Effort ou énergie, les notions sont proches mais bien différentes :

  • La notion d’effort qui suppose une souffrance expiatoire, si prisée en Occident, s’oppose à celle de la Grâce.
  • Dans la Grâce, il n’y a ni effort ni mérite, puisque c’est offert (étonnant anagramme du mot effort d’ailleurs !). En revanche, la réussite suppose toujours le déploiement d’une intense énergie !

Cet article vous propose une distinction entre effort ou énergie, mais : du bout des doigts, sans effort de démonstration, comme un plume se dépose avec légèreté, après un envol gracieux… 🙂

 

Dans les vidéos que vous trouverez aisément sur le net, on voit comment le champion du monde, Usain Bolt, se donne passionnément à la course, avec une tranquillité majestueuse et une aisance qui relève de la Grâce. Bien sûr il développe une énergie énorme pour décrocher la victoire, mais ne semble pas fournir d’effort, comme si la foulée s’exprimait librement, sans intention de sa part. Il ne fait que s’imposer à tous en prenant la place qui lui revient, sans effort, simplement parce que c’est la sienne !…

 

Et l’effort alors ?

“A vaincre sans péril, on triomphe sans gloire” écrivait Pierre Corneille dans Le cid…

Et il avait sans doute raison. mais le péril n’implique pas nécessairement l’effort. Cette notion si chère au sport est issue d’une restriction de soi, d’une perspective étroite, qui considère la vie comme un problème à résoudre.

  • Et si la vie n’était pas un problème, mais une opportunité, pas une lutte mais un cadeau ?
  • Et si le plus important dans le voyage n’était pas la destination mais le voyage lui-même ?

 

Effort ou énergie : Accepter ce qui est là, et faire avec

Le truc, c’est que lorsqu’on fait des efforts, on est quelque part dans sa tête (même quand le corps souffre à cause du travail intense qu’on lui inflige), au lieu d’être tranquille et attentif à son corps. Ou bien on est pris par nos émotions, et on se laisse déborder. Alors on essaie de faire des efforts pour reprendre pied. Mais, il ne s’agit pas de comprendre la peur, ou de résoudre les tristesses et les colères, il s’agit de les vivre et de les explorer, sans refus, sans déni, avec toute notre attention… Sans vouloir les dissoudre, sans autre intention que de découvrir et les traverser (voir notre article : traverser une période difficile). C’est justement là que les émotions apparaissent pour ce qu’elles sont : des nuages passagers dans le ciel bleu… Il suffit de voir et de constater que des émotions et des pensées sont là, sans partir avec leur contenu. Cela ne veut pas dire que dan l’action il n’y ait pas une intense dépense d’énergie, ou que le corps ne doive pas travailler et fournir des efforts. Mais cela se fait dans l’énergie, avec une relative aisance, sans souffrance et sans histoire.

 

Est-ce forcément aussi “simple” ?

C’est le refus qui fait souffrir. Nous en faisons tous l’expérience chaque jour. C’est lia résistance qu’on oppose aux coups qui fait plus souffrir que les coups eux-mêmes.

En revanche, quand on lâche prise, quand on accueille, quand on se concentre sur l’instant présent pour se donner totalement à ce qui est à faire, alors tout est beaucoup plus simple…

Vous faites votre job, avec toute votre énergie, mais sans affect. A la limite, vous vous impliquez totalement, en déployant intensément l’énergie que vous êtes, mais un peu comme si cela ne vous concernait pas. Et dans un sens, c’est exact, que cela ne vous concerne pas vraiment : cela ne concerne que la “personne”, cette personne pour qui l’on se prend, mais que l’on n’est pas…(voir à ce sujet : “démasquer l’imposture de la personnalité“)

Dans l’énergie, il y a expression naturelle et simple de la joie de vivre, la joie de l’Etre.

effort ou énergie
Commentaire du journaliste : “Usain Bolt a surpris tout le monde : son départ est un peu faible en comparaison à celui de Justin Gatlin, mais il se rattrape sans peine et passe la ligne d’arrivée, le sourire aux lèvres et presque sans effort…” Alors, à votre avis qu’est-ce cipaye le plus : effort ou énergie ?

 

Pas d’effort pour être ou pour aimer…

Quand vous aimez vos enfants, vous le faîtes naturellement, sans effort. S’il y a effort, cela devient du devoir, et ce n’est plus de l’amour. Et cet amour se renouvelle de lui-même, il vous vient tout seul, vous ne faites aucun effort pour cela.

Quand vous êtes amoureux, il n’y a pas besoin de discipline personnelle, pour avoir envie de passer du temps avec l’être aimé. Ce serait d’en être séparé qui demanderait des efforts.

Quand vous aimez la tarte aux fraises, vous n’avez pas d’effort à faire pour aimer ça.

Vous voyez, ce qui est bon, ce qui marche bien, ce qui est vraiment important, se fait sans effort, dans l’énergie. La vie naturelle est sans effort, mais comme nous l’avons dit : elle suppose de déployer beaucoup d’énergie.

Pour exister on se débat, on s’agite beaucoup, mais pour “être”, il n’y a rien à “faire”. Vous êtes, un point c’est tout. Ce que vous êtes, vous l’êtes déjà ! sans effort…

Aller plus loin sur effort ou énergie :

 

Je voudrais laisser cet article ouvert, avec trois citations inspirantes :

“Il suffit de regarder — vraiment regarder — pour que s’effondre l’inutile. Rien à
pratiquer, aucun effort à consentir, rien à prendre ou à laisser, si la passion est là : la passion
de recommencer à jouer”. Jean Bouchart d’Orval

 

“Ce dont vous avez besoin viendra à vous si vous ne demandez pas ce dont vous n’avez pas besoin.” Nisargadatta

 

“On n’a pas besoin de ce qu’on n’a pas. On n’a besoin que de ce qu’on a déjà…” Eric Baret

 

Comment savoir où mettre les pieds ? Si vous souhaitez marcher sur un tapis rouge : regardez où se déroule le tapis rouge et posez le pied dessus, pour y marcher, tout simplement…

effort ou énergie

 

Envie d’en savoir plus ? Contactez-nous !