Dans cette séance de visualisation, nous verrons comment un client archi compétent pour bâtir un plan stratégique (puisque c’est son coeur de métier) a recours à une technique de visualisation pour ne plus se laisser déborder par la pression du quotidien et réussit à s’organiser pour construire son plan stratégique, alors même que son emploi du temps ne le lui permet pas facilement.

 

plan stratégique

 

Ce leader sait penser stratégique,  il sait que c’est sa priorité et sait s’organiser en gérant son temps.

En revanche il est pris par une forte pression et ne sait pas dire non aux sollicitations qui le détournent depuis 15 jours de cette priorité. Plus le temps passe, plus il se sent mal de ne pas clarifier son plan stratégique, qui justement lui permettrait de gérer ses priorités et de refuser les sollicitations inopportunes. Il est ainsi pris dans un engrenage classique : reportant ce travail structurant au profit de réponses à court terme, il n’a bientôt plus les moyens de faire face aux demandes et se retrouve sous l’eau… Il perd progressivement à la fois :

  • sa hauteur de vue pour penser juste,
  • et sa détermination pour tenir ses engagements vis-à-vis de lui-même…

Prendre le temps de penser à son plan stratégique…

Le problème n’est donc pas technique, il est intérieur (et chronique : ce n’est pas la première fois qu’il se pose. Ce leader se connaît bien, il sait que se laisser déborder est un peu son talon d’Achille). Il déteste ne pas répondre aux demandes de ses interlocuteurs et il vit très mal les situations de flou et de confusion. Il est donc décidé à sortir de la spirale infernale du stress qui l’angoisse. C’est la raison pour laquelle il choisit comme objectif de séance de faire en sorte de réussir à tenir ses engagements prioritaires de la semaine pour réfléchir à son plan stratégique : Il sait qu’il a besoin de s’isoler 3 fois 4 heures cette semaine pour mettre à plat ses idées, tracer les grandes lignes et écrire son plan stratégique. Le problème est qu’il part perdant et doute de pouvoir résister au flux incessant des demandes de ses clients internes. Il pense ne pouvoir faire qu’une seule séance sur les 4 qu’il a planifiées, ce qui n’est pas suffisant. Et encore il n’est pas sûr de pouvoir même maintenir cette unique séance…

Comme pour accompagner un champion sportif avant un match décisif, le coach se transforme en préparateur mental et lui propose une séance de visualisation, par téléphone.

 

Séance de visualisation de l’écriture du plan stratégique

  • Coach : “je vous invite à installer le dos droit sur votre chaise, plutôt vers l’avant de façon à ne pas vous appuyer sur le dossier. Décroisez les jambes et posez vos pieds côte à côte, parallèles et les plantes de pied bien à plat sur le sol. Sentez bien vos appuis : les plantes de pied au contact du sol, les cuisses et les ischions qui pèsent sur l’assise de la chaise. Sentez que vous êtes porté par la terre, prenez conscience de votre poids, et de cette pression qu’exerce votre corps sur les surfaces de contact avec la chaise et avec le sol. Commencez à vous détendre de plus en plus, sentant vos épaules se relâcher, vos mâchoires se desserrer, votre front se déplisser… accueillez votre respiration… Quelle sensation domine en ce moment même dans votre corps ?
  • Client : je sens ma respiration lente et profonde, très calme, très régulière
  • Coach : Ok laissez vous comme bercer par ce rythme du souffle qui va et qui vient comme les vagues au bord de la mer. A chaque inspire, sentez comme vous êtes inspiré par le souffle… A chaque expire, acceptez d’expirer, lâchez, abandonnez, renoncez à toute volonté, laissez vous simplement être là, témoin de votre corps qui est respiré par le grand souffle vital… A l’inspire, l’air entre dans vos poumons et vous relie à tout ce qui est à l’extérieur. A l’expire, l’air sort du corps pour se dissoudre à l’extérieur, diffusant un peu de vous dans tout l’environnement… Que ressentez-vous maintenant dans cette posture de grande présence à vous-même, sans intervenir, sans rien vouloir modifier ou contrôler, juste en étant là, attentif, intéressé, paisible… ?
  • Client : silence…il y a un grand silence… je sens que cela respire comme si ce n’était pas moi qui respirais… Mais cela me rassure et me calme de plus en plus profondément… J’entends les mots au téléphone dans les écouteurs de mon kit piéton, mais j’entends aussi comme le silence en dessous des mots, qui n’est pas interrompu par la voix… C’est un peu comme si elle ne faisait que passer à la surface du silence, qui reste immobile en profondeur, rythmé par le va et vient de la respiration…
  • Coach : OK, fermez les yeux si ce n’est pas encore fait, et observez derrière vos paupières l’impression lumineuse qui se dégage à l’arrière de votre front comme sur un écran de cinéma à l’intérieur de votre tête… Maintenant, visualisez comment vous vous sentirez en fin de cette semaine quand vous aurez consacré vos 4 séances, voyez-vous bien content d’avoir atteint votre objectif, satisfait d’avoir enfin écrit votre plan stratégique… L’avez-vous fait sur un ordinateur ou sur du papier ?
  • Client : J’ai tout écrit sur des grandes feuilles. J’en ai écrit plein, toutes raturées, que j’ai jetées, mais j’ai recopié à peu près 8 pages au propre avec des schémas bien clairs, qui montrent les priorités, les causes et les effets…
  • Coach : Prenez ces 8 feuilles bien propres, et serrez-les dans vos bras… Ressentez combien votre plan stratégique a de la valeur, et tout le temps et l’efficacité que vous allez faire gagner à toute l’entreprise et à vous-même maintenant que vous l’avez écrit. Quel sentiment ressentez-vous ?
  • Client : de la fierté, de la confiance, presque de l’envie de les écrire tout de suite…
  • Coach : comment cela va-t-il se passer justement ces séances d’écriture ? Où serez-vous comment serez-vous installé ?
  • Client : Je serai dans une salle tout seul, avec juste une bouteille d’eau, le dos tourné à la porte, et mon portable dans le cartable, pas d’ordinateur, juste un paper board pour les schémas et mes feuilles.
  • Comment vous sentez-vous dans cette salle ? Quels autres détails voyez-vous qui font que vous vous sentez bien ?
  • Client : la pièce est lumineuse, j’ai mon beau stylo et j’ai amené du beau papier, pour que la plume glisse bien. J’entends le bruit qu’elle fait en grattant le papier, je sens les idées qui viennent facilement, j’écris avec facilité, je trouve que c’est facile. Le plus dur c’était de venir jusqu’à cette pièce. Mais maintenant que j’y suis j’y suis plutôt bien. Je ne lâche pas l’affaire jusqu’à ce que j’ai fini le travail d’écrire ce beau plan stratégique.
  • Coach : Et si quelqu’un venait frapper à la porte, pour vous solliciter ou vous dire bonjour… pourriez-vous maintenant vous visualiser en train de faire un petit signe de la main en vous retournant rapidement pour saluer avec un sourire, et replonger tout de suite à votre feuille ?
  • Client : oui, je vois très bien la scène…
  • Coach : pendant que vous écrivez toujours vos feuilles avec facilité, avec les idées claires, avec la bonne inspiration, vous sentez les idées qui viennent bien, l’écriture qui coule toute seule, sentez comme un sourire se dessiner, ou s’esquisser à peine sur votre visage, maintenant là, avec moi au téléphone. Sentez comme si un sourire intérieur s’échappait de votre visage, presque malgré vous, imperceptible, qu’on pourrait à peine voir de l’extérieur… Mais tous les deux nous savons qu’il y a en vous cette tendance à sourire qui est présente maintenant, avec vos feuilles et votre plan stratégique réussi. Sentez-vous ce sourire, là maintenant au téléphone ?
  • Client : Oui, je ne sais pas trop si je souris effectivement, mais j’ai les yeux fermés, et de l’intérieur j’ai l’impression qu’il y a un sourire sur mes lèvres.
  • Coach : Qu’est-ce qui vous fait ainsi sourire ?
  • Client : Mais, c’est votre suggestion, non ?… bon, c’est aussi que ça m’amuse de visualiser cette “facilité” et que je trouve sympa d’être là à cet instant précis, dans mon bureau, les yeux fermés, à visualiser mes 8 feuilles que je serre dans les bras virtuellement, comme quelque chose de très précieux… J’ai confiance, je me sens plutôt fier, parce que je ne croyais pas être capable d’écrire ce plan stratégique cette semaine, je suis fier oui d’avoir réussi à tenir mes engagements, d’avoir su dire non et me consacrer à cette activité qui crée beaucoup de valeur…
  • Coach : Ressentant cette fierté, passez votre corps en revue de l’intérieur, un peu comme avec un scanner :  quelle partie de votre corps est plus présente ? Y a -t-il une zone plus confortable, plus éveillée ?
  • Client : Oui, je sens mes mains très chaudes, et très vivantes. D’ailleurs j’ai un peu envie de bouger les doigts…
  • Coach : comme pour jouer du piano ?
  • Client : plutôt comme pour me saisir de mon stylo et commencer à écrire le plan stratégique
  • Coach : OK, vous en avez vraiment envie… Quand vous vous sentirez prêt à revenir à une conscience ordinaire, je vous propose d’ouvrir les yeux et d’accueillir la vue. Bougez un peu vos doigts, vos mains, vos bras, vos épaules, étirez-vous, baillez si vous voulez… Ca va ?
  • Client : Oui je me sens détendu et plein d’énergie
  • Coach : Maintenant, qu’est-ce qui fera que vous allez tenir votre première séance d’écriture de la semaine, votre premier rendez-vous avec vous-même dans cette salle lumineuse où les idées vous viennent facilement au point de sourire ?
  • Client : J’en ai vraiment envie. Et j’ai envie de ressentir cette sensation de fierté Vendredi prochain quand j’aurai écrit mes pages au propre.
  • Coach : OK… Avez-vous envie ou besoin de visualiser autre chose ? Ou d’effectuer encore un ajustement par rapport à ce projet ?
  • Client : Non, mais je vous enverrai un SMS mercredi pour vous confirmer que j’aurai bien réalisé déjà 3 séances, la dernière étant planifiée vendredi.
  • Coach : OK. Bonne semaine, amusez-vous bien
  • Client : Oui, cela va être le cas en effet. Merci. A mercredi par SMS et Lundi prochain pour la suite de nos aventures téléphoniques…

 

 

 

Coaching sportif et préparation mentale

Face à l’incertitude d’une situation (match, course, …) notre cerveau va analyser la situation et rechercher dans sa base de données les expériences passées qui se rapprochent le plus de celle-ci.
Un peu à la manière d’un juke-box qui sélectionne un disque jouant une certaine musique, chaque disque symbolisant un certain type de réactions (émotions-comportements) face à une situation donnée.

Notre comportement va ainsi provenir de ce disque qui aura tendance à rejouer la même musique face à cette situation.

Une bonne préparation mentale va servir (entre autres) à créer un répertoire de situations engendrant une sélection des meilleurs disques.

On va créer des connections neuronales entre stimuli et réponses appropriées, qui se répèteront plus aisément quand la situation sera réellement vécue.

Une technique de visualisation pour les managers

(issue du coaching sportif et adaptée par des coachs d’entreprise)

1.Choisissez un projet qui vous tient à cœur
2.En silence, pendant quelques minutes, asseyez-vous
confortablement, respiration profonde et en fermant les yeux
3.Imaginez une scène qui représente la réussite de votre projet
4.Visualisez la scène en y ajoutant tous les éléments nécessaires (personnes, lieux, sons, sensations, …)
Voyez la scène avec vos propres yeux, ressentez les sensations et les émotions, entendez ce qui est dit ou ce que vous dites.
5.Déroulez à nouveau la scène en insistant sur les moments les plus intenses émotionnellement, agrandissez ce que vous voyez, rajoutez de la clarté… animez votre visualisation. Vous devez avoir l’impression d’y être, de tout ressentir.
6.Répétez cette technique au moins une fois par jour.