Ah les émotions ! On voudrait bien pouvoir les contrôler et se contrôler par la même occasion. Et quand tout serait enfin sous contrôle, tout serait parfait pour l’éternité ? Triste perspective, en vérité ! Non ?

Il y a mieux à faire avec les émotions que les gérer ou les contrôler : les vivre tout simplement !

Quelques clés de lecture sur ces phénomènes extraordinaires que sont les “réactions du corps à nos pensées…

Que sont les émotions ?

Les émotions sont utiles et naturelles, en tant que réactions physiologiques de votre corps :

  • Si vous êtes dans la jungle et qu’un lion vous menace, la peur vous permet de courir plus vite.
  • Si le lion vous rattrape (et il le fera probablement… Gloups !), la colère vous aidera à vous battre.
  • Si le lion est plus fort que vous (et il l’est probablement… Re-gloups !), la tristesse vous aidera à ressentir le manque du membre qu’il vous aura arraché et à en faire le deuil.
  • Ce deuil étant achevé, vous ressentirez la joie d’être en vie, et cette émotion vous aidera à vous adapter à votre nouvelle condition, tout en mesurant mieux encore la valeur de la vie (et les risques de vous promener tout seul dans la jungle… Quelle idée aussi !)

 

Qu’est-ce que l’émotivité ?

Les émotions deviennent un problème à partir du moment où on les ressent quand ce n’est pas nécessaire, quand elles s’expriment de façon disproportionnée par rapport à la situation et qu’elles vous amènent à des comportements inadaptés ou vous emportent, au point de vous faire perdre vos moyens, au lieu de les décupler face au danger !

C’est exactement ce qui se passe avec le stress : Vous êtes dans le bureau de votre patron, il n’y a pas de lion, pas besoin que votre corps reçoive de l’adrénaline comme pour survivre dans la jungle ! Mais dans votre jungle psychologique, la situation est vécue comme dangereuse et votre corps secrète les mêmes hormones que si votre vie était en danger… Alors, si cette situation de stress psychologique se reproduit trop souvent (disputes en famille, films violents, attitude fermée face aux autres, qui déclenche une sensation d’isolement puis d’hostilité, etc…) , comme vous n’avez pas l’occasion d’éliminer les substances chimiques sécrétées par vos glandes en piquant un 100 mètres devant le lion, votre organisme se détraque, et vous finissez par ressentir les émotions,… tout le temps, et trop fort.

 

Gestion des émotions

Il n’y a pas à chercher à maîtriser ses émotions au sens de les contrôler, s’empêcher de les ressentir, les réprimer !
Puisque les émotions sont des réactions du corps, il vaut mieux ne pas trop entraver leur expression naturelle, parce que le corps humain a lentement élaboré ces réponses au travers des millénaires. Son écologie est donc très au point. La maladie risque justement de survenir quand on commence à interférer avec ses réflexes spontanés, sous prétexte de politesse et de codes sociaux diversement pertinents.
Le corps, ce dont il a besoin c’est d’exercice et de repos, pas d’interdits et d’empêchements !
Il faut l’accompagner, quand il est soumis à des émotions fortes : il faut boire de l’eau pour éliminer les toxines, et prendre du repos pour amortir les chocs émotionnels et laisser au corps le temps de se refaire une santé.

Les émotions doivent d’abord être reconnues, accueillies, acceptées, avant d’été canalisées dans leur expression (on ne peut évidemment pas laisser libre cours par exemple à sa colère n’importe comment, au mépris des conséquences).

 

Classement des émotions

Dans notre modèle des 4 énergies, les émotions se répartissent comme suit :

  • Terre : La peur, (qui se décline en émotions secondaires et diverses qualités/défauts, tels que : la méfiance, le doute, le scepticisme, la prudence, la susceptibilité, etc…)
  • Eau : La tristesse (qui se décline en émotions secondaires et diverses qualités/défauts, tels que : la peine, la nostalgie, l’empathie
  • Air : La joie (qui se décline en émotions secondaires et diverses qualités/défauts, tels que : la surprise, l’enthousiasme, l’euphorie, la propension au bavardage, etc…)
  • Feu : La colère (qui se décline en émotions secondaires et diverses qualités/défauts, tels que : la fierté, la générosité, le dédain, l’agressivité, etc…)

En situation de stress, voici comment se manifestent ces émotions, en deux temps selon deux niveaux de stress :

  • Terre : se retire, se rigidifie, puis devient critique, sarcastique, ironique
  • Eau : se replie sur soi, puis se met à pleurer, à déprimer, se sent mal aimé
  • Air : cherche d’abord à argumenter pour obtenir la reconnaissance, puis se dispute et finit par interrompre la communication
  • Feu : devient très tendu, se fâche, explose, puis se retire avec mépris

 

Dans la sélection d’articles ci-dessous sur la gestion des émotions, vous trouverez plusieurs angles différents qui traient des émotions et de la manière de les aborder.

Liens sur la gestion des émotions :

 

Laissez nous vos coordonnées et votre message pour que nous puissions vous rappeler.

* indique un champ requis

Types de fichiers autorisés: doc,pdf,txt,gif,jpg,jpeg,png.
Taille maximale des fichiers: 3mb.