La technique des affirmations positives est simple et elle fonctionne. C’est sans doute cela qui lui vaut sa réputation depuis des millénaires !

 

affirmations positives

 

 

A la limite, peu importe les raisons qui font que cela marche : la question principale est surtout de vérifier si les affirmations positives sont efficaces pour vous !  Il est très simple de s’en rendre compte par soi-même de manière empirique : il suffit d’essayer.

Pour cela, il y a tout de même un minimum à savoir. Je vais le résumer pour vous dans cet article.

La technique des affirmations positives est une ressource à notre disposition. On aurait tort de l’ignorer ou de ne pas s’en servir sous prétexte d’incrédulité, alors qu’il est si facile de se convaincre de leur puissance, en osant simplement le pratiquer, ne serait-ce qu’un peu…

 

L’origine historique des affirmations positives

  • Les affirmations positives sont l’axe central de tout le courant américain de la pensée positive. Ce courant de pensée actuel est très répandu dans le monde entier (aujourd’hui repris par la psychologie positive). Et lui-même vient de la théosophie, courant spiritualiste du XiXème siècle, qui emprunte ses croyances au yoga de l’Inde ancienne.
  • A l’origine, la technique du yoga nidra (qui a inspiré la sophrologie moderne), propose de répéter mentalement des affirmations positives (appelées “Sankalpa”) pendant qu’on est profondément relaxé, de façon à opérer en soi-même une auto suggestion puissante. 
  • Au-delà des affirmations positives, le yoga propose de visualiser des images et d’évoquer des sensations corporelles (imaginer qu’on est allongé au soleil sur une plage tandis que le dos marque le sable de son empreinte, de façon à bien détendre chaque muscle postérieur du corps et les émotions qui y sont associées, ou sentir comme une boule de lumière qui se déplace dans certaines parties du corps pour guérir ou se recharger les batteries, etc… voir à ce sujet : “gérer ses émotions“)
  • Plus récemment, les travaux de la PNL et les recherches sur l’hypnose, ont confirmé le pouvoir des métaphores : en suggérant au cerveau des images chargées d’émotions et d’implications sensorielles, on peut induire des réactions du corps et même des comportements choisis, qui prendront place naturellement une fois de retour à l’état de veille ordinaire.
  • Aujourd’hui de nombreuses approches de médecine holistique (comme les thérapies énergétiques) utilisent la méditation et les affirmations positives pour obtenir des guérisons (y compris pour des maladies comme le cancer, aussi surprenant que cela puisse paraître au premier abord, en complément de médecine classique). Les affirmations et le travail d’assise silencieuse permettent de limiter les effets indésirables de certaines radiations liées aux thérapies nécessaires mais agressives.
  • Les sportifs de haut niveau ont eux aussi recours à la préparation mentale, qu’ils utilisent en visualisant leurs matches, en s’imaginant réaliser les bons mouvements et en répétant des affirmations positives, qui programment leur corps et leur moral vers la réussite.

Affirmations positives : rudiments d’explications

Enormément de livres traitent des affirmations positives. Beaucoup d’expériences scientifiques illustrent la force de la suggestion, l’effet placebo, l’effet d’induction provoqué par des images sur le cerveau (et même sur le coeur). Nous n’y ferons pas davantage référence, car vous trouverez sans peine sur internet toutes les infos scientifiques pour satisfaire votre curiosité. Concentrons-nous sur des aspects plus pratiques de la question.

La technique des affirmations positives part du principe que le corps et le “subconscient” se soumettent aux injonctions que leur suggèrent nos pensées.

  • Si nous pensons, même sans nous en rendre compte, que nous ne sommes pas capables de quelque chose : inconsciemment nos forces se mobilisent pour réaliser cette “prophétie auto-réalisatrice”, de telle manière que nous aurons de la difficulté à réussir cette chose, malgré tous nos efforts. (voir cet article : “Technique de coaching pour recadrer une croyance limitantes”)
  • Inversement, si nous croyons fortement que nous sommes capables de cette chose : nous nous sentirons davantage confiants et inspirés, et la réalisation de l’action semblera plus aisée, avec des résultats significativement meilleurs. (voir : ” Comment retrouver l’inspiration ?“)

Soyons clair, cette technique n’est pas “miraculeuse” ! Mais elle provoque des effets réels. Toute la question est de savoir comment optimiser ces effets positifs (et si possible éviter d’en subir les effets négatifs, en veillant à l’utiliser dans le bon sens).

 

Comment utiliser la technique des affirmations positives

On peut penser, lire, écrire, réciter à voix basse, déclamer, chanter des affirmations positives.

On peut affirmer une intention, tout en pratiquant une activité sportive.

Si vous pédalez, ou faîtes de l’aviron sur un rameur, ou de la musculation avec des haltères, à chaque mouvement, vous pouvez répéter mentalement vos affirmations positives en expirant. Par exemple : à chaque expire vous pensez “je progresse”, ou bien “je me sens bien”, et chaque mouvement enfonce le clou de cette pensée, tout en réalisant un “ancrage” dans les cellules du corps, qui ont aussi leur petite intelligence (voir : “s’enraciner“).

La force des refrains dans les chansons, vient du fait qu’ils sont répétés, et qu’ils martèlent une idée force. Ainsi, chantonner des affirmations positives, comme le feraient des enfants qui récitent des tables de multiplication, ou qui inventent une mélodie au gré de leur fantaisie, est aussi une excellente façon de se raconter une histoire positive, qui va droit à l’inconscient. Les idées que l’on se suggère alors, au travers de ces ritournelles, s’incrustent dans le corps, autant que le font malheureusement les chansons entêtantes dont parfois on ne parvient pas à se défaire.

Savez vous que dans certaines magies anciennes, les projections positives (et négatives aussi malheureusement) étaient fredonnées d’une manière entêtante, comme une ronde qui faisait entrer en transe. Alors, depuis un état de conscience modifié, la projection était beaucoup plus puissante… Dans le yoga Nidra, auquel nous faisons allusion au début de cet article, le Sankalpa était formulé depuis un état de détente profonde, quand le cerveau est en ondes alpha. Les méthodes de sophrologie et d’hypnose savent très bien tout cela, qui ont fondé leurs “découvertes” sur ces connaissances millénaires.

Les affirmations positives sont particulièrement efficaces à deux moments clés de la journée : le soir avant de s’endormir et le matin au réveil.

  • Le soir parce que c’est une induction qui portera ses fruits toute la nuit.
  • Le matin parce que le mental est encore frais et malléable, et qu’on peut ainsi lui donner une orientation choisie pour la journée.

Certaines personnes se trouvent bien d’écrire le soir des petits papiers avec des affirmations ou des questions, qu’ils glissent sous leur oreiller, pour en être comme inspirés c-pendant la nuit (voir : “retrouver l’inspiration“)

 

Plusieurs techniques de formulation des affirmations positives

Les spécialistes de la question s’accordent à dire que les affirmations positives marchent mieux quand :

  • elles sont conjuguées avec un verbe au présent de l’indicatif,
  • elles suggèrent un état et une action que l’imaginaire peut aisément se représenter,
  • il n’y a pas de négation dans la phrase,
  • les phrases sont  courtes et évoquent des sensations corporelles.

Exemple pour un marathonien : “Je me vois en train de courir avec facilité. Je sens le plaisir de l’air qui emplit ma poitrine. Mes jambes sont puissantes et je me déplace agréablement à grandes foulées, comme si je volais entre chaque pas…”

On peut réciter ses affirmations en se projetant soi-même en tant que sujet de la phrase ou bien faire comme si quelqu’un disait du bien de vous, ou s’adressait à vous pour vous encourager directement :

  • Je suis … (comme ci ou comme ça : qualités que vous cherchez à développer)
  • Paul est… (comme ci ou comme ça : qualités que vous cherchez à développer) – Vous vous dites à vous-même ce que vous aimeriez que d’autres disent de vous
  • Paul, tu es…(comme ci ou comme ça : qualités que vous cherchez à développer) – Vous affirmez vous-même ce que vous aimeriez que quelqu’un vous dise

A première vue, cela paraît un peu étrange, voire parfaitement ridicule. Mais quand on essaye un peu, on s’aperçoit que cela marche. Alors pourquoi ne pas tenter l’expérience ? Vous n’êtes pas obligé d’en parler à tout le monde ! C’est même peut-être mieux si vous restez discret sur cette pratique dans un premier temps (qui n’a rien de secret ou de honteux, mais qui gagnera en force pour vous, si vous la rôdez un peu avant d’en parler autour de vous). Vous éviterez les moqueries, les incompréhensions, et ferez vos essais plus tranquillement.

 

Nota : Précisons que l’affirmation positive est centrée sur soi. Il ne sert à rien de répéter des affirmations à propos de quelqu’un d’autre. A fortiori, s’il devait s’agir de souhaits négatifs, parce que nous entrerions là dans une  pratique de malédictions, qui nuit d’abord et surtout à ceux qui les prononcent. Tel n’est pas notre propos, mais nous devions l’évoquer en passant, ne serait-ce que pour mettre en garde, et ne pas risquer d’être confondus…

 

Donner la préférence à des formulations nuancées, plus crédibles…

 

affirmations positives nuancées
Le sens de la nuance n’est pas du luxe
pour bien pratiquer les affirmations positives

Personnellement, je n’aime pas les formules trop fracassantes, qu’on trouve dans les manuels les plus enthousiastes, du genre : “Je suis parfait en tous points et tout est merveilleux dans le meilleur des mondes !…”

Parce que mon mental n’y croit pas et “résiste”  à l’affirmation : ce qui est contre productif.

Je préfère donc des formulations qui ne me heurtent pas, qui soient parfois plus modérées, plus “raisonnables”, avec lesquelles ma voix intérieure n’entre pas en discussion ou en négociation.

Exemples :

  • “J’ai envie de progresser, et je sens que je fais de petits pas chaque jour vers mon objectif” au lieu de “C’est super, j’y arrive tout de suite, sans effort” (voir la méthode des petits pas : 5Pkaizen“)
  • “J’apprécie l’idée d’être bien organisé et de plus en plus efficace, grâce à…” plutôt que “Je suis super efficace grâce à mon organisation machin ou ma bonne pratique truc” alors que je sais pertinemment que je ne le fais pas encore très bien, ou pas tellement….
On peut ainsi utiliser des formules suggestives comme :
  • “Ne serait-il pas agréable de…. vivre ceci, posséder cela, éprouver tel sentiment, faire preuve de telle qualité ?” – L’idée étant surtout de suggérer en soi l’idée de l’objectif, afin de mobiliser nos ressources dans cette direction.
  • “J’aimerais bien me sentir comme-ci, parce que cela me permettrait cela…” – A condition de veiller à ne pas nourrir en même temps de nostalgie ou de scepticisme par rapport au contenu de l’affirmation positive.
  • “A certains égards, je suis déjà sur la voie de devenir X ou Y” – L’idée n’est pas forcément d’affirmer le résultat ultime de manière tonitruante, mais simplement de visualiser la projection de la cible, afin de la nourrir en soi, de se familiariser avec, de l’apprivoiser par étapes…

Booster vos affirmations positives

Qu’est-ce qui vous fait bouger, qu’est-ce qui vous met en mouvement dans la vie ? Au sens propre, ce sont vos émotions. D’après le wiktionnaire, émotions serait un “dérivé de émouvoir, formé d’après l’ancien français et moyen français du mot : motion « mouvement », emprunté au latin motio « action de mouvoir, mouvement, trouble, frisson (de fièvre)”.
Ressentir les émotions positives associées à vos affirmations est la clé pour démultiplier l’effet des répétitions. Ainsi, il vaut mieux sélectionner une ou deux affirmations seulement, et passer du temps à imaginer les situations positives qu’elles évoquent et les sensations de bien-être qu’elles procurent, plutôt que de coller partout des post’it avec des affirmations auxquelles vous ne croyez pas et qui ne vous font donc pas vibrer.
En fait, ce qui fonctionne c’est votre vibration intérieure, qui doit s’accorder à la vibration de ce que vous désirez. Veillez donc à visualiser les effets que vous désirez. Formalisez vos affirmations positives, avec des images évocatrices.
Par exemple, voyez la maison de vos rêves, imaginez la piscine et la terrasse, les enfants qui s’y baignent joyeusement avec la famille et les amis, , vos propres sensations de délice tandis que vous vous baignerez le matin, ou par une belle nuit d’été bien chaude, les apéritifs sympas que vous prendrez sur la terrasse, près de la plancha, etc… Voyez votre jardin, imaginez y les plantes et les essences d’arbres que vous préférez, visualisez les fleurs, sentez vous fiers et reconnaissants pour toute cette beauté. Faites mentalement le tour de la maison, des chambres, voyez le mobilier que vous aimeriez, imaginez-vous dormir dans votre chambre, regardez par la fenêtre et admirez la vue que vous aimeriez y contempler tous les matins en ouvrant vos volets. (voir : “maîtriser ses émotions“)

Une bonne approche pour renforcer le pouvoir de la visualisation, serait de réaliser un photolangage : c’est une sorte de tableau, sur lequel vous venez coller des images, des dessins, des symboles, qui traduisent, qui illustrent ce que vous désirez.

Il pourrait y avoir un titre, suivi d’affirmations positives illustrées. Vous pouvez découper des images dans des magazines ou imprimer des images sélectionnées sur internet, de manière à réaliser une sorte d’infographie, qui exprime de façon visuelle votre désir, votre projection. Vous prendrez plaisir à faire cet “exercice” agréable. Et pendant que vous le réaliserez, vous émettrez puissamment votre désir, vous le nourrirez calmement et profondément. Tandis que vous le faites, imprégnez-vous de la conviction que tout cela qui serait super, est possible. Ecrivez-le : “C’est possible”, “je le mérite”, “je détiens déjà les germes de cet accomplissement puisque je le désire”.

Dîtes vous bien, en regardant votre tableau qu’il vous représente. Il ne représente pas des voeux inaccessibles, mais ce que vous êtes déjà. Vous êtes bien celui ou celle qui a collé ces images, qui désire ces choses, ces ambiances, ces détails, cet idéal, ces valeurs, etc… Donc ce tableau, en quelque sorte, vous représente vous, avec vos désirs et vos affirmations positives. Reconnaissez-le. Aimez-le. Assumez-le !

Prenez cette projection mentalement dans vos bras et serrez la très fort avec amitié et confiance. Cela  vous appartient et éprouvez maintenant de la reconnaissance pour ce que vous êtes en train d’attirer dans votre vie, en reconnaissant ce que vous aimez et désirez.

 

N’attendez pas !

Vous n’avez pas besoin d’attendre sa réalisation pour vous sentir bien. Etre bien ne dépend pas des circonstances extérieures, et n’a rien à voir avec le fait que vos affirmations se réalisent. Elles se réaliseront, mais c’est presque dommage, parce que du coup on est tenté de le faire pour cela. Or, il n’y a rien à attendre ou espérer. L’attente génère plus d’attente, et l’espoir génère plus d’espoir… et bientôt plus d’impatience, de frustration et de déception ! C’est l’attente et l’espoir, qui traduisent le manque et la croyance du vide intérieur, qui provoque votre souffrance.

En fait, vous n’êtes pas vide et vous n’avez besoin de rien. Tant que vous croirez avoir besoin de quoi que ce soit pour être heureux, vous serez malheureux, et les affirmations positives ne seront qu’une superstition ridicule, une tentative maladroite de vous échapper, laquelle vous maintient dans votre état de manque (même quand les affirmations se réalisent partiellement).

Le truc c’est de vous satisfaire de ce que vous avez déjà et d’apprécier d’être ce que vous êtes. Et depuis cette validation, cette reconnaissance est en soi une affirmation positive de la situation présente (avec ses imperfections qui seront ajustées naturellement et sans effort de votre part : voir à ce sujet : “effort ou énergie ?“)

 

Affirmations positives et méthode de l’avocat : plaider pour soi-même à haute voix

Une autre idée intéressante consisterait à parler à haute voix de soi-même, comme si on était son propre “avocat”, ou comme si l’on était un excellent vendeur chargé de défendre un produit (vous !) ou un recruteur qui chercherait à proposer votre candidature à un employeur proposant le job de votre vie. Dans cette pratique, tout est dans le ton et la conviction. Il s’agit de dire tout le bien qu’on pense de soi (ou qu’on aimerait pouvoir penser de soi) avec l’enthousiasme et la conviction qu’aurait un tel avocat, ou un tel vendeur. Cette plaidoirie en votre faveur, que vous prononcerez tout seul dans le secret de votre esprit (sans qu’on puisse vous entendre, sinon attention à l’hôpital psychiatrique !…), pourrait être formulée par un avocat comme un de vos proches imaginaires, ou un de vos parents, votre bien-aimé (e), un(e) ami(e) d’enfance, etc…

J’ai trouvé cette idée dans un livre de Shakti Gawain, mais je ne l’ai pas essayée. Je la partage avec vous tout de même, parce que  je la trouve amusante…

  • affirmations positives et visualisation
    Nota : La littérature new-age, est essentiellement américaine (mais elle n’a fait que reprendre des principes et des pratiques connues de tous temps dans de nombreuses traditions du monde entier !). Les exagérations de son marketing la désservent parfois auprès des lecteurs Européens. Cependant, il est intéressant de nous approprier la logique proposée, en étant un peu créatif pour trouver le ton juste pour nous-même. Ce serait trop facile de critiquer, sans rien proposer. Au contraire, sachons nous inspirer et enrichir à partir de notre sensibilité propre... Ces techniques appartiennent au patrimoine de sagesse de toute l’humanité. Ce serait vraiment dommage de nous en priver sous prétexte que certains s’en emparent avec un enthousiasme parfois un peu extravagant, qui décrédibilise le contenu de ces approches pourtant très efficaces…

A propos de citation, j’aimerais partager trois sources d’inspiration sur le sujet des affirmations positives : Joseph Murphy, dont plusieurs livres ont été enregistrés, et il est très stimulant de les écouter en se promenant ou en faisant du sport. Esther et Jerry Hicks, à propos de la loi d’attraction, et   Neville goddard : “Ressentir, voilà le secret”…

Plutôt que de rester perplexe et circonspect, essayez donc, tout ce que vous risquez c’est que cela marche !

Si vous ne savez pas bien par où commencer et comment vous y prendre, une simple séance de coaching pourrait aussi vous aider à choisir, formuler et pratiquer vos affirmations positives. En quelques semaines, vous constaterez des effets bénéfiques évidents (voir : “les bénéfices du coaching“)