Cet article se propose de détailler comment s’établir dans une posture de Qi Gong, en 4 étapes. C’est là une réflexion personnelle, qui ne m’a pas été transmise par un enseignant. A vous de voir ce que vous ressentez et si cela vous aide à pratiquer.

Cet article fait suite aux deux précédents articles sur le Qi Gong :

Prenons l’exemple de la posture de Qi Gong dite de « l’arbre »

Cette posture est très simple. Et pourtant elle doit tenir compte de nombreuses indications précises. Se maintenir ne serait-ce que 10 ou 20 minutes dans cette posture statique de Qi gong suppose de la prendre correctement.

  • Terre : Il est donc fondamental de vérifier ces indications, avant d’aller aux autres étapes de contemplation.
  • Eau : Ensuite, on pourra se détendre dans cette structure juste. Sans effort musculaire pour tenir avec la volonté, puisque c’est la structure du squelette, qui porte le poids du corps.
  • Air : Alors, au sein de la détente mentale et corporelle, la circulation d’énergie se déployer et unifier toutes les parties du corps, dans une sensation globale.
  • Feu : L’énergie ainsi activée va provoquer l’état d’ouverture et de méditation.

Détaillons ces 4 étapes à travers l’exemple de la posture de l’arbre.

1ère étape : La structure de la posture de Qi gong

Se placer dans la posture de Qi gong, puis vérifier un par un les éléments de structure et d’anatomie, pour ne pas risquer de se faire mal ou de passer à côté de l’esprit de la posture de Qi Gong.

Exemples :

  • Pieds parallèles et écartés de la largeur des hanches (ou des épaules).
  • Jambes fléchies aux trois articulations (chevilles, genoux, hanches). Genoux à l’aplomb des orteils
  • Sensation d’ouverture, comme si vous teniez un ballon entre les jambes (l’intérieur des pieds ne touche pas le sol), un autre entre vos bras, et des petites balles sous vos aisselles ouvertes pour laisser circuler l’énergie.
  • Tête suspendue (recul du cou) et coccyx relâché, poids dans les talons sans chercher à faire basculer le bassin. Laisse pendre la colonne, un peu comme si vous étiez assis sur un tabouret de bar.
  • Épaules et hanches bien relâchées. Poitrine détendue et un peu rentrée pour ouvrir l’espace entre les omoplates. Laissez l’énergie des épaules s’effondrer dans les reins. Puis laissez couler vos reins dans vos pieds, sentant tout le poids du corps bien étalé sur la plante des pieds.

2ème étape : Observer la détente dans la posture de Qi Gong

La détente est essentielle dans une posture de Qi Gong statique.

  • Observer les tensions tranquillement depuis un espace de conscience de soi, plus vaste que les tensions.
  • Sourire va aider à les laisser se dissoudre dans le champ de votre attention bienveillante.
  • Laisser les tensions lâcher d’elles-mêmes
  • Constater que l’énergie commence à circuler dans tout le corps. Notamment dans les mains.
  • Laisser l’énergie de vos mains s’écouler dans votre ventre, auquel elles font face.

3ème étape : Mettre en place la circulation d’énergie

En inspirant, imaginer que l’énergie entre par :

  • le nez et le périnée
  • les mains et les plantes des pieds

En expirant, visualiser que l’énergie s’accumule dans les reins et dans le bas ventre.

Quand on a cette énergie dans le bout des doigts, tout le corps chauffe, vibre.

  • Relever l’anus et creuser la voûte plantaire en recroquevillant un peu les orteils, de façon à pomper l’énergie dans le sol
  • Coller le bout de la langue au palais, à la racine des dents
  • Accompagner l’énergie dans le circuit de la petite circulation céleste à partir d’une respiration inversée (inspirer en serrant le ventre pour pousser l’énergie dans le dos de bas en haut, pui s expirer en poussant légèrement le ventre en avant à la fin de l’expiration)

4ème étape : lâcher prise sur l’intention et accueillir la grâce

  • Un arbre n’est jamais complètement immobile, ne serait-ce que par le léger mouvement de ses feuilles.
  • Par ailleurs, le jour il grandit vers le haut, tandis que la nuit il croit par les racines vers le bas.
  • Comme un arbre, il est possible de s’absorber tranquillement dans les micro mouvements de la vie qui nous traverse : mouvement respiratoire, jeu des tensions et relâchements, mouvements spontanés du corps qu’on ne cherche pas à retenir, ni à encourager.
  • C’est l’énergie vivante, qui nous rectifie si besoin et nous enseigne de l’intérieur, par le ressenti, les ajustements nécessaires.
  • Un état global se décante, qui est accueilli précieusement, sans se raconter d’histoire et sans rien manipuler mentalement

Ces 4 étapes sont une manière pratique de focaliser son attention. Pour ma part, il m’arrive de diviser le temps de ma pratique de cette posture de Qi gong en 4 intervalles de temps. Chacun d’eux, rythmé par une son de cloche (une appli iPhone), et dédié à une étape de focalisation de mon attention.

Aller plus loin :

L’éveil spirituel : une expérience naturelle