Dans quel monde vivons-nous, roupillant tranquillement, tandis que le bolide accélère et va droit dans le mur ?

Heureusement certains résistent… 🙂 Et cela fait partie du tout de l’hypocrisie générale.

C’est celui qui le dit qui l’est ?

Amusant vidéo clip du salon de l’érotisme de Barcelone 2016, qui défend sa paroisse contre l’hypocrisie, en dénonçant ce qui fait obstacle à la libre consommation de pornographie et de libertinage. Pourquoi pas ?

Il me semble qu’il y a d’autres causes pour lesquelles se mobiliser, mais enfin, celle-là en vaut bien une autre.

En revanche, je trouve très insidieux (voire une superbe hypocrisie) d’associer la légitime dénonciation de tout un tas de scandales avec la promotion d’un bête salon mercantile (peu importe ce qu’il vend, qui ne me choque pas plus qu’autre chose).

Mais la vidéo est bien faite. Elle dénonce du lourd, et ça fait du bien. J’ai mal pour l’Espagne de la savoir percluse de tant de troubles obscurs. Mais nous ferions mieux de ne pas crier cocorico trop fort… la France n’est probablement pas mieux lotie :

On a bien eu en France des manifestations de soutien pour des caricaturistes qui insultent ouvertement une religion honorable (il faut dire qu’ils venaient eu-mêmes d’être massacrés par des terroristes !)… Bref, du grand n’importe quoi collectif ! Et on nous explique dans une pensée en boite, toute formatée et bien aseptisée qui sont les méchants et qui sont les gentils. Dans cette idiocratie, nous y croyons plus ou moins, parce que les barbus explosifs n’ont évidemment pas l’air bien sympathiques. Alors, « tout en se gardant bien de faire des amalgames », on en fait tout de même sans s’en rendre compte, et dans tous les domaines, parce que notre hypocrisie se loge au coeur de notre mental, au plus près du centre de chacun d’entre nous : quand nous nous prenons pour notre ego, quand nous croyons avoir une vie et être en danger de mort. Cette terreur de l’ego justifie toutes les pensées, et toutes les mauvaises foi inconscientes.

Vivre et laisser mourir ?

Pour ma part, j’aime faire la distinction entre :

  • la planète Terre, que je ne peux qu’adorer,
  • l’humanité, que je ne peux qu’aimer,
  • et le monde, qu’il est difficile de ne pas détester !

« Vivre et laisser mourir » disait James bond, avec cynisme. Je ne sais pas pourquoi cette phrase m’a toujours marqué.

Des fois, je suis tenté par cette philosophie, me détournant d’un « monde » qui court à sa perte, inexorablement, pour me consacrer exclusivement à l’individu qui est devant moi, dans l’instant présent (Coaching subversif , Acceptez la réalité telle qu’elle est, avant d’essayer de la changer)

Je me contente de laisser les pieds se poser l’un devant l’autre pour avancer dans le film, accueillant le miracle de la vie, en même temps que la désolation de ce qu’on en fait, depuis un espace plus vaste que ma petite personne, qui m’intéresse de moins en moins…

Honte et indignation !

J’accueille une peine infinie et une colère immense, à cause des atrocités commises par l’être humain depuis le début des temps. Etrange paradoxe à vivre, en constatant avec lucidité et fraternité que cet être ignoble : c’est mon frère, cet autre moi-même…

En tuant la nature, nous tuons notre propre mère, cette magnifique planète, et nous nous tuons nous-même… à voir certaines images, on serait tenté de croire qu’on ne mérite pas mieux !

Regardez-les en face, sans hypocrisie : sentez-vous la colère monter ?

Contre qui ?

Allez-vous entamer une liste des » autres », ou bien reconnaître que tous sommes responsables des horreurs commises depuis le début des temps ?

hypocrisie

hypocrisie

Sans commentaire !

C’est votre propre nature, et la mienne aussi évidemment (puisque nous sommes des humains de la même famille « humanité »), qui fait cela. Pas besoin de critiquer autrui, cette nouvelle hypocrisie ne sert qu’à faire un peu plus de bruit, ) répandre un peu plus d’agitation. Ce qu’il faut c’est se mettre courageusement en chemin soi-même, et aller faire en soi-mêmes les nettoyages qui s’imposent, plutôt que de s’indigner de ce que les autres ne le font pas… (voir : « le chemin pour s’individualiser« , ou « l’éveil spirituel naturel« )

V comme vendetta ?

Ce n’est pas parce qu’on ne dit rien, qu’on est mort. Mais il faut encore attendre qu’il soit l’heure…

Avez-vous vu ce film ?

Des fois, quand je médite,  je rêve d’une révolte profonde et radicale, comme dans ce film sympa (mais peut-être un peu naÏf).

Mais la révolution indispensable devra être individuelle et sans violence, sinon ce ne sera qu’une hypocrisie de plus, consistant à faire « plus de la même chose » que l’on cherche à changer. C’est la révolution de l’esprit. Elle se passe dans le silence et à l’intérieur, avant de vouloir changer le monde… alors courage et persévérance à tous ceux qui se lancent dans la démarche intérieure de la transformation sans retour. Elle ne se peut que dans la solitude, et en traversant la désillusion.

Ce n’est pas parce que vous vous croyez seul que vous l’êtes.

En effet, tout en reconnaissant la solitude extérieure (que vous choisissez peut-être parfois parce que les agitations absurdes ne doivent pas vous prendre totalement), on n’est jamais seul intérieurement en fait, parce qu’on est en contact permanent avec l’unité à travers la profondeur de l’expérience de soi. C’est surprenant et réconfortant.

Peut-être ne comprenez vous rien à ce que je raconte ? C’est « normal », mais je n’y peux rien.

Un jour, un appel se fait entendre et les mots prennent du sens par une résonance dans votre expérience directe. Alors, les mots extérieurs sont inutiles, sauf en tant que confirmation éventuellement…

Ce jour-là, tout change progressivement et vous n’avez plus d’attente ni de regret, plus tellement de vouloir spécifiques non plus (sauf d’une manière fonctionnelle évidemment), vous êtes simplement là, accueillant ce qui est à vivre, sans hypocrisie et sans jugement envers quoi que ce soit…

Au plaisir de vous rencontrer un jour pour de vrai, éventuellement au travers d’un coaching court, rien que pour vous…

Nom (requis)

Prénom (requis)

Email (requis)

Téléphone

Société

Sujet de votre demande

Message (requis)

Souhaitez-vous nous faire parvenir un document (cahier des charges, description de votre projet...) ?