaient une valeur universelle et absolue, comme la loi de la pesanteur ou de la gravitation.

 

Les risques et l’opportunité

loi d'attraction - Orygin coachingAvec la loi d’attraction, nous sommes :

  • soit dans le domaine des dogmes sectaires,
  • soit dans le domaine des croyances religieuses,
  • soit dans le domaine des superstitions,
  • … (pas très sexy tout ça !)
  • soit dans une expérience simple et directe, pleine de bon sens, que les mots ont du mal à décrire, mais qu’il faut bien employer pour se faire comprendre (et vendre au passage des séminaires, des DVD et des livres ! 🙂

Personnellement, les 3 premières options me désintéressent absolument ! Dans le 4ème cas évoqué ci-dessus, je suis plus intéressé, parce qu’on s’adresse à mon sens de la discrimination et de la responsabilité individuelle. Il ne s’agit plus de croire, mais d’expérimenter, d’observer, de ressentir, d’intégrer, éventuellement de modéliser. Après, quand on a vécu quelque chose, on peut éventuellement commencer à croire, s’il y a encore besoin d’une telle chose (à mon avis inutile). Il suffit de réfléchir, de ressentir et d’expérimenter. Le reste n’est probablement que de la dispersion…

 

Historique

Loi d'attraction raisonnéeA ma connaissance, on a commencé à parler de loi d’attraction au XIXème siècle avec le courant de la pensée positive et du magnétisme personnel (voir Hector Durville en France par exemple. J’aime tout particulièrement cet homme-là, que je trouve très sain et particulièrement “positif”, parmi tous les magnétiseurs et guérisseurs qui ont écrit à cette époque là).

Mais ce concept est intemporel et universel, comme nous l’avons dit (quand Jesus Christ parlait de la loi d’amour du prochain, il ne parlait pas d’autre chose que de la loi d’attraction ! Mais il n’était pas le premier à parler d’amour comme étant la grande Force sous-jacente à toute manifestation. Donc cela remonte au début des âges de l’humanité, et dans toutes les civilisations).

Et assez récemment, une vingtaine d’années à peu près, des livres à succès planétaires ont repris cette expression, comme s’il s’agissait d’une découverte. C’est faux et ridicule. Mais peu importe : cela contribue à faire connaître ce principe si puissant, à éveiller les consciences à la manière de le prendre en compte par un meilleur alignement personnel, et peut-être à orienter des personnes, qui avec ces clés retrouvent un chemin vers un peu de maîtrise de soi.

 

La loi d’attraction est un truc radical !

Dans ce paragraphe, je vais exprimer une brève synthèse de ma réflexion personnelle. Je n’impose rien : faîtes vous donc votre propre opinion par vous-même, en entrant dans la citadelle, en passant des années à l’étudier dans votre vie quotidienne et à y réfléchir d’un point de vue métaphysique au plus abstrait de ce que vous pourrez. Il n’y a de toutes façons que comme cela que vous acquerrez la maîtrise du sujet et de votre propre pratique. Mais pour ma part, voici ce que je souhaite partager, au point où j’en suis rendu à ce jour :

La loi d’attraction c’est l’expression du lien d’unité qui attire les cellules du tout les unes vers les autres au sein de ce tout.

Le Tout se manifeste totalement dans chacune de ses parcelles, et à chaque fois d’une façon totalement différente. Ceci est en soi la Merveille et le Mystère de la vie que les grands métaphysiciens et mystiques ont toujours admirés : depuis sa différence, chaque cellule contient le Tout, et peut à ce titre expérimenter en elle-même sa conscience du Tout et son Amour intime de l’Unité.

Ceci est précisément l’exercice de la loi d’attraction universelle ! On ne peut pas ne pas attirer, c’est notre nature profonde (en revanche, on peut ignorer cette nature et disperser notre force, en se laissant gangréner par le doute : c’est le cas général, jusqu’à ce qu’on parvienne à s’éveiller de l’état de veille)

Mettre en pratique la loi d’attraction, c’est déclarer qu’on est déjà uni à telle ou telle situation désirée, tel ou tel évènement, et visualiser cette unité, qui prend forme ensuite progressivement dans l’expérience concrète.

La loi d’attraction stipule en effet que tout l’extérieur n’est qu’une projection de l’intérieur…

 

Le meilleur et le pire

Si on se laisse duper par l’illusion des sens et du mental, en dissociant artificiellement les perceptions et en identifiant des objets séparés, on croit au caractère éphémère de notre vie, avec des choses qui nous sont nécessaires et nous font d’autant plus envie qu’elles se tiennent à distance de notre expérience directe. Alors, on souffre du manque et on s’agite pour combler notre vide (lire à ce sujet : “les deux sortes de souffrance“). Mais si on va au-delà de ce premier filtre habituel, et qu’on ose questionner le sens conditionné commun, on n’est plus très sûr qu’il y ait des objets séparés en dehors du mental, ou qu’on soit limité à son corps et sa personnalité (voir à ce propos : “démasquer l’imposture de la personnalité“).

C’est là que la loi d’attraction peut jouer deux rôles : le meilleur comme le pire :

  • le meilleur, c’est de reconnaître dans le fond de la conscience : que tout est unité (mais croyez bien que ceci ne se réalise pas à coup d’affirmations positives à deux balles, cela ne se peut que par un examen honnête et sans concession, et qui dure parfois des années…), et qu’on n’a donc “besoin” de rien, qui soit extérieur à nous (puisqu’intérieur et extérieur sont une m^”me unité) ! Et dès lors qu’un désir émerge dans le mental ou qu’un besoin fonctionnel se fait ressentir dans le corps, la reconnaissance de la solution la fait se concrétiser dans l’expérience au sein de l’unité, presque sans effort (voir à ce propos : “effort ou énergie ?“)
  • le pire, c’est de se représenter la loi d’attraction comme une solution au manque, comme une recette magique pour combler nos vides : tout ce qui nous manque, on pourrait l’obtenir en sachant manier l’art de la pensée. Mais si cette pensée est prise dans le paradigme de la dualité que nous venons de dénoncer, plus on manipule des pratiques superstitieuses diverses (parce que sans conscience), plus on renforce la croyance dans le manque. Donc plus on attire à soi davantage de ce qu’on cherche à éviter. Ce ne sont là finalement que des magies noires modernes (comme dans les temps obscurs, mais en moins fort, parce qu’on ne se donne pas les moyens atroces dont se dotaient les pires sorcelleries), qui ne produisent que davantage de confusion. En fait, il n’y a rien à éviter, et pas grand chose à désirer qu’on n’ait déjà, parce que justement : on l’est déjà !

Cela va loin la loi d’attraction, si on ne se contente pas de la caricaturer et de la voir comme elles st généralement présentée : un élixir pour berner les gogos. Les auteurs étant parfois les premiers de ces gogos, s’ils croient sincèrement à leurs histoires. Dans ce cas, ils ont probablement obtenu quelques résultats spectaculaires pour eux-mêmes, et au moins, ont-ils vraiment mis en pratique ce dont ils parlent. Mais y ont-ils profondément réfléchi ou bien ne sont-ils que des empiriques, qui ne vont pas plus loin et s’en contentent. Dès lors, sans rigueur, ils extrapolent et évoquent une loi pour décrire un phénomène ponctuel et personnel… En la matière, on n’a pas besoin de juger les autres, mais à faire un choix personnel, à prendre ses propres responsabilités et faire bien attention à ses abattis, parce que nos actes ne sont pas sans conséquences.

 

Justifications “scientifiques” de la loi d’attraction

Il y a des études scientifiques qui ont été faites sur le fonctionnement du cerveau, qui prouvent que la pensée a un impact sur les fonctions biologiques du corps.

Des programmes sérieux de relaxation et de méditation participent de thérapies contre le stress et contre des graves maladies (telles que le cancer) dans divers pays du monde.

A partir de constats mesurés objectivement, on a modélisé des protocoles de préparation mentale et de visualisation créatrice, pour obtenir des résultats statistiques auprès des sportifs :

Le travail de visualisation mentale de la réussite améliore concrètement les résultats sportifs de 30%. Ce score s’élève à 45% quand on y rajoute les mouvements du corps pendant les répétitions mentales.

L’Institut des neurosciences de l’Université McGill, a démontré que la visualisation, combinée à la répétition mentale d’une action ou d’un mouvement sans bouger la moindre partie de son corps provoque des résultats spectaculaires, aussi bien en termes de performance pendant l’action, que de récupération après l’effort.

Ainsi, pratiquement tous les membres de l’équipe olympique canadienne en 1998 utilisaient au moins une fois par jour des procédures de répétition mentale par imagerie. Chacune de ces séances durait en moyenne 12 minutes. Le pouvoir de la visualisation du mouvement, influençait positivement la confiance, la concentration et la motivation.

Lors d’une étude conduite par le Docteur Blaslotto de l’université de Chicago, une équipe de Basket Ball a été divisée en 3 groupes afin de tester leur aptitude au lancer franc (lancer le ballon dans le filet de basket !) :

  • Le premier groupe pratiqua des lancers francs durant une heure quotidiennement.
  • Le second groupe se contenta de se visualiser en train de réaliser des lancers francs.
  • Le troisième groupe, enfin, n’eut rien à faire.

Après 30 jours, les groupes furent de nouveau soumis au test des lancers francs.

  • Le troisième groupe ne s’améliora évidemment pas.
  • Le premier groupe s’améliora de 24 %.
  • Enfin le second groupe, lui, progressa de 23 % par la seule visualisation.

Donc, la visualisation a eu un effet sur la performance presque aussi important que l’entraînement physique !
Grâce à la répétition de cette visualisation, de nouvelles connexions entre neurones se mettent en place (du fait de la plasticité cérébrale), comme si les personnes s’entraînaient pour de vrai, leur permettant de progresser réellement, sans avoir mis un pied sur un terrain de basket…

La pratique de la loi d’attraction procède beaucoup par visualisation, par imagination du résultat désiré, afin de créer en soi et autour de soi les conditions favorables à son accomplissement dans l’expérience vécue.

Pour cela, il y a quelques grands principes

Les grands principes de la loi d’attraction

Visualiser le résultat comme s’il était déjà présent :

  • Ne jamais formuler d’affirmations négatives
  • Eviter de se projeter dans le futur. Au contraire, affirmer le résultat en termes présents et positifs

Resentir les effets du résultat :

  • Vibrer émotionnellement, ressentir le bien-être par avance et se comporter maintenant comme si le résultat était déjà là
  • Introduire des perceptions sensorielles dans la projection mentale, ne pas rester top intellectuel, décliner l’expérience au travers des sens en visualisant ce qu’on ressent, entend, voit, quand on est satisfait en présence du résultat recherché

Se centrer sur le plein et surtout ne pas nourrir le sentiment de vide :

  • veiller à ne pas nourrir de pensées toxiques, à son insu
  • lâcher prise sur le résultat
  • Donner sa confiance… en cessant de visualiser, pour accepter et accueillir les fruits (voir l’article : “comment arrêter de penser“). C’est parfois en continuant de “vouloir” qu’on se prive de la réalisation, parce que le vouloir et l’impatience traduisent un doute qui renforce le véritable sentiment de doute, caché sour le zèle de la pratique.

3 phases du travail d’attraction

Il y a donc 3 phases consécutives pour laisser agir la force d’attraction en sa faveur :

  1. Cibler : Expliciter un désir de façon formelle (formuler un voeu, énoncer un objectif, déclarer une ferme intention, réaliser une projection artistique, etc…)Charger : Nourrir des pensées et des émotions alignées avec cet objectif, se comporter de façon cohérente avec la foi que l’on a que cet objectif est en train de se réaliser
  2. Attendre : donner généreusement sa confiance, entretenant activement la conviction que cela va advenir. Se rendre disponible et se mettre à l’écoute des réponses, avec autant de confiance que si l’on attendait un paquet par la Poste (« S’attendre à » quelque chose  est plus puissant que l’espérer).

Focus sur le désir initial

Pour la phase 1, de ciblage, il peut y avoir trois parties, que nous croyons utile de décomposer ci-dessous :

1/ Réflexion sur la situation cible visée :

  • décrire ce que je désire
  • en quoi ma vie serait meilleure ?
  • concrètement, que ferais-je chaque jour de différent ?
  • comment je me sentirais alors ?
  • quelle chose spécifique je ferais, j’achèterais, j’éprouverais, etc.. dans cette nouvelle situation ?

2/ Représentation mentale du résultat visé :

  • se faire une image précise d’un désir (découper et coller des photos, dessiner, symboliser, nommer, répéter, etc..) pour le fixer
  • «  Lorsque vous prêtez attention à une chose, vous multipliez les chances de l’attirer. Plus les détails sont précis, plus vous y faites attention, et plus vous avez de chance de concrétiser cela dans votre vie. En restant concentré sur un sujet de votre choix, votre point d’attraction sur celui-ci deviendra beaucoup plus fort que si votre esprit saute constamment d’un sujet à un autre. »

3/ Projections et affirmations du résultat :

  • Phrases positives, centrées sur soi en tant que sujet, avec des verbes conjugués au présent de l’indicatif, avec des mots chargés en émotion
  • A écrire, à répéter mentalement à voix haute et à voix basse, à relire…
  • Attention : si certaines phrases ne semblent pas assez réalistes pour qu’on puisse y croire, elles produiront l’effet inverse ! Les réécrire avec des formules plus douces et crédibles telles que : « J’aime m’imaginer en train de réussir à… », « Je progresse chaque jour vers plus de… »,  « A partir de ce jour, je décide que…. », etc…
  • S’il le faut, tester les affirmations avec un test musculaire, pour en mesurer l’appropriation.
  • Les pensées qui suscitent une vive émotion se manifestent plus rapidement.

Erreurs classiques

  • Affirmer une chose et son contraire. Par exemple, affirmer quelque chose auquel on ne croit pas, ou affirmer quelque chose de négatif :
    • Se concentrer sur ce dont on veut se débarrasser (« faire la guerre à la guerre est encore une guerre »). Ceci ne les fait pas disparaître mais en renforce la force d’attraction, en nourrissant la vibration
    • Se concentrer sur le manque, sur le besoin actuel (ce qui aimante plus de la même chose qu’aujourd’hui) au lieu d’imaginer la situation désirée
  • Ressasser : passer son temps à réciter des affirmations, comme des formules magiques, comme si répéter comme des perroquets allait accélérer ou amplifier quoi que ce soit. Soyons sérieux : ces répétitions fébriles ne traduisent que l’impatience et le doute, elles ne font donc qu’affaiblir la projection ! La répétition obsessionnelle est à distinguer de la nécessaire concentration et persévérance pour enfoncer un clou, creuser un sillon, ciseler une projection…Equilibre et dosage personnel à trouver au cas par cas.
  • Aller trop vite à l’action : une action imprégnée de la mauvaise charge émotionnelle n’aboutit qu’à la répétition de la chose que l’on ne souhaite pas
  • Se concentrer uniquement sur le désir (la projection convexe) et ne pas se rendre disponible pour recevoir la réponse, dans une attente confiante et paisible (détachée).

Voir aussi ces articles :