Avoir un peu peur de parler en public est une chose naturelle et normale.  Heureusement, il est possible d’apprendre à s’exprimer en public et de récolter de nombreux avantages  liés à cet art, en surmontant la peur de parler en public.

De quoi a-t-on peur ?

On a peur de parler en public parce qu’on a peur de :

  • ne pas trouver ses mots,
  • bafouiller,
  • perdre ses moyens,  paniquer
  • être confus, insuffisamment clair
  • mal connaître son sujet, manquer de conviction,
  • parler d’une voix monocorde et que les gens s’ennuient,
  • ne pas savoir quoi répondre aux questions, être déstabilisé par les objections,
  • avoir l’air bête, être jugé !

 

D’où vient la peur de parler en public ?

Une de mes clientes, dont le métier est d’animer des groupes d’intelligence collective, parce qu’elle est coach interne et formatrice dans une grosse entrepris, a exploré dernièrement avec moi ce qu’il y a sous sa peur de parler en public. Paradoxalement, le fait de devoir prendre la parole en public, qui est pourtant son quotidien, est une situation pour laquelle elle est assez douée. Mais il se trouve qu’elle est souvent atteinte d’angoisse au moment de prendre la parole, dans les premières secondes. Du coup, avant une présentation importante, elle se réveille la nuit, elle a parfois la sensation de perdre ses moyens, et on lui reproche de ne pas être suffisamment “présente” dans certaines de ses interventions. Je connais un dirigeant d’un grand groupe de retail français, qui est excellent en prise de parole en public, mais que l’exercice met dans tous ses états, lui provoque des angoisses terribles et qui voudraient ne plus jamais avoir besoin e parler devant un auditoire. Et pourtant ses collègues le sollicitent tout le temps parce qu’ils le trouvent super bon. Jamais ils n’auraient pu imaginer qu’il avait peur de parler en public, étant donnée son aisance et son talent…

Pourquoi cela lui arrive-t-il ?

Avec ma cliente, c’est ce que nous explorons ensemble, et en un petit quart d’heure, nous identifions qu’elle se met elle-même une énorme pression avec le fait d’être à la hauteur quand elle est face à un public.

Elle prend conscience d’un enchaînement d’émotions et de pensées,  qui génèrent son sentiment de non légitimité, de non mérite, l’impression qu’elle va être jugée incompétente et finalement rejetée et méprisée…

  • Si je ne suis pas à la hauteur, je vais être jugée.
  • Ils vont s’apercevoir qu’en fait je suis nulle (bien évidemment, elle n’est pas nulle et une part d’elle-même le sait bien. Il ne s’agit que d’une croyance à laquelle n’adhère qu’une partie d’elle-même… C’est une petite fille de 6/7 ans qui a peur de ne pas être à la hauteur de ses camarades à l’école. Quelques situations embarrassantes dans un contexte familial où on mettait trop de pression sur les résultats scolaires, l’ont largement stimulée à devenir la première de la classe, mais aussi à lui faire redouter l’échec ! Et cela se retrouve dans divers aspects de sa vie et de son caractère qui la font souffrir. D’où cet accompagnement ponctuel en coaching pour tordre le cou à cette peur de prendre la parole devant un groupe).
  • Du coup, on va me juger, me critiquer, et finir par me licencier…
  • Et de situations d’échec en situations d’échec, j’ai peur d’être “démasquée comme imposteur” dans tous les domaines de ma vie et abandonnée par tous au bout du compte (vous voyez que l’inconscient n’a pas peur des exagérations !),
  • Je ne serai plus aimée par personne, donc même pas par moi…
  • Et là je serai au fond : étant nulle et abandonnée, même par moi-même, j’aurai honte, je ne serai plus rien, je disparaîtrai, je finirai par mourir seule et ignorée de tous…

Vous voyez ce qu’il y a en-dessous de la peur de parler en public ? Regardez bien dans votre propre expérience, c’est la peur de disparaître, qui vient du fait de ne pas s’aimer soi-même.

Comment se manifeste la phobie de parler en public ?

Gorge nouée, voix sourde, bouche sèche et mains qui tremblent… Pour certains, prendre la parole en public relève quasiment du parcours du combattant.

Les personnes souffrant de la peur de parler en public présentent une anxiété anticipatoire de ces situations et une tendance à l’évitement. Cette angoisse s’amorce un peu avant l’échéance et trouve son apogée dans les minutes qui précèdent lima prise de parole.

En situation de prise de parole devant un public, sur une estrade, ou simplement en réunion ou lors d’un repas de famille, la personne ayant peur de parler en public se trouve embarrassé, balbutie, ressent une augmentation du rythme cardiaque, des tremblements et des sudations… possiblement même un épisode de panique qui peut l’inhiber complètement et lui faire perdre ses moyens.

Comment gérer la peur de parler en public ?

Restez dans l’instant présent

“Le pire n’est jamais certain” : Ce n’est pas parce que vous avez vécu quelques moments difficile par le passé, que toutes les occasions de parler en public vont reproduire la même effet !

Les personnes qui souffrent quand il s’agit de prendre la parole en public ont un point commun. Elles anticipent. Toutes! Sans exceptions. Cela signifie qu’avant même de prendre la parole en public, ils sont dans la projection.

Prenez le contre-pied de cet évitement et restez résolument dans l’instant présent, connecté à votre respiration. S’il le faut, forcez-vous à sourire, à vous étirer et à bailler, cela provoquera une légère production d’endorphines.

Quand le moment de prendre la parole arrivera, vous ferez face, ce sera un moment parfaitement unique et neuf, et le passé (qui est mort à l’heure actuelle) ne resurgira pas comme un diable de sa boite pour vous tourmenter. Depuis le temps, il s’est passé des choses nouvelles, vous avez acquis de nouvelles compétences, et puis les choses ne ses reproduisent jamais deux fois de la même façon. Comment ce sera cette fois-ci ? Allez donc au-devant de cette exploration en aventurier, qui a soif d’apprendre et de découvrir ?

Etre présent, c’est être dans le présent et habiter son corps, qui ne peut vivre et respirer que dans le moment présent. Dans l’état de présence, vous accordez toute votre attention à ce qui est en cours, la tâche à accomplir ou les interactions avec les autres. Et votre conscience accède au monde des sensations et des émotions et à de multiples ressources. Vous êtes physiquement et émotionnellement détendu, vous respirez plus lentement et plus profondément. Vous vous sentez plus vivant, « dans le flux », dynamique, vigilant créatif, satisfait et relié à votre auditoire.

Centrez vous dans vos sensations corporelles

Si vous n’êtes pas présent, vous êtes absent, coupé de votre corps et coupé de la relation. Vous êtes perdu quelque part dans votre tête ou votre attention se porte dans la rêverie sur des expériences imaginaires du passé ou du futur.

Le souffle est plus court, le débit de parole plus rapide, votre cou, vos épaules, votre visage, sont contractés. Si vous n’êtes pas présent, vous êtes coupé de vous-même et des autres, vous pouvez vous sentir vide, dépassé, distant et indisponible.

Ecoutez votre respiration, cela vous fera rentrer dans un état d’é&coute et de disponibilité, propice à la prise de parole.

Le souffle constitue un excellent ancrage pour amener la conscience dans l’instant présent. En prenant quelques secondes pour tourner votre attention vers la sensation physique du mouvement respiratoire, la pensée qui accapare votre attention va lâcher prise, et l’énergie du corps va pouvoir perte mobilisée pour la prise de parole.

Prenez conscience de votre posture et de vos tensions, sans chercher à les détendre. Accueillez-les telles qu’elles sont, et cela vous détendra !

Parler à un coach : pour apprendre à vous connecter à vos sensations corporelles. Nous faisons cela très facilement par téléphone !

Concentrez-vous sur les visages sympathiques

Votre public n’est pas là pour vous juger, vous déstabiliser et recherchant tous vos défauts. Ils sont probablement là pour diverses raisons (intéressé par votre sujet, sympathisant de votre cause, concerné par les informations que vous partagez, impliqué par les actions auxquelles vous invité, etc…). Regardez l’assistance avec sympathie, imaginez-vous que ce sont des amis.
Si vous êtes stressé, concentrez-vous sur les visages amicaux. Les sourires et les signes d’approbation vous encourageront. Dès les premières minutes, essayez d’interagir avec eux en les interrogeant sur leurs attentes, leur intérêt pour le sujet.

Visualisez les résultats attendus

Construisez mentalement le scénario de votre réussite : imaginez-vous parlant à votre public : votre posture est droite, votre respiration est libre et profonde, vous souriez et vous parlez calmement, avec confiance. vous faites preuve d’une bonne élocution, et vous prenez plaisir à regarder votre public attentif, passionné par ce que vous dites. Vous programmez ainsi votre esprit et votre corps à obtenir les résultats attendus  (pour aller plus loin sur ce sujet : l’étonnant pouvoir de la visualisation)

 

Préparer votre prise de parole en public

Au-delà de la peur de parler en public devant un groupe, il y a des questions techniques à améliorer probablement :

  • Des questions relatives au message et aux supports de présentations,
  • Des questions relatives à votre expression orale, votre prestance face au public, la manière dont vous vous tenez et de gérer ses émotions.

Voici une liste de questions à vous poser pour optimiser votre prise de parole en public :

  • Quelle assurance et quelle conviction se dégagent de vous en situation de prise de parole en public ? Quelle est votre détermination et votre concentration quand vous parlez en public?
  • Comment vous centrez-vous sur les résultats et comment votre présentation est-elle bien alignée avec le résultat que vous visez ? Quel est l’impact de votre introduction et de votre conclusion lors de vos exposés ?
  • Quel enthousiasme se dégage de vous  quand vous êtes face à un public ? Comment respirez-vous ? Comment vous gérez les silences et le rythme dans vos présentations en public ? Comment réglez-vous le volume de son de votre voix ? Comment bougez-vous ? Que faites vous avec vos mains ?
  • Quelle vision inspirante proposez-vous dans vos présentations publiques ? Quelle est la créativité de vos idées ? Comment faîtes-vous réagir votre auditoire ?
  • Comment engagez-vous la relation avec votre auditoire ? Comment donnez-vous confiance à la salle ? Comment vous rendez-vous sympathique, comment suscitez-vous l’empathie de votre auditoire, comment le faites-vous vibrer en partageant vos émotions ? Comment regardez-vous votre public ?
  • Comment votre propos est-il fluide ? Quelles images utilisez-vous ? Quel calme émane de votre présentation ?
  • Comment êtes-vous enraciné quand vous prenez la parole en public ? Comment êtes-vous  présent, dans votre corps, maintenant !  Comment gérez-vous l’espace  de la scène ?
  • Comment structurez-vous  votre propos ?  Comment construisez-vous l’histoire que vous racontez ? Comment êtes-vous factuel, précis, concret ? Comment leur donnez-vous envie de connaître la suite et de vous écouter jusqu’au bout ?

Nous les travaillerons ensemble, une fois que vous aurez vaincu votre peur de parler en public, ce qui en général n’est pas très long (sauf dans le cas de phobies, qui ne relèvent pas du coaching mais plutôt de la psychothérapie).

Quelques conseils pour bien préparer vos présentations :

  • Faites l’exercice de résumer toute votre présentation en 1 phrase, et voyez comment la dire au début et à la fin de votre présentation
  • Construisez toute votre présentation autour du message que voulez vous faire passer
  • Imaginez comment faire passer de l’émotion (via une histoire, via une image…) auprès de votre auditoire, afin qu’ils s’y projettent
  • Fluidifiez vos transitions pour que tout ait un ordre logique, par exemple avec un cheminement, une aventure, une évolution de situation…
  • Structurez votre présentation avec une intro décalée qui met le sujet en perspective et donne envie de s’y intéresser, l’explication et la solution au problème principal soulevé par le thème de votre présentation, et enfin une conclusion qui soit un appel à l’action !

Bénéfices d’un coaching pour parler en public

Le coaching de parole en public vous aidera à :

  • Faire passer vos messages avec conviction et impact
  • Capter l’attention, susciter de l’intérêt avec vos présentations orales
  • Être à l’aise en public et parler avec plaisir
  • Réguler votre stress
  • Renforcer votre confiance en vous, développer votre charisme
  • Maîtriser votre langage corporel
  • Comprendre et maîtriser ses émotions
  • Comprendre la peur et dépasser vos inhibitions

Conseils pour votre gestuelle

  • Gardez les bras, les épaules et la poitrine ouverts : vous aurez l’air plus confiant et respirerez mieux
  • Respirer, et prenez le temps d’offrir des silences (Les silences attirent l’attention et donnent du relief aux idées clés. Les silences invitent à une respiration, donnent le temps de digérer les informations ou de s’y préparer. Il créent une sorte de suspens, avant de donner une information importante, par exemple).
  • Ne baissez pas trop le menton et souriez pour instaurer une certaine connivence avec le public et de mieux faire passer vos idées
  • Ne regardez ni le sol ni un point mais posez votre regard successivement sur plusieurs personnes,
  • Faites des gestes, parlez avec vos mains : gardez-les ouvertes et utilisez-les pour renforcer le sens des mots clés de votre discours
  • Si vous le pouvez, déplacez-vous dans la salle !

Pour développer votre confiance en vous : Parler à un coach !

Pourquoi dépasser la peur de parler en public ?

Quand vous n’avez pas peur de parler en public, vous savez vous mettre en avant face aux gens importants : d’éventuels employeurs, des patrons ou des clients  Vous inspirez confiance et vous êtes convaincant.

Vous trouvez toujours le mot juste, la remarque qui touche, le bon angle pour persuader. Vous savez provoquer l’émotion pour embarquer une équipe ou un auditoire. Vous êtes capable de prendre la parole en public à l’improviste, sans préparation, d’avoir du répondant, de la réplique, et vous savez argumenter vos opinions. Ce qui fait de vous quelqu’un d’influent, que l’on consulte, à qui on demande d’intervenir pour passer des messages forts.

Les qualités que vous allez pouvoir développer

Parce que vous aurez vaincu la peur de  parler en public, vous pourrez vous exprimer librement en face à face, en petits comités, ou en grand groupe.Et à force de pratiquer, vous développerez des qualités personnelles, qui sont propres aux gens qui parlent avec aisance :

  • Vous saurez vous adapter et réfléchir à haute voix
  • Vous saurez naturellement vous positionner et vous tenir face aux autres avec une certaine assurance, sans arrogance, mais avec calme et détermination
  • Vous saurez donner des exemples et raconter des anecdotes pour créer le contact et toucher votre auditoire
  • Vous aurez de l’assurance et même de l’ascendant. Votre influence sur autrui sera amplifiée, puisque vous saurez prendre la parole à bon escient, potentiellement en toutes circonstances. Vous saurez capter l’attention et la garder, par un bon contact visuel avec les autres, qui donnera plus d’emphase et d’impact à vos messages, parce qu’ils seront soutenus par la qualité de votre présence
  • Vous aurez de la présence justement. Vous serez présent et pourrez nouer des relations authentiques avec les autres
  • Vous serez tranquille et sûr de vous(pas besoin de se prendre pour quelqu’un d’extraordinaire, pas besoin de se la raconter, mais juste savoir qu’on peut s’exprimer, se défendre, se faire entendre, c’est déjà tellement précieux qu’il n’y a pas besoin de monter sur la pointe des pieds pour faire croire qu’on est important.
  • Vous saurez aller à l’essentiel : lorsque nous prenons la parole, nous disposons d’environ 60 secondes pour susciter l’attention de notre auditoire, établir la confiance, l’orienter sur notre sujet et l’inciter à nous écouter.Vous aurez appris à entrer dans le vif du sujet de façon directe et chaleureuse, plutôt que de tourner autour du pot avec des préliminaires qui dispersent l’attention et risquent de perdre le public avant de l’avoir conquis.
  • Vous apprendrez à être synthétique, en disant d’abord le plus important : les enjeux, les objectifs et les solutions ! Après, loin derrière vous expliquerez éventuellement des éléments de contextes et donnerez des arguments techniques. mais jamais dans le sens inverse. Sinon vous perdez votre auditoire qui parfois n’y comprend rien et ne s’intéresse pas à tout cela. Ce qui intéresse les décideurs ce sont les décisions, donc les solutions, pas les problèmes, pas les explications et les justifications. Vous apprendrez à être direct et à tout concentrer sur quelques arguments forts.
  • Vous saurez aussi captiver vos interlocuteurs par le pouvoir des histoires que vous aurez appris à raconter, en ménageant vos effets. Vous saurez aussi recourir aux images symboliques et aux métaphores pour faire passer vos messages de façon subliminale quand c’est nécessaire.
  • Si vous devez faire une présentation powerpoint, vous saurez qu’il vaut mieux peu de solides mais des solides pêches et impactants, plutôt que plein d’infos barbantes qu’on ne retient pas et qui finissent par endormir. Et surtout vous saurez que la diapositive, ne doit pas capter plus de 40% de l’attention du groupe, tout le reste doit être dirigé vers vous et ce que vous dîtes…
  • Evidemment, vous aurez acquis suffisamment d’aisance pour parler sans vos notes, sans support, parce que vos idées seront claires pour vous et donc claires aussi pour les autres. Vous saurez les présenter de façon simple et convaincante. Quand vous devrez présenter quelque chose de préparé, vous ne lirez pas vos notes, vous ne prendrez appui que sur quelques idées clés glissées sur un bout de papier, tout le reste vous l’animerez avec l’inspiration du moment (voir : “retrouver l’inspiration“)
  • Vous saurez rythmer vos prises de parole en public. Régulièrement, toutes les 3/4 minutes, vous glisserez une relance de l’attention (un jeu de mot, une question, une blague, une anecdote, une image frappante), pour soulager un peu la pression et relancer l’attention

Parler à un coach !