Le rendement global d’une entreprise ou d’une équipe repose sur son efficacité collective, qui elle-même dépend de son intelligence collective.

Nous allons d’abord définir l’efficacité collective, en identifier les 3 composantes majeurs, la différencier de l’intelligence collective et proposer des moyens de l’utiliser pour renforcer l’efficacité collective.

Qu’est-ce que l’efficacité collective ?

L’efficacité collective peut être définie comme l’efficacité globale qui se dégage des interactions au sein d’un système (ou d’une organisation : équipe, entreprise, administration, association, etc…). – voir notre article : “Approche systémique – coaching d’organisation

L’efficacité collective repose sur 3 leviers (Notre ancien collègue Olivier Devillard, explique cela très bien dans son livre “Dynamiques d’équipe” paru aux éditions Dunod.) :

  • Mobilisation : comment l’énergie est-elle mobilisée ? Comment la motivation de chacun entre-t-elle en résonance avec le projet commun pour le porter volontairement ?… parce que chacun s’y reconnaît et trouve du sens et du plaisir à sa réalisation
  • Unification : comment l’énergie collective est-elle canalisée vers la cible, ou inversement : comment se disperse-t-elle ? Il y a deux aspects à l’unification :
    • un aspect humain : la cohésion – comment les gens s’entendent bien, s’estiment, se respectent, ou pas
    • un aspect technique : la coordination de la coopération – comment les gens travaillent-ils ensemble, profitant de synergies entre leurs complémentarités, ou séparément, en silo, chacun dans son coin, avec de la défiance  et de la rétention (ou en tous cas une faible plus value d’être ensemble)
  • Polarisation : comment l’énergie est elle focalisée sur le résultat ? Ou inversement, comment tire-t-on à côté de la cible, à force qu’elle change sans cesse, ou qu’on se trompe d’objectif, ou qu’on ne vise pas tous le même, ou qu’on s’en lasse…

 

Pour permettre de bien visualiser ce processus, nous vous suggérons une image simple, celle du jardinier, qui arrose son jardin (voir notre article : limiter les pertes d’énergie au sein d’une organisation):

  • d’abord, il ouvre le robinet d’arrivée d’eau (il mobilise l’énergie à la source : la motivation),
  • ensuite, il amène l’eau à destination en empêchant qu’elle ne coule tout le long du chemin (à l’aide d’un tuyau non percé, qui canalise l’énergie vers la cible)
  • enfin, il vise la plante qu’il souhaite arroser. Cette dernière étape du processus correspond à la polarisation sur le résultat
efficacité collective
Mobiliser : ouvrir le robinet
Unifier : canaliser
Polariser : viser juste

L’intelligence collective au service de l’efficacité collective

Pour nous l’intelligence collective repose sur un bon équilibre entre 4 éléments, qui se construisent les uns après les autres :

  • D’abord la Terre : La terre est l’élément fondateur, le plus concret… Une équipe a donc d’abord besoin de bien se répartir le travail, d’être chacun compétent à son poste, et que chacun sache bien qui fait quoi pour pouvoir contribuer de la bonne manière au bon endroit. Pour cela il faut une organisation, des process et des règles qui donnent du cadre et permettent des contrats clairs pour chacun. Si on s’arrête là, on dispose d’une juxtaposition d’expertises techniques, qui est loin de représenter un haut niveau d’efficacité collective, mais c’est un bon début, la brique de base, ou la fondation dirons-nous.
  • Ensuite l’Eau : L’eau est l’élément qui représente la fluidité, les relations, la cohésion… Une équipe a très vite besoin d’affects, de liens humains, et d’une certaine dose de convivialité. Pour bien travailler ensemble, pendant longtemps, il faut s’apprécier, sinon on ne décolle jamais de l’élément précédent, qui à soi tout seul ne suffit pas à générer un rendement très élevé. Pour s’apprécier, il faut partager des valeurs communes (les valeurs étant ce que nous estimons important et qui participe de notre identité). L’efficacité collective suppose ainsi de bonnes relations, de la confiance, une bonne circulation des informations, des réunions efficaces et stimulantes pour se coordonner, et pour permettre à l’élément suivant (l’Air dans ce modèle) de s’épanouir à son tour :
  • Après, il y a l’Air : L’Air représente les idées inspirantes, le souffle de l’enthousiasme… Une équipe a besoin de se renouveler en explorant de nouvelles voies de développement, autant pour elle-même que pour ses performances extérieures. Elle doit inventer et innover, pour vibrer de la joie et de la fierté d’un travail créatif (qui crée de la valeur ajoutée à l’environnement). Pour cela, il faut des échanges transverses, pour profiter les uns et les autres, de la combinaison de deux regards : celui des experts d’un sujet donné qui en possèdent la connaissance, et celui des candides, qui ont du recul et de la fraîcheur sur le sujet. C’est cette complémentarité qui permet le challenge, représenté par l’élément suivant :
  • Enfin, il y a le Feu : le Feu représente le défi, le challenge, l’ambition de se dépasser pour atteindre des résultats exceptionnels… Le dernier étage de l’intelligence collective c’est l’accès au “sens”, à la signification profonde du progrès que nous réalisons. Mais pas juste le progrès pour apporter une amélioration quelconque, mais le progrès pour lui-même, en tant que valeur de libération, ou de liberté plutôt. Le Feu donne le point sur le “i”, le sens ultime de tout l’engagement précédent, puisqu’il incarne la finalité des efforts, le but grandiose, qui galvanise les énergies de chacun !

L’intelligence collective est donc la capacité d’une collection d’individus à fonctionner en groupe comme s’ils étaient UN : juxtaposer leurs contributions, les agréger de manière utile, inventer ensemble de nouvelles perspectives, et se dépasser collectivement jusqu’au cran du dessus… C’est simple et naturel, comme la cuisine, mais cela demande beaucoup de soin, pour qu’une alchimie résulte du bouillonnement d’énergie, et qu’une efficacité globale s’en dégage, qui produise des performances spectaculaires !

Vous savez, de même que la cuisine ne se fait pas toute seule, l’intelligence collective est le fruit d’un management performant et mature. C’est une attention de chaque instant, au global et auprès de chacun. Dans nos formations, nous enseignons les meilleures pratiques, qui permettent aux managers de maîtriser les fondamentaux et aux leaders d’insuffler aux équipes l’envie de se dépasser ensemble au service de quelque chose qui les transcende.

 

Renforcer l’intelligence collective

Au-delà de la formation, il y a l’accompagnement sur le terrain, c’est-à-dire le coaching. Le coaching d’une organisation intervient à plusieurs niveaux :

  • Au plus haut niveau du comité de Direction
  • Au niveau du management intermédiaire
  • Au niveau des opérations

Nous avons mis au point des dispositifs d’accompagnement qui mobilisent l’énergie collective, qui unifient les strates de l’entreprise, qui focalisent les groupes et les individus sur la cible.

Il y a trois déperditions d’énergie auxquelles nous savons remédier :

  • le défaut de mobilisation de la motivation terrain, qui fait que le robinet reste à moitié fermé. Et on s’étonne que le débit du tuyau est faible..
  • les tensions au sein du système, qui finissent par crever le tuyau en différents endroits, si bien que l’eau coule à moitié par les fuites, au lieu d’arriver à l’objectif (pour reprendre notre image du début de cette présentation)
  • les erreurs de visée, quand le jardinier arrose les feuilles des tomates au lieu de se concentrer sur les racines, ou quand il arrose un peu partout mais tellement en surface que tout est un peu mouillé, mais que l’eau ne pénètre nulle part en profondeur pour hydrater les racines…

Les liens suivants renvoient à des exemples de ces dispositifs, qui illustrent des manières concrètes de stimuler l’intelligence collective pour renforcer l’efficacité collective d’un système :

  • Aller chercher les bonnes volontés à la base, là où sommeille la Force. Nous parlons là de démarches dites “ascendantes” qui vont solliciter le réveil de l’énergie auprès des opérateurs, à tous les niveaux de l’organisation, dans chaque métier. Il y a plusieurs techniques pour faire cela. Mais nous en avons un, en particulier, qui est peu coûteux, peu dangereux (il faut toujours faire attention avec l’énergie des groupes, on ne peut pas la manipuler comme ça, sans connaître… C’est comme pour un feu d’artifice, il faut des artificiers compétents qui prennent un certain nombre de précautions pour que la dynamique de groupe ne deviennent pas de la DYNAMITE !). Lire l’article sur le dispositif trinômes pour mobiliser un grand groupe.
efficacité collective
Attention à ce que la dynamique collective ne se transforme pas en dynamite

 

  • Renforcer l’efficacité collective et optimiser les interfaces entre les équipes. Chacun a sa propre vision de l’objectif “commun”, sa propre vision du chemin pour y arriver, et ses propres irritations par rapport aux erreurs et manquements des autres équipes. Quand le moteur chauffe, les étincelles se produisent qui finissent par encrasser les tuyaux, et des tensions rendent les échanges de plus en plus difficiles. Au lieu de coopérer, on finit par faire la compétition, et à mener parfois des guerres de clans entre divisions, entre pays, entre services… pas très intelligent collectivement ! à l’occasion d’une fusion, il y a les frictions et les incompréhensions entre ceux qui absorbent et ceux qui sont rachetés. Et des fois, des années après la fusion, le sentiment d’identité et d’appartenance n’a pas évolué : chacun se sent appartenir à sa culture d’origine, parce que le travail d’interfaces et d’intégration dans les deux sens n’a pas été suffisamment fait.  Comment un séminaire d’efficacité collective peut nettoyer les interfaces entre des groupes, ces zones dont personne n’est a priori directement responsable, puisque la responsabilité est forcément partagée ? Lire cet article qui décrit un séminaire entre équipes d’un même service, qui ne parvenaient pas à s’entendre…

 

  • efficacité collectiveComment faire en sorte que chacun s’approprie la vision, et adhère au projet fédérateur d’équipe.Comment focaliser les énergies sur
    un résultat exceptionnel représentant un breakthrough, une sorte de saut quantique qui permet de passer d’un niveau de résultat à un autre, en rupture significative avec le précédent ! L’article suivant sur le breakthrough illustre comment nous amenons un grand groupe à penser en rupture pour “désirer fortement” d’atteindre une cible très ambitieuse (au lieu d’y résister par des négociations sans fin, qu’on pourrait tout aussi bien qualifier de résistances !)  Rappelons-nous que si un corps social résiste, c’est parce qu’il réagit à une pression. Comment retirer cette “pression” et la remplacer par la force du “désir” ?

 

 

Si vous souhaitez me parler de vos projets pour renforcer l’efficacité collective de votre équipe ou de votre organisation, appelez-moi directement sur mon portable :

Paul Devaux : 06.10.56.14.96

superviseur de coach

Pour aller plus loin à propos d’efficacité collective :

Envie d’en savoir plus ? Contactez-nous !