Conscientiser ses actes !

Pour potentialiser la puissance, il est très utile de conscientiser ses actes.

Nous allons donner quelques exemples pour mieux faire comprendre ce que nous entendons par là.

Plus vous allez être conscient de ce que vous faîtes, au lieu d’agir machinalement, en pilote automatique :

  • plus votre expérience sera riche et profonde,
  • plus vos relations seront authentiques,
  • plus vous pourrez apprécier la qualité de chaque instant,
  • plus vous disposerez de puissance pour impacter votre environnement et accueillir profondément la résonance en vous des résultats de vos actes

Conscientiser ses actes

Bien sûr, la grande clé pour conscientiser ses actes, c’est d’être conscient de son corps, enraciné dans ses sensations corporelles, instant après instant.

Exemple 1 : Quand vous marchez, à chaque pas : prenez bien conscience du déroulé du pied avant (talon, plante du pied, orteils), puis du transfert du poids du pied arrière vers le pied avant, sentir le plein et le vide qui changent de polarité, et comment le basin se déplace, comment la verticale s’ajuste en souplesse.

Dès lors, quand vous allez quelque part, au lieu de vous projeter dans votre tête à penser votre destination au lieu de ressentir votre marche, vous serez présent dans vos pieds, vous resterez stable, ouvert à votre environnement, connecté à la réalité, au lieu de rêvasser à vos préoccupations et à vos histoires préférées. Ces histoires, vous les connaissez par coeur : ce sont toujours les mêmes pensées qui reviennent sur des modalités à peine différentes, quels que soient les thèmes envisagés.

Aller plus doucement pour prendre conscience de soi-même

La seconde clé, c’est de prendre votre temps. au moins de temps en temps, pour respirer la situation, pour apprécier ce qui se passe, au lieu de foncer dans le tunnel pied écrasé sur le champignon de l’accélérateur.

Exemple 2 : Parfois, en mangeant, décidez de ne pas remplir votre bouche, tant que la bouchée précédente n’a pas été complètement avalée. Vous verrez cela va vous ralentir ! Et mettez éventuellement moins d’aliment sur la fourchette, pour enfourner moins de nourriture à chaque bouchée. Du coup, la différence va changer vos automatismes, et vous pourrez consciemment mâcher, et mâcher plus longtemps, en tirant plus de saveur de chaque bouchée. C’est difficile, parce qu’on n’y pense pas. en revanche, puisqu’on vous y fait penser, essayez : vous verrez c’est très facile et assez agréable. Vous potentialiserez ainsi l’énergie de votre repas.

Et, tandis que vous savourerez davantage ce que vous mangez, vous serez davantage conscient de vous-mêmes.

Mettre de la conscience dans les petits gestes du quotidien

3ème clé pour conscientiser vos actes : concentrez vous sur des petites choses ! Toute la journée, vous entreprenez des choses complexes, des choses très importantes, pour lesquelles vous êtes obligé de vous concentrer, parce qu’elles sont délicates ou nouvelles, et requièrent le plus grand soin de votre part. Alors, de temps en temps, choisissez délibérément quelques petits gestes, pour les explorer en conscience.

Exemple 3 : Quand vous attachez votre ceinture en démarrant votre voiture, pensez à votre sécurité, et formulez même mentalement le mot « sécurité ». Ainsi, vous ne serez plus tout le temps dans des comportements mécaniques d’un petit robot, vous serez conscient de la portée de ce que vous faîtes, et aussi de vous-même en train d’accomplir des gestes choisis et délibérés. Vous augmenterez ainsi votre capacité d’acceptation de ce qui est, en même temps que votre libre arbitre, votre aptitude à prononcer des choix dans votre vie.

Exemple 4 : Quand vous sortez de chez vous et recevez la première inspiration d’air frais, pensez mentalement à la fraîcheur qui emplit vos poumons. Entendez le mot « air frais » et recueillez précieusement l’énergie disponible à travers cette respiration. Offrez-vous ainsi le luxe d’une grande respiration et appréciez comment les alvéoles de vos poumons s’épanouissent tandis que l’inspiration les remplit. Puis savourez la détente de tout le corps, alors que cela expire. Et videz vos poumons jusqu’au bout, sans précipitation, jusqu’à la dernière goutte, juste avant d’accueillir de nouveau l’inspiration suivante. Ensuite ? Vous pouvez continuer à respirer consciemment, et reprendre le cours normal de vos activités. Mais en prenant de cette manière la précaution de conscientiser quelques micro situations du quotidien, vous injecterez en quelque sorte davantage de conscience dans votre vie. C’est tout simple et c’est très pissant.

Faire une seule chose à la fois

4ème truc pour conscientiser ses actes : ne faire qu’une chose à la fois, au moins de temps en temps.

Exemple 5 : Par exemple, si vous suivez des cours (cela vous arrive peut-être de temps en temps), au lieu de parler de temps en temps avec un voisin de quelque chose en rapport avec le cours, ne le faîtes pas et choisissez d’écouter ce que vous êtes venu apprendre. Ne faîtes que cela : écouter ! Eventuellement, prenez des notes et posez des questions, mais ne vous dispersez pas.

Exemple 6 : Si vous écoutez de la musique, ne lisez pas en même temps. Je ne dis pas que lire en écoutant de la musique serait une mauvaise chose, je vous propose un autre exemple de ne faire qu’une chose à la fois, de temps en temps, parce que vous le décidez librement. Dans ce cas, vous posez votre bouquin quelques instants et vous écoutez la musique, juste cela. Puis vous pourriez éteindre la musique, et lire. Juste lire. Puis si c’est trop fastidieux pour vous, rallumez vite la télé, la musique et soutenez plusieurs conversations simultanément avec vos proches, tout en répondant à un SMS et en consultant les réseaux sociaux… Est-e que vous croyez vraiment que cela renforce votre concentration ? Constatez-vous que cela vous aide à intégrer le contenu de ce que vous lisez ? Si ce n’est pas le cas, vous comprenez le bien fondé de ne faire qu’une chose à la fois, au moins de tempos en temps 🙂

Parler à un coach

Pourquoi conscientiser ses actes ?

Mais, tout simplement, pour vivre votre vie ! Au lieu d’être vécu par elle 🙂

Pour augmenter votre sensation d’être, pour apprécier d’être en vie, pour jouir de chaque instant, intensément.

De plus, mais ce n’est qu’une cerise sur le gâteau (pas un objectif – voir à ce sujet notre article sur la vanité des objectifs et l’inutilité de s’en fixer : « atteindre un objectif« ) : vous serez plus important dans vos actions, vous cultiverez une plus grande puissance à travers ce que vous faîtes. Non seulement vous serez plus efficace, étant plus concentré, mais vous serez moins fatigué, plus en forme, rechargé au fur et à mesure que l’énergie se dépense. Une énergie nouvelle vous remplira, en même temps que l’énergie usée se consommera au profit de l’action. C’est-y pas merveilleux tout ça ?

Conte zen : « Quand je mange, je mange… »

Il y a bien longtemps, en Chine, un jeune moine demanda à son maître chan : « Qu’est-ce que l’éveil ? Comment vivez-vous cet état ? »
Ce à quoi le maître répondit : « Je mange, et je dors. ».
Alors le disciple se sentit très heureux de cette confidence. Mais en rentrant chez lui, il se mit à penser que lui aussi mangeait et dormait. Alors, il ressentit de la colère, parce que tout en faisant lui aussi ce que faisait le maître, il n’était pas « éveillé », du moins il n’était pas un maître de méditation !
Du coup, il retourna voir le maître et s’ouvrit à lui de son mécontentement vis-à-vis de la réponse qu’il avait obtenue.
Alors le maître le regarda en souriant et ajouta : « Oui tu as raison, je ne t’avais pas tout dit. A la réflexion : je mange et je dors… mais quand je mande, je mange ! Et quand je dors, je dors ! »
  • Quand vous êtes assis, vous vous levez déjà.
  • Quand vous vous levez, vous courez déjà.
  • Quand vous courez, vous êtes déjà au but…

Coaching pour conscientiser ses actes

On ne fait généralement guère attention à ce qu’on dit ou fait.
  • On mange, sans vraiment manger ; on dort mal, en ruminant des pensées et des émotions mal digérées, sans dormir profondément.
  • On mange tout en pensant à autre chose, sans savourer la nourriture…

Pour vous aider à rester conscient de vous-même et à garder votre calme en toute situation, apprécier les micro situations du quotidien, au lieu de vous éparpiller et de perdre votre qualité de présence, quelques séances de coaching peuvent vous aider  (Tarifs de coaching pour les particuliers)

Mais s’il vous plaît, ne nous appelez pas pour demander des conseils, nous n’en prodiguons pas, nous propose-ons un travail sur vous-même à partir de questions qui vous font réfléchir et prendre conscience. Appelez-nous quand vous serez prêt à vous engager dans un vrai travail…Sinon, continuez à lire nos articles, ils sont là pour vous 🙂

Etre attentif et concentré

Notre esprit est distrait, nos pensées partent dans tous les sens.(voir à ce sujet : « Comment être attentif, présent et disponible ?« )
On est souvent occupé à se remémorer le passé, quand on n’est pas en train d’anticiper l’avenir. (voir à ce sujet : « instant présent« )
Au lieu d’habiter pleinement son corps et de ressentir ses sensations, on n’est qu’à demi conscients. Pas complètement présents. D’où nos maladresses, nos accidents, les mots que l’on dit trop vite et que l’on regrette, etc…
À force d’être si occupé et si pressé, on oublie de rester en contact avec ce qu’on est, et ce qu’on fait. Si bien qu’on passe à côté de la beauté de l’existence, de l’intensité de nos sensations et de nos émotions.
Alors, comme ce maître de méditation de la chine ancienne, vous aussi vous pouvez manger quand vous mangez et dormir quand vous dormez. Il suffit de conscientiser ses actes, comme nous venons de le dire :
  • nommez mentalement ce que vous faîtes, afin de débrancher le pilote automatique,
  • faire tout plus doucement,
  • honorer les petits gestes du quotidien en y prêtant toute votre attention,
  • faire une seule chose à la fois,

Voyez-vous d’autres exemples de bonnes pratiques, qui vous aideraient à être davantage conscients de vous-même et de votre vie ?

Cherchez deux secondes, vous allez en trouver pleins. Et, s’il vous plaît, ne craignez pas de laisser vos commentaires pour enrichir cet article de vos expériences…

Parler à un coach

Paul Devaux
Depuis 2006, Paul Devaux a fondé sa propre structure, dans laquelle il intervient en Coaching d’organisations, Coaching des équipes dirigeantes, et Coaching individuel. A l’aise avec les formats courts, centrés sur les résultats et volontairement orientés vers les solutions, Paul Devaux pratique un accompagnement chaleureux et incisif, qui crée l’alliance et bouscule en douceur le cadre de référence de ses clients.

Vous avez aimé cet article ? Partagez le !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *