L’illusion du temps
Noter cet article

Dans cet article inspiré par une conférence de Rupert Spira, que vous pouvez écoutez sur Youtube comme moi (en anglais), j’évoquerai l’illusion du temps, le fait que la notion de temps linéaire est une création mentale.

Ce dont on ne peut pas douter c’est qu’il y ait des cycles de croissance et de décroissance : naissance de quelque individu, croissance, maturité, dégradation du corps et mort de ce dernier. Ceci s’observe aussi à propos du soleil que l’on voit apparaître l’est, puis parvenir à son zénith, et enfin se coucher à l’ouest… Ces évènements sont indubitables. Cependant, nous avons l’impression qu’ils surviennent consécutivement, à travers une sorte de ligne de temps, qui elle n’est qu’une représentation mentale, que je qualifie d’illusion au sens où elle n’existe pas vraiment dans notre expérience présente. Je m’explique….

1- Depuis toujours et à jamais, on ne peut vivre que l’expérience de l’instant présent. La preuve : allez donc quelques instants dans le passé ou dans le présent, on vous attend pendant ce temps là dans l’instant présent…. C’est impossible ! On peut évidemment envisager, imaginer le futur, on peut aussi se remémorer le passé, mais ce ne sont là que des pensées, qui prennent place dans notre expérience présente : nous vivons maintenant l’expérience de nous souvenir du passé, ou de nous extrapoler dans le futur.

2- L’instant présent n’a pas de durée mesurable :

  • quand a-t-il commencé, et pris la place de l’instant d’avant ?
  • quand va-t-il s’arrêter, pour laisser place à l’instant d’après ?
  • Combien y a-t-il eu d’instants présents depuis que vous lisez ces quelques lignes ?

En fait, comme le propose Rupert Spira, l’expérience à vivre inclut tout les évènements simultanément, que le mental classe artificiellement en passé, présent, futur. Mais ce n’est là qu’une représentation, une convention. Il prend l’exemple d’un roman dont toutes pages sont superposées et parallèles. Toute l’histoire écrite dans le roman est déjà là dans sa totalité sous nos yeux, tandis que le mental n’en prend connaissance que page après page, d’où cette illusion du temps linéaire qui s’écoule de la première à la dernière page…

3- La ligne du temps, sur laquelle l’instant présent se déplacerait tel un curseur rejoignant le passé et le futur, est une fiction mentale. En fait, il n’y a que maintenant, et aucun instant passé ni aucun instant futur. C’est vertigineux de le voir, mais c’est la plus pure vérité, que nous ne pouvons que reconnaître quand on regarde cette question attentivement et simplement. La conscience se projette elle-même sur cette ligne temporelle, tandis qu’elle-même n’a ni début ni fin. En fait s’il n’y a “depuis toujours et à jamais” que ce seul instant, présent, alors nous sommes dans l’éternité, c’est-à-dire “dans” le hors temps. Comme dirait l’autre, si l’éternité existe, alors elle a déjà commencé. Et Woody Allen de rajouter malicieusement : “L’éternité c’est très long, surtout vers la fin :-)”

La conscience n’a ni début ni fin, elle est non seulement “dans” l’éternité, mais comme il n’y a pas deux choses séparées qui seraient d’une part l’éternité et d’autre part la conscience (parce qu’on ne peut parler d’une chose si on n’en est pas d’abord conscient…), on pourrait aller jusqu’à dire que la conscience EST l’éternité (… et donc elle est éternelle)…

Et on ne parle pas là de croyances religieuses dogmatiques de droite ou de gauche, nous ne répétons pas ce que quelqu’un de plus intelligent que nous aurait expérimenté tandis que nous en serions nous-mêmes incapables : nous nous référons à votre propre expérience, directe de tout de suite, et le raisonnement qui en découle est le vôtre, celui qui s’impose comme une évidence expériencielle, sans argument pour ou contre. C’est un constat qui s’impose à notre évidence, malgré les “apparences”, c’est-à-dire malgré nos habitudes mentales, faites de biais cognitifs

Cette prise de conscience, à la fois brutale et directe, et également progressive, a évidemment d’énormes conséquences sur la vie de tous les jours. Car tout notre quotidien est construit sur cette illusion, nous souffrons à cause d’un passé que nous croyons révolu, alors qu’il est toujours là, et nous craignons un futur à venir, alors qu’il est déjà là…

Nous croyons mériter ou démériter, nous faisons des efforts, nous essayons, nous nous jugeons et nous sentons coupables, etc… (voir à ce sujet : sentiment de culpabilité)

Nous nous projetons sans cesse par la pensée, nous vivons dans notre tête à force de penser, au lieu d’être dans nos sensations corporelles et d’accueillir la pensée comme un simple événement parmi d’autres (au lieu de cela, nous sommes fascinés par nos pensées, au point d’y croire, et de ne vivre que par procuration de nos pensées,  comme quelqu’un qui ne vivrait pas sa vie, mais en lirait un compte rendu ou ne ferait que de regarder un film biographique à propos de sa vie, le film de ses propres pensées…

Comment être attentif ?