Je propose souvent à mes clients de vivre leur séance de coaching en marchant : c’est aussi efficace qu’agréable. Cet article décrit les avantages du coaching en marchant, qui est une des techniques prisées du coaching de l’énergie, parce que le client est déjà en mouvement, tandis qu’il cherche des moyens de sortir de l’espace problème… (téléchargez ici gratuitement notre ebook coaching : Le coaching de l’energie V3.1)

En quoi consiste le coaching en marchant ?

coaching en marchant

Comme dans n’importe quelle séance de coaching, le client choisit son objectif de séance, commence à élaborer à voix haute sur les solutions qu’il envisage pour atteindre les résultats qu’il vise, tandis que le coach lui offre une écoute profonde et des questions décalées pour l’aider à penser solutions et à penser positif.

La photo ci-jointe montre deux sportifs pratiquant une marche plutôt tonique. En coaching, le rythme est plus détendu, pour être propice à la réflexion profonde et à une conversation bien centrée.

Ainsi accompagné dans sa réflexion, tandis qu’il est en mouvement, le client va pouvoir plus facilement se remettre en question, pour voir plus grand et atteindre un objectif en rupture.

Tout en marchant, il pourra notamment :

  • mieux identifier ses points d’appuis et ses potentiels pour mobiliser ses ressources dans l’action
  • retirer ce qui bloque, ce qui freine, réduire les parasites, qui l’empêchent d’aller de l’avant
  • bâtir des solutions innovantes et réalistes, pour construire au mieux sa trajectoire vers la réussite attendue
  • se mettre en mouvement et poser les actes structurants qui vont entraîner les résultats attendus

Le coaching en marchant : 2 activités complémentaires et compatibles

En effet, dans le coaching, comme dans la marche, on se met en mouvement et on prend en compte l’environnement pour ajuster sa trajectoire.

Le coaching en marchant permet en outre de nombreux avantages, tels que :

  • faire un peu de sport, tout en travaillant sur soi (et cumuler les effets de ces deux pratiques d’hygiène, en synergie l’une avec l’autre)
  • mettre le corps en mouvement, tandis que la tête réfléchit (il parait qu’on pense mieux quand on est en mouvement, parce que le cerveau est mieux irrigué)

Mettre le corps en mouvement lors d’un coaching en marchant permet d’activer une dimension plus intuitive et sensorielle, au lieu de ne mobiliser que la seule partie du cerveau qui concerne le langage.

  • Avez-vous remarqué comment certaines personnes s’arrêtent pour faire part de quelque chose qui leur paraît important, ou ralentissent lorsqu’elles sont en phase de réflexion profonde, d’activation de souvenirs ?
  • Inversement, lorsqu’on accélère le pas, le propos devient plus alerte et joyeux, comme lorsqu’une solution inattendue émerge.

Ce sont là les effets très naturels de l’interaction des deux activités, l’une stimulant l’autre et réciproquement.

coaching en marchant

Les moines de toutes les traditions l’ont bien compris, qui déambulent dans des cloitres, tout en méditant ou en priant, pour que le corps se joigne à l’esprit. A défaut de cette forme d’action, on est vite “perché” dans des abstractions, dans lesquelles on tourne en rond.

Dans le coaching en marchant, le client et le coach évoluent dans un cadre vivant (et si possible agréable). Porter attention à l’environnement, au lieu de ne focaliser que sur la pensée, permet de prendre de la distance et de mieux se focaliser sur l’ instant présent, au lieu de ne rester que dans sa tête. Rien de tel pour se ramener les pieds sur terre et faire face à la réalité que de regarder où on met les pieds.

Pourquoi opter pour une séance de coaching en marchant ?

Partir du bon pied…

Partir du bon pied, n’est qu’une expression, et nous ne ferons pas particulièrement attention au pied avec lequel vous entamerez la marche. Par contre, il sera parfois intéressant de prêter attention à la manière dont :

  • vous vous enracinez dans le sol à chaque pas (notamment la manière avec laquelle vous prenez appui sur le pied arrière, comme une façon de prendre appui sur le passé)
  • vous posez vos talons pour vous élancer vers l’avant  (symbolique de votre manière d’envisager l’avenir et la confiance que vous vous faites à vous-même)
  • vous gérez les obstacles, la fatigue et vos rythmes (la façon dont vous prenez en compte les signaux de votre corps dans l’action)
  • etc…

Profiter de l’occasion pour s’inspirer… 

Dans le coaching en marchant, le coach se tient légèrement en retrait et sur le côté du client (ce qui illustre physiquement l’attitude et la posture spécifiques que prend un coach avec son client). Cette disposition dynamique et collaborative vous laisse pleinement le choix de votre rythme, de votre trajectoire, des points de vue que vous souhaitez explorer, tout en gardant un oeil sur le chemin et sur l’environnement.

Le coaching en marchant est une métaphore à la fois de la vie et du coaching, puisque le coach et son client s’accompagnent mutuellement, un peu comme des promeneurs qui explorent ensemble des chemins nouveaux.

Des questions fort à propos pourront vous être proposées, pour inspirer autrement votre réflexion, lors d’un coaching en marchant :

Comment décririez-vous le paysage de votre vie actuellement ? Comment l’environnement dans lequel nous marchons actuellement vous inspire-t-il ? (Cette question est aussi inspirante quand elle est posée dans une rue bruyante, que dans une forêt calme…)

Comment êtes-vous équipé pour atteindre votre destination ? Là, maintenant, si vous deviez physiquement éprouver plus de confort, lors de ce coaching en marchant, de quoi auriez-vous besoin, qui vous aiderait à être encore plus “performant” ?

Quand avez-vous parfois l’impression de vous essouffler en cheminant vers votre objectif ? Comment pourriez-vous faire alors pour récupérer votre second souffle ?

Puisque nous faisons présentement une pause, à quoi ce temps d’arrêt vous fait-il penser ? Comment aménagez-vous vos rythmes de travail ?

Que faites-vous pour réussir à avancer quand même, quand la ligne d’arrivée vous semble inaccessible ?

La difficulté que vous décrivez ressemble à un obstacle qui freinerait votre progression ou vous ferait trébucher. Prenons ensemble une image : à quoi pourrait ressembler cet obstacle qui s’oppose à votre progression ? Comment le contourneriez-vous ? Comment passeriez-vous à travers malgré tout, avec quelles précautions, quels équipements, etc..; ?

Cette traversée pourrait aussi faire penser à un parcours avec des pièges ou des zones sombres, comment vous y prendriez-vous pour éviter de vous y perdre ? Que pouvez-vous faire pour éclaircir les zones d’ombre ? Lesquelles en premier ?

Comment conserver un bon équilibre de vie, afin de négocier au mieux ce passage délicat de votre trajectoire ?

Etc…

De telles questions, qui utilisent la situation de marche pour faire miroir, permettent souvent au client de sortir de son filtre mental pour élargir son cadre de référence

Prendre le temps de réfléchir, d’expliciter et de structurer sa pensée 

En conjuguant marche, réflexion et échanges, le coaching en marchant représente une véritable source d’inspiration. Comme en randonnée, ou en promenade, le coaching en marchant permet de découvrir un parcours, où l’on progresse en bonne compagnie, et à son propre rythme. Attentif au souffle, et non seulement à la conversation de coaching, le coaching en marchant permet de s’écouter soi-même et favorise ainsi la réflexivité (la conscience de soi).

Stimuler sa créativité 

La remise en question et l’ouverture au changement sont également facilités, dans la mesure où le coaching en marchant nous déroute de nos pensées toutes faites et nous libère du poids des habitudes, grâce à l’originalité de ce format de travail. Cette forme d’accompagnement permet en effet l’émergence de solutions inexplorées. La marche et le mouvement libèrent la pensée de ses automatismes (voir : arrêter de penser), Le coaching en marchant aide à changer de perspective, à porter un regard nouveau sur la situation.

Aller plus loin, tout simplement…

La position statique, en face à face, peut s’avérer bloquante pour certains thèmes, qui vous donnent des fourmis dans les jambes.

Pour pouvoir travailler sans être gêné par la relation (voir : relation de coaching et parité), le coaching en marchant offre à la fois de la proximité (l’un et l’autre cheminant côte à côte), et de l’ouverture (puisqu’en regardant de vent soi pour avancer, on ne passe pas toute la séance à se regarder dans le blanc des yeux 🙂

coaching en marchant

Le coaching en marchant développe le cerveau !

Bien que le cerveau soit fait pour le mouvement, il semble que toutes les formes d’activité physique ne se valent pas, qu’elles n’aient pas le même impact sur notre cerveau (cardiotraining, renforcement musculaire, stretching etc.).

Les activités de type cardio-training que l’on trouve par exemple dans les salles de fitness (course, vélo, rameur, elliptique etc.) facilitent la production de nouveaux neurones dans une région du cerveau appelée l’hippocampe dont le rôle est fondamental pour la mémoire, la rétention et restitution d’information, quel que soit l’âge de l’individu. Ceci permet d’améliorer les capacités d’apprentissage à tout âge grâce à un maintien de la plasticité de cette région du cerveau. C’est la même chose pour le nombre de connexion entre les nouveaux neurones qui travaillent ainsi plus rapidement par le réseau mis en place et facilitant la mémorisation à long terme. La stimulation est tellement efficace qu’elle élève même l’activité des gènes associée à la production des molécules impliquées dans l’apprentissage et la mémoire (BDNF et sérotonine).

Idem pour le fameux cortex préfrontal à la mode depuis quelques années, siège de nos fonctions cérébrales capables de gérer la complexité, l’aléatoire, toutes les fonctions exécutives dont le rôle est la planification, l’organisation, l’élaboration de stratégies, l’attention et le rappel les détails, et la gestion du temps et de l’espace. Autant dire tout ce que l’on peut faire au quotidien pour être performant.

Voir cet article de Pascal Prévost sur notre blog : comportement et innovation

Pascal est Directeur de Sciensport. Docteur en neurophysiologie et biomécanique de la performance motrice, DESS en préparation physique. Enseignant, consultant, il est l’auteur de « La bible de la préparation physique – Le guide scientifique et pratique pour tous ».

Les bienfaits de la marche et du coaching en marchant

Les bienfaits du coaching en marchant sont aussi ceux de la marche :

La marche procure d’abord une détente psychologique : aération de l’esprit et gestion du stress quotidien, sont deux de ses principaux bienfaits.

La marche active le transit intestinal, ce qui contribue à purifier l’organisme.

Autant certains scientifiques dénoncent le footing en argumentant que la physiologie de l’homme n’est pas faite pour lui permettre de courir, autant la marche fait l’unanimité :

  • Marcher permet de tonifier tout son corps des pieds à la tête, tous les muscles du corps étant sollicités en douceur par cette activité parfaitement naturelle à notre espèce humaine.
  • Marcher active la circulation sanguine et améliore le rythme cardiaque (la marche réduit les risques de maladie cardiaque et d’accident vasculaire cérébral. Elle contribue aussi à diminuer la tension artérielle).
  • Marcher brûles des calories, surtout l’hiver, saison durant laquelle le froid active encore davantage les cellules mangeuses de graisse, et participe donc à la perte de poids. À raison de 30 à 45 minutes quotidiennes, on brûle des calories, notamment en saison hivernale .
  • Enfin, la marche améliore les fonctions respiratoires en augmentant sensiblement l’amplitude pulmonaire (réduit ainsi partiellement les risques de crise d’asthme). La marche est donc au sens propre : inspirante !

coaching en marchant

D’illustres précurseurs du coaching en marchant

  • Socrate et Platon philosophaient en déambulant dans la cité.
  • Aristote, pour sa part, enseignait en marchant. C’est pourquoi son groupe fut appelé l’école des péripatéticiens, célèbre mot repris plus tard pour désigner les prostituées, qui elles aussi marchaient (pas pour philosopher mais pour trouver leurs clients…:-)
  • Et rappelons-nous aussi ce farceur de Diogène qui déambulait en plein jour dans les rues avec une lanterne allumée, interpellant les passants pour leur dire qu’il cherchait un être humain digne de ce nom…
  • Darwin flânait chaque jour sur un « chemin de pensée » qu’il avait aménagé dans son jardin. Ainsi, tel un animal refaisant sempiternellement le tour de son territoire, le père de l’évolutionnisme revenait ainsi à ses sources pour imaginer sa théorie.
  • Nietzsche aurait dit à ce propos quant à lui que les seules idées valables ne lui étaient venues qu’en marchant. Comme bien des philosophes, il a souligné les vertus de la marche qui libère l’esprit alors que la posture assise, selon lui, assoupit l’esprit.
  • Bien plus tard, Jean-Jacques Rousseau, a écrit dans ses Confessions : ” J’aime à marcher à mon aise, et m’arrêter quand il me plaît. La vie ambulante est celle qu’il me faut. Faire route à pied par un beau temps dans un beau pays sans être pressé, et avoir pour terme de ma course un objet agréable ; voilà de toutes les manières de vivre celle qui est le plus de mon goût ” ou encore :
    « Je ne puis méditer qu’en marchant. Sitôt que je m’arrête, je ne pense plus, et ma tête ne va qu’avec mes pieds » (Jean-JacquesRousseau,
    Confessions, IX, p343 éditionsBarbier, Paris, 1846)

 

Le coaching en marchant lors d’un séminaire

Dans un autre article “vulnérabilité en coaching“, “speed-dating et cohésion d’équipe” nous avions écrit le speed-dating au service de la qualité des relations au sein d’une équipe :

Le speed-dating est une pratique de renforcement de la cohésion, que nous proposons souvent aux équipes que nous coachons, soit ponctuellement, soit sur la durée au travers de plusieurs rencontres.

Elle permet de renforcer les liens interpersonnels. Cet exercice peut se faire lors de la constitution d’une nouvelle équipe, pour se découvrir, ou bien plus tard, pour approfondir certains points de la relation (voir cet article sur la vulnérabilité en coaching d’équipe) ou pour renforcer les interfaces entre les services.

Protocole de speed-dating en marchant (parfois aussi appelé “walking management”) :

  • 10 minutes – A parle à B, tandis que B écoute : Voici comment le point de vulnérabilité que tu as partagé, résonne en moi et en quoi il me touche. Voici comment je voudrais pouvoir mieux travailler avec toi, par rapport à cela.
  • 10 minutes – B parle à A, tandis que A écoute : Idem
  • 10 minutes : A et B font la synthèse et trouvent 1 à 3 manières différentes et nouvelles de travailler mieux ensemble
  • Pas de restitution sur ce que les binômes ont échangé, mais question au groupe après les différentes sessions : comment avez-vous trouvé cet exercice ? Qu’est-ce qui é été facile/difficile pour chacun ? Qu’est-ce que cela vous a apporté ? Comment cela va-t-il faire progresser vos relations interpersonnelles ? Et si vous preniez soin de vos relations de cette manière plus régulièrement ? Quel nouveau rituel de management ou pratique d’hygiène pourriez-vous ainsi décider de mettre en place entre vous pour refaire cet exercice, par exemple deux fois par an ? Etc…

L’après déjeuner d’un séminaire est toujours un peu laborieux : on a bien travaillé le matin, au déjeuner on s’est détendu, et maintenant, il reste toute une après-midi de travail. Comment mettre à profit cette période digestive pour changer de mode de travail et générer un surcroît de cohésion d’équipe, avant d’aborder une suivante séquence de travail en salle ?
Le groupe pourra par exemple, aller se promener, en se répartissant deux par deux pendant 30 minutes (et refaire cette forme de coaching en marchant une ou deux fois de suite, en changeant les binômes pour renforcer les relations deux à deux au sein de l’équipe).

 

Voir aussi ces articles complémentaires :