expérience de mort imminenteA la suite d’une Expérience de Mort Imminente, Anita Moorjani fait part de quelques uns des changements majeurs survenus en elle. J’ai trouvé ce passage éloquent (et très congruent avec l’esprit du coaching que nous développons chez Orygin). Son témoignage fait penser aux notions que nous désignons par les mots techniques de “système”, “synchronicité”, “reflets systémiques“, “pensée positive“, “orientation solutions“, etc…

Alors voici cet extrait, juste après une interview en vidéo, suivis de quelques commentaires personnels, un peu critiques…

Témoignage d’une expérience de mort imminente

“L’une des choses les plus puissantes que j’ai retirées de mon EMI, c’est à quel point je suis aimée. Aimée inconditionnellement. Je continue donc à m’aimer inconditionnellement moi-même. Je suggèrerais fortement de pratiquer l’amour inconditionnel pour soi-même.

Rappelez-vous, j’ai dit que l’univers n’est qu’un simple reflet de moi-même. Si je suis frustrée par la manière dont la vie se déroule pour moi, il est futile de changer des éléments extérieurs sans examiner ce qui se passe à l’intérieur. Nombre d’entre nous sommes très négatifs à notre propre égard. Nous sommes nous-mêmes notre pire ennemi. La première chose que je dirais est de cesser de se juger soi-même, d’arrêter de s’auto-flageller à cause de ce que l’on est dans la vie actuellement. Je découvre que je suis constamment déçue par les gens, je les juge. La raison en est que c’est ainsi que je me traite sans cesse moi-même. Je ne fais qu’exprimer à l’extérieur mon propre dialogue avec moi-même. Plus je m’aime inconditionnellement, plus il est facile pour moi de voir la beauté dans ce monde, et dans autrui.

Si je peux m’aimer moi-même et ne pas me juger, voir ma propre perfection, alors je verrai automatiquement tout cela en autrui ! Plus je m’aimerai, plus j’aurai de l’amour pour les autres. Il est impossible d’aimer quelqu’un plus qu’on ne s’aime soi-même. C’est l’inverse de la croyance populaire selon laquelle il est égoïste de s’aimer soi-même, ce qui n’est tout simplement pas vrai. On ne peut pas donner ce qu’on ne possède pas.

Peu importe où l’on se trouve, ce n’est que le point culminant de ses propres pensées et croyances à ce moment là, on peut le changer. Souvenez-vous, j’ai inversé mon cancer à la 11ème heure. Alors même que les médecins disaient qu’il était trop tard, ce n’étais toujours pas trop tard. Donc la première chose dont il faut se rendre compte, c’est qu’il n’est JAMAIS trop tard pour faire ou changer quelque chose. Il est important de voir la puissance que recèle le moment présent pour inverser le cours de notre vie.

http://labofevolution.wordpress.com/2012/04/27/traduction-francaise-pour-healing-nde-anita-moorjani/

 

Tout ce qui est proposé là est intéressant. Mais, pour ma part, je dois vous dire que j’ai acheté son bouquin sur la recommandation de quelqu’un qui m’en avait dit beaucoup de bien, et qu’il ne m’a pas plu du tout. Après une très longue narration de ce qui lui est arrivé (intéressant pour les sceptiques peut-être), elle mélange allègrement le témoignage honnête et sincère de ce qu’elle a vécu (que j’apprécie, quoi que trop long pour ma patience), avec tout un tas de trucs qu’elle a visiblement glanés comme n’importe qui dans toute l’effervescence actuelle (Pleine conscience, bouddhisme, taoïsme, physique quantique, médecines holistiques et énergétiques, yoga, etc…)

A cet égard, je trouve qu’elle manque de rigueur, parce que :

  • elle passe toute sa petite tambouille personnelle sous le blanc sein de son Expérience de mort imminente, comme si cela donnait une caution de vérité aux enseignements très personnels qu’elle en tire pour elle-même (alors que ce n’en est évidemment pas une !)
  • et cela finit par ressembler à une bonne soupe new-age, dans laquelle on retrouve tout ce que ses professeurs ont dû lui enseigner depuis qu’elle s’est ouverte à l’aspect plus subtil et vibrant de la vie (et tant mieux pour elle).

Cela ne retire rien à la valeur de ce qu’elle partage, ni à la sincérité de son intention, mais personnellement, j’aime bien quand on cite ses sources et quand on ne mélange pas tout :

  • les bonnes idées glanées à droite et à gauche chez les autres,
  • les hypothèses de bon sens non vérifiées,
  • les expériences personnelles subjectives,
  • et d’ éventuelles démonstrations scientifiques, etc…

La vie et l’approche scientifique de la mort sont des choses sérieuses (pas graves, mais sérieuses) et c’est bien d’en parler en prenant soin d’être clair. A force de tout mélanger, on risque d’obtenir l’effet inverse de la bonne intention, qui visait à sensibiliser les autres et leur ouvrir des perspectives : on risque de les plonger dans la confusion et de les dégoûter ! Ce serait dommage, parce que les témoignages d’expérience imminente représentent un espoir considérable pour tous ceux qui n’en ont pas vécue.

Je connais personnellement une personne digne de foi à mes yeux, et très rigoureuse, qui a vécu une expérience de mort imminente, avec un arrêt du coeur et du cerveau de 9 minutes (c’est paraît-il exceptionnel). Ses témoignages m’ont été d’un grande utilité. Ils représentent un miroir très fécond pour me poser des questions et appréhender mon expérience de vie dans une perspective différente, pleine de sens, plus confiante, plus aimante aussi. Et j’aimerais bien que d’autres puissent aussi profiter de ce genre de témoignages sérieux, sans être pollués par du brouhaha et toute la mousse médiatique qui déforme les faits et rend tout confus…