Rate this post

Les bienfaits de la respiration sont nombreux.

Respirer ? Rien de plus naturel ! Et c’est tant mieux parce que la respiration présente de nombreux bienfaits :

  • non seulement pour le corps,
  • mais aussi pour l’âme,
  • et pour l’esprit

La respiration sous stress

Respirer est un acte fondamentalement naturel que nous effectuons sans y penser. Le processus physiologique de la respiration est vital. Pourtant, bien respirer ne va pas forcément de soi. Bien souvent, avec le stress de la vie, nous respirons de façon incomplète et crispée, uniquement par le thorax. L’air entre par le haut des poumons et en sort trop rapidement sans avoir pu expurger les toxines accumulées dans le bas des poumons. Par ailleurs, l’apport en oxygène est alors insuffisant et l’expiration est difficile.

Quand vous souffrez de stress, votre respiration est comme « bloquée ». Vous respirez de manière anarchique. Ce qui ne permet pas de bien répondre aux besoins de l’organisme. Le souffle devient plus court, mais aussi plus rapide, vous avez constamment l’impression de manquer d’air…

Au niveau physiologique, le premier rôle de l’oxygène est de recharger les batteries du corps. La respiration nourrit donc nos cellules, qui maintiennent le corps en vie. Ces cellules stimulent l’oxygénation du sang, les différents organes du système digestif, les centres nerveux et les glandes endocrines.

Une profonde inspiration suivie par une expiration non moins profonde permet de diminuer considérablement la production de noradrénaline une des hormones responsables du stress.

Les bienfaits de la respiration pour éliminer les toxines

Nos corps sont conçus pour libérer une grande partie de leurs toxines à travers la respiration.

Le dioxyde de carbone est un résidu toxique naturel qui provient des processus métabolique de notre corps et qui, pour autant, doit être expulsé régulièrement.

  • 70% des déchets produits par le corps sont éliminés par la respiration.
  • 90% de notre énergie est produite grâce à l’oxygène. Pas d’oxygène, pas d’énergie !
  • Majoritairement, on n’utilise qu’1/10ème de nos capacités respiratoires.

La respiration thoracique est insuffisante

La respiration dite thoracique s’effectue de manière purement automatique et inconsciente. Ce type de respiration fait travailler uniquement la partie supérieure du thorax et néglige l’abdomen. Les poumons ne sont alors pas correctement sollicités : ils ne sont en effet remplis d’air qu’à 30 % de leur capacité initiale. La respiration thoracique peut être source de nombreux maux, allant du sentiment d’angoisse et de stress jusqu’à la sensation désagréable d’inconfort, d’oppression au niveau de la poitrine, voire d’essoufflement. Elle peut dans certains cas être superficielle, saccadée et irrégulière. De plus, elle empêche les cellules de s’alimenter normalement en oxygène et a pour conséquence une mauvaise élimination des différentes toxines présentes dans l’organisme.

Les bienfaits de la respiration abdominale

Très relaxante, la respiration abdominale soulage la fatigue et permet d’éliminer les déchets toxiques. L’amplitude des mouvements respiratoires exerce un massage des organes abdominaux et favorise la détente neuromusculaire ainsi que l’oxygénation du cerveau.

La respiration abdominale, consciente, insuffle une plus grande quantité d’oxygène dans les poumons (jusqu’à 6 fois plus que par une respiration involontaire)

Les bienfaits de la respiration complète

Une bonne respiration peut avoir de réels bénéfices sur notre équilibre physique et émotionnel. Outre le fait d’apporter de l’oxygène aux cellules, la respiration complète permet d’améliorer le fonctionnement des organes digestifs et d’éliminer les déchets toxiques.

Une bonne respiration complète, consciente et profonde, permet de se recentrer sur soi-même, de développer son attention à son corps et de mieux appréhender ses émotions.

Par chance, pratiquer une respiration complète est simple et gratuit. Cela ne nécessite pas un entraînement long et fastidieux. (Voir à ce propos : « Comment se recharger en énergie ?« )

La technique de la respiration complète englobe en un seul processus les diverses façons partielles de respirer. Le mouvement respiratoire se compose en trois étages : abdominale, thoracique / costales et claviculaires. Quand vous respirez en mettant en fonctionnement ces 3 étages on parle de respiration complète.  

L’inspiration et l’expiration se composent de trois phases partielles et distinctes, qui sont :

  1. d’abord, la respiration abdominale, provoquée par l’aplatissement et l’abaissement du diaphragme.
  2. la respiration costale (thoracique), réalisée par l’écartement des côtes.
  3. enfin, la respiration claviculaire, produite par le soulèvement des clavicules.

Quand pratiquer la respiration complète ?

Essayez de pratiquer la respiration à 3 étages le plus souvent possible.

  • Lorsque vous regardez la télévision, profitez des coupures publicitaires pour respirer ainsi plusieurs fois
  • En voiture dans les embouteillages à chaque arrêt
  • Dans les transports à chaque moment d’attente plutôt que de vérifier vos emails sur votre smartphone !!!
  • Lorsque vous maitriserez parfaitement la respiration à 3 étages vous pourrez la pratiquer en public, ou lors de conversations de salons.

La respiration complète est idéale pour combattre la fatigue et les symptômes de stress.

Comment bénéficier des bienfaits de la respiration complète ?

  • Allongez-vous sur le sol et mettez-vous à l’aise. Placez éventuellement un coussin sous les genoux pour décontracter les abdominaux et décambrer la région lombaire. Faites pareil pour vos cervicales, en les étirant du mieux que vous pouvez.
  • Places une main sur votre ventre (juste au-dessus du pubis) et l’autre main un peu plus-haut (sous la poitrine). Cela vous permettra de mieux prendre conscience de votre respiration abdominale. Le but est de vous focaliser sur le ventre pour ne respirer principalement que par le ventre.
  • Inspirez par le nez et sentez votre ventre qui soulève votre main.
  • Retenez un instant votre souffle à la fin de l’inspiration.
  • Expirez profondément en rentrant votre ventre. Videz complètement vos poumons. Sentez votre corps tout entier se relâcher.
  • A la fin de l’expiration, maintenez le ventre rentré et les poumons vides pendant un instant avant d’inspirer à nouveau.

Respirer avec le son « Ujjayi »

Le mot sanscrit peut être traduit par « celui qui est victorieux ».

Le souffle Ujjayi peut également être appelé « souffle victorieux »: il manifeste une victoire sur les fluctuations du mental.

L’idée de cette respiration est de serrer la glotte pour freiner l’air qui circule dans la gorge lors des phases d’inspiration et d’expiration. Cela permet de ralentir et de réguler les flux d’air entrant et sortants. Cela permet aussi de rallonger l’amplitude respiratoire et d’approfondir la conscience du souffle.

Le son qu’il faut produire est un chuchotement. Par conséquent, l’apprendre implique de commencer par là. Je vous invite maintenant à chuchoter tout simplement le syllabe “ha”. Prononcez-la en chuchotant plusieurs fois, d’abord un son court, puis de plus en plus long.

Maintenant répétez le même son, mais cette fois, plus lentement. Aussi, entraînez-vous à prononcer la syllabe “ha” à l’inspiration aussi bien qu’à l’expiration.

L’effet apaisant est quasi immédiat et peut être pratiqué à tout moment, dès que vous en ressentez le besoin.

Voir : nos tarifs de coaching pour les particuliers

Les bienfaits de la respiration Ujjayi

La respiration Ujjayi permet de réchauffer le corps.

Ujjayi génère une chaleur intense dans les organes internes. Et cette chaleur irradie ensuite dans tout le corps. La chaleur ainsi créée naturellement nous purifie en profondeur (Agni), en amenant le corps à évacuer les toxines par la transpiration.

Respirer en Ujjayi nous aide à rendre le corps plus malléable, comme si on chauffait un acier pour l’assouplir. Cela permet de l’étirer sans risquer de le blesser.

Quand on respire de cette façon, on amène également plus de concentration mentale et d’attention au corps.

La respiration profonde avec le son de la glotte a plusieurs effets puissants :

  • Diminue l’anxiété, apaise le mental, aide à gérer les émotions, améliore le sommeil, fabrique l’hormone du bonheur (l’endorphine).
  • Renforce l’immunité, diminue la fatigue, harmonise et adoucit le rythme cardiaque, améliore la circulation du sang et diminue la tension sanguine.
  • Stimule le système lymphatique.
  • Nettoie les toxines des poumons et des voies respiratoires.
  • Améliore les capacités du cerveau.

La respiration, support de spiritualité

Dans le langage habituel, on dit « ma respiration », ou bien « je respire ». Mais en fait, il serait tout aussi vrai (voire plus vrai) de dire : « je suis respirée, ou encore « cela respire en moi », car en fait, la plupart du temps, nous respirons sans le vouloir et sans même y être attentif.

Mais la respiration consciente est une source inépuisable de relation entre les polarités :

  • Inspire = yin
  • Expire = yang
  • Respiration = unification du yin et du yang, dans l’unité yin-yang

Quand on inspire (on reçoit l’inspiration), on est inspiré (comme les poètes)

Quand on expire (on meurt), on est expiré, comme une épave est rejetée sur le sable après un naufrage.

Il y a entre l’inspire et l’expire, un pur moment d’expansion et d’unification dans la plénitude.

Il y a entre l’expire et l’inspire, un moment de rétention à vide, un abandon de soi, qui traduit un anéantissement de l’ego.

Bien respirer consciemment est donc également essentiel, spirituellement parlant.