La posture de coach n’est fondamentalement pas spontanée. Notre culture favorise plutôt des postures telles que : posture de conseil, posture d’expert, posture de formateur. La posture de coach est une position de non sachant, de candide, qui propose le miroir par des questions puissantes.

A force de travailler sur leur posture de coach avec rigueur, certains Coachs finissent parfois par se couper de la simple “Présence attentive à l’autre”, et se concentrent sur les « bonnes » questions à poser (les fameuses questions puissantes qui ouvrent des perspectives nouvelles au client), au détriment parfois de la fluidité de la relation, de l’intuition et de l’inspiration...

Quand un Coach se réfugie dans sa tête pour penser intensément, comme pour créer de la valeur à tout prix dans la relation, il se passe un phénomène étrange : plus le Coach pose des questions et plus le client donne de l’information en réponse à la question suivante, sans vraiment prendre en main lui-même la responsabilité de sa séance… de telle sorte que  :

  • plus le coach est actif, plus le client est finalement passif…. 
  • et plus le Coach « cherche », moins le client « trouve » !

 

La posture de coach est activement passive et passivement active…

 

Votre coach s’évertue à être authentique, présent à l’instant présent, vous offrant sa confiance  (sans chercher à vous changer), étant attentif à vous accompagner sans vous porter, sans être « collé », vous offrant un espace d’élaboration sans le remplir lui-même par trop d’empressement…

Il y a là une posture de coach, délicate et subtile à trouver (chacun avec son style), et à adapter à chaque séance selon ses propres humeurs, la relation que vous instaurez et les cas que vous évoquez !

Il faut que votre coach soit à la fois :

  • actif de l’intérieur sans trop faire grand chose à l’extérieur
  • et parfois au contraire (ou en même temps) : plutôt actif extérieurement (montrer sa Présence dans l’instant), tout en étant dans un état de réceptivité intérieure profonde, en se contentant d’accueillir et d’accepter ce qui est…
L’effet coaching a effectivement quelque chose de mystérieux et de magique, qui échappe au coach lui-même
une posture de coach

 

En dehors du silence et des questions puissantes, il y  d’autres interventions en posture de coach qui peuvent créer de la valeur pour vous dans votre séance de coaching.

 

Interventions utiles pour vous de la part de votre coach (possibles grâce à la posture de coach),

Evidemment, cette liste est loin d’être exhaustive…

 

  • Proposer une synthèse, ou un résumé, pour rassembler les idées et aller au-delà
  • Répéter le dernier mot ou un mot clé, ou une idée clé pour inviter à développer
  • Reformuler pour interrompre le mode narratif et recentrer sur le sujet et sur l’action (« Donc, OK : tu as cette difficulté qui a ces trois conséquences pénalisantes pour toi. Alors, que veux-tu faire de complètement différent et beaucoup plus positif pour toi ? »)
  • Valider (« Oui en effet, je vous comprends »), encourager, féliciter (« Bravo », « Oui, je te vois bien faire ça », « C’est un bon début ça, non ? »)
  • Exprimer un sentiment personnel (« je suis très ému par ce que tu viens de dire… », « je suis impressionné par ton courage envers toi-même »)
  • Recourir à l’humour (l’humour c’est quand le client rit. En revanche quand il ne rit pas, c’est de la disqualification). L’humour est un contre pied qui amène l’énergie ailleurs…
  • Proposer un commentaire sur la relation présente entre vous dans l’instant présent (« Il me semble que la confiance est mieux établie entre nous, non ? Comment pourrait-elle s’établir aussi bien avec la personne dont tu me parles ?»)
  • Evoquer le processus systémique, qui se répète aussi dans la relation (méta communication) : « Je me sens confus. J’ai l’impression que c’est en reflet à la situation, quelle est l’étape suivante pour toi ? », « je sens comme de la colère monter en moi. Pourtant tu n’en as pas exprimé toi-même…qu’est-ce que tu ressens, toi ?… », « Je crois que nous sommes dans une impasse, dans cette séquence : aucune de mes propositions ne semble vous convenir, un peu comme dans le cas que vous décrivez d’ailleurs… Quel genre d’autres propositions de ma part vous conviendraient peut-être mieux ? »
  • Suggérer une métaphore (« ce que tu dis me fait penser à l’histoire de… » – Rester très court et repasser la balle).
  • Recentrer : « Et vous, dans tout ça ? »
  • Recadrer : « Des tas de gens aimeraient peut-être avoir ce genre de problèmes, qui présupposent que soyez déjà arrivé là où vous êtes et qui est très enviable aux yeux de beaucoup… »
  • Proposer au client de « dessiner » la situation, ou de la mettre en scène au travers d’un jeu de rôle, ou de positionner des petits personnages pour symboliser les protagonistes de sa situation, ou de se déplacer lui-même dans l’espace pour explorer les différentes facettes de la question, en les positionnant quelque part dans la pièce ???
  • Etc…

 

Vous recevrez donc bien plus que du silence et quelques questions de la part de votre coach.